L’inquiétude, est comme un aimant qui a la propriété d’attirer le métal.
De même, telle est la nature de la peur : elle va amener à une personne l’objet de sa crainte et la rendre réelle.
[Arvé Na’hal – Vayétsé]

-> Le Ben Ich ‘Haï (Ben Yéhoyada – guémara Baba Kama 60b) rapporte une parabole à propos d’une épidémie que des médecins prévoyaient dans une grande ville.
Avant qu’elle ne commence, un homme a rencontré l’Ange en charge de cette épidémie, et lui a demandé combien de personnes il voulait prendre?
L’Ange lui a répondu : 5 000.

A la fin de l’épidémie, il s’est avéré que 15 000 personnes sont mortes.
Lorsque l’homme a rencontré de nouveau l’Ange, il a demandé pourquoi il lui avait menti puisque 15 000 personnes sont décédées et non 5 000.
L’Ange lui a expliqué qu’il n’avait pas menti, et qu’il avait pris « uniquement » 5 000 personnes.
Les 10 000 restantes sont mortes en amenant sur elles la maladie en raison de leur crainte et de leur panique au sujet de l’évolution de la maladie autour d’eux.

-> « L’esprit d’un homme le supportera dans la maladie ; mais un esprit abattu, qui le soutiendra? » (Michlé 18,14)
Rachi explique que celui qui accepte ce qui lui arrive avec joie et amour, et qui ne met pas d’inquiétude dans son cœur, alors son corps sera capable de surmonter la maladie.

-> En hébreu, l’inquiétude, le souci, se dit : « déagua » (דאגה). Ce mot est composé de chacune des 5 premières lettres de l’alphabet, sauf qu’il manque la lettre « bét » (ב), qui est l’initiale du mot : « bita’hon » (בטחון), comme pour dire : c’est le manque de confiance en D. qui fait que l’homme se soucie exagérément du lendemain.

[il est naturel d’avoir des moments d’inquiétude, mais tout problème prend l’importance que l’on veut bien lui donner. Ainsi, à nous de nous protéger, d’éviter qu’il ne prenne trop de place!]

<—>

-> En hébreu : « badad » (seul, isolé – בדד) est l’acronyme de : « bé’hol déra’hé’ha daéhou » (Dans toutes tes voies, songe à Lui – Michlei 3,6).
=> Pour ne pas se sentir seul dans la vie, nous devons développer notre certitude qu’à tout moment, ce qui nous arrive directement et indirectement ne provient que de la providence Divine.
Que Hahem est toujours présent pour nous, qu’Il nous abandonnera jamais, et qu’Il nous aime toujours infiniment plus que nous ne pourrons nous aimer!

En hébreu, le confinement, l’isolation se dit : « bidoud » (בידוד).
On peut constater que sa valeur numérique est de : 26, comme celle du nom Divin (Tétragramme – יהוה).
Lorsque nous sommes isolés tous seuls, Hachem est avec nous, et ce parce qu’Il ne nous abandonne jamais!
[même si nous faisons les pires fautes, au point de créer énormément d’éloignements avec la spiritualité, en réalité Hachem ne nous laisse pas seul! Il nous aime toujours, et attend notre téchouva.]

<—>

-> « C’est que tout malheur dont j’avais peur fond sur moi. Ce que je redoutais vient m’assaillir » (Iyov 3,25)
Selon la guémara (Béra’hot 60a), ce verset nous enseigne que lorsqu’une personne a peur, cela entraîne la réalisation de ce dont elle a peur.
[rabbi Elimélé’h Bidernman]

<—>

b’h, lire également :
-> C’est notre attitude qui va générer notre joie : https://todahm.com/2017/04/26/5179
-> Quelques réflexions sur l’inquiétude : https://todahm.com/2017/09/27/linquietude
-> De nombreux divré Torah sur la confiance en Hachem : https://todahm.com/category/moussarpensee-juive/foiconfiance-en-d

<—>

-> Lorsqu’il y a un tourment/catastrophe, restez à distance de toute sorte de colère, d’inquiétude, de détresse.
Au contraire, soyez heureux de toutes les manières possibles.
[Ségoulat Israël – au nom du rabbi ‘Haïm Vittal]

<—>

-> Il ne faut pas avoir peur … si ce n’est de Celui qui a amené le tourment/catastrophe (Hachem), et pas du tourment en lui-même.
Gardez avec force votre émouna et bita’hon, car c’est la meilleure protection.
Ne cessez de dire le verset : « Hachem est avec nous » (Yéchayahou 51,12) : Hachem vous protégera et vos enfants.

Ne craignez rien en dehors de Hachem.
Lorsque vous suivez ce conseil, le tourment/catastrophe ne vous nuira pas.
[lettre du rabbi Moché de Kobrin – pendant l’épidémie du Choléra]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :