Signification de la Table & des pains de proposition

+ Signification de la Table & des pains de proposition (par le Méam Loez – Térouma 25,30):

Hachem créa le monde ex nihilo, à partir du néant (yéch méayin).
Cependant, après les 6 jours de la Création, Hachem ne désira plus faire de miracles en créant la matière à partir du néant. A présent, Hachem dirige le monde de façon à ce que la matière soit toujours créée à partir d’une autre (yéch miyéch).

La bénédiction, l’abondance, ne peut donc pas reposer sur rien : il doit y avoir quelque chose sur lequel la bénédiction Divine peut s’attacher.
[Par exemple,] Nous le constatons dans le récit du prophète Elicha. Après que la femme sunamite eut trouvé une cruche d’huile, Elicha fut à même d’y faire reposer la bénédiction.
La quantité d’huile s’accrut jusqu’à fournir à la femme de quoi payer toutes ses dettes et subsister avec son fils (Méla’him II 4,1-7).

Hachem nous ordonna de faire la table et le pain de proposition, pour qu’il y ait toujours quelque chose sur laquelle la bénédiction Divine puisse s’attacher.
Le pain de proposition était consommé par les prêtes. Ils se partageaient les 12 pains de sorte que chacun en recevait un morceau de la taille d’un haricot.
Cette petite quantité suffisait à les rassasier comme s’ils avaient pris un repas substantiel parce que la source de la bénédiction et de l’influence qui descendait dans ce monde passait par le pain de proposition.

Lorsque les juifs s’élevaient spirituellement, ils étaient tant aimés de Hachem qu’Il accordait la nourriture et l’abondance au monde entier.
A l’époque où les juifs vivaient dans leur pays, l’abondance descendant sur Israël. Ce qui restait était donné aux autres nations du monde.
A présent, nous sommes en exil et la situation s’est inversée …

Tant que les juifs accomplissent la volonté de D., ils méritent de siéger à la « table qui est devant Hachem ».
Le « repas » entier, c’est-à-dire la bénédiction Divine descendant sur le monde, ne vient que par leur mérite. Lorsqu’ils ne font pas la volonté Divine, ils doivent travailler dur pour leur nourriture et ne reçoivent que les restes des autres nations.
Ils ressemblent à un prince qui doit se contenter des miettes recueillies à la table d’un esclave …

Hachem montrait Son amour envers Israël lorsque le Temple existait et que le pain de proposition était posé sur la table.
Par l’intermédiaire de ce pain, l’abondance descendait sur le monde entier.
C’est pour cela qu’il était interdit de laisser la table [du Temple] vide serait-ce un instant : la bénédiction ne peut reposer sur un endroit vide.
Par conséquent, lorsqu’une personne récite Hamotsi (la bénédiction sur le pain) ou les grâces après le repas, il faut qu’il reste sur la table du pain sur lequel les bénédictions Divines reposeront.
[…]

Les paroles de Torah dites à table la rendent très précieuse : un ange responsable de ces paroles les prend, les assemble en forme de table et les apporte devant Hachem.
D’une telle table, on peut dire : « C’est la table qui est devant D. »
[…]

Un homme ne peut pas mériter de s’asseoir à la « table qui est devant D. » dans le monde futur s’il ne veille pas, dans ce monde-ci, à réjouir les mendiants, à les faire asseoir à la sienne et à partager sa nourriture avec eux.
Il est écrit à ce sujet : « Tends ton âme vers les affamés et satisfais l’âme affligée » (Yéchayahou 58,10).
Si l’on fait un effort pour contenter l’âme des pauvres, on méritera de se délecter à la table de D. dans le monde futur.

Une telle table est honorée par la présence de 2 anges, l’un à la droite du maître de maison et l’autre à sa gauche. Ils le bénissent dans ce monde et dans le prochain que sa table soit entière et abondante …

Le racine du mot « chol’han » (table) est : chala’h, qui veut dire : « envoyer ».
Ce nom lui est donné parce que si l’homme veille à ce qu’il fait à sa table, en particulier en ce qui concerne les pauvres, Hachem lui enverra la bénédiction et la prospérité …
Le mot « choul’han » est égalment l’acronyme de : « choél lé’ha ‘hanina nétina » (Il te demande la pitié, le don) …

De plus, l’homme charitable recevra une récompense dans le monde futur, pour lui et pour ses descendants.
Le mot « choul’han » lu à l’envers est une abréviation de : « notsère ‘hessed laalafim chamour » : quiconque montre de la bonté à des milliers [de générations] sera gardé.
En d’autres termes, la bonté envers les pauvres est gardée et préservée pendant de nombreuses générations.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :