« Faites le relevé de toute la communauté des enfants d’Israël » (Bamidbar 1,2)

-> Rachi (v.1,1) : « Du fait de l’amour d’Hachem pour Israël, Il les compte à chaque moment. »
[on compte (et recompte) ce qui est cher, ce qui a de la valeur à nos yeux! ]

De plus, Rachi rapporte que du fait de l’interdiction de compter des individus, chacun devait donner une pièce d’un demi-chékel, le représentant.

Le Rabbi de Loubavitch dit que dans un dénombrement, chacun compte pour un. On ne fait pas de différence entre les plus grands et les plus petits.
Par cela, on met en évidence le point le plus profond de sainteté qui réside en chacun. L’intériorité de l’âme de chaque juif est exactement le même pour tous.
Même le juif le plus éloigné de la Torah détient la même étincelle de judaïsme que le plus Saint.

Nos Sages disent que : « Même s’il a fauté, il reste un Israël ».
Ce point intérieur est souvent dissimulé et ne s’exprime pas forcément. Le décompte, qui ne fait pas de différence entre les personnes et qui compte chacun comme un, sert à mettre en évidence cette valeur profonde dont chacun dispose.

=> Par ce décompte, Hachem montre Son Amour pour chaque juif, car Hachem l’affectionne, même s’il est très éloigné, parce qu’il détient cette parcelle qui ne peut en aucun cas se séparer de Lui.
[nous ne devons jamais désespérer, déprimer profondément, car nous avons toujours une valeur interne sublime et Hachem nous aimera personnellement quoiqu’on fasse!]

<—>

-> Le rav Moché Feinstein enseigne que cela est une bonne leçon d’introduction à Shavouot.
Le simple juif risquerait de se dire : « Que suis-je et qui suis-je? Comment, petit comme je suis, pourrais-je avoir une part quelconque dans la Torah? Cela ne me concerne pas! » (je ne suis là que par politesse, pour faire décoration!)

Vient alors ce décompte, montrant que même ce juif simple est égal au plus grand du point de vue de la profondeur de son âme. Il a tout autant de part dans la Torah que le plus grand et ne doit sûrement pas se décourager et baisser les bras!
Chaque juif a de l’importance et possède sa valeur intrinsèque, et il constitue une entité irremplaçable au sein de la communauté juive .

[chacun a des capacités différentes, mais tout le monde a sa part dans la Torah, et est jugé en fonction de l’investissement qu’il met pour la révéler!
Un grand qui exploite peu ses capacités, « vaut » moins qu’un tout petit qui les utilise au maximum!
Ce qui compte n’est pas l’extériorité, mais le cœur débordant d’amour dans la réalité!]

=> En comptant la collectivité, Hachem exprime à quel point individuellement chaque juif compte et est aimé de Lui! A quel point nous sommes tous indispensables pour combattre spirituellement au quotidien dans l’armée Divine, pour révéler Sa grandeur aux yeux de tous!

<—>

-> Le livre de Bamidbar commence par le recensement du peuple juif.
Rachi commente : C’est l’amour qu’Il (Hachem) leur porte qui L’incite à les compter à tout moment.

=> Quel est l’intérêt de compter la même chose encore et encore?

Rabbi Yérou’ham Levovitz (Daat Torah) répond qu’on ne le fait pas pour connaître le total, puisqu’on le connaît déjà, mais parce qu’en comptant on se le rappelle constamment à l’esprit.
Ainsi, pour ainsi dire, le comptage permet de toujours garder dans l’esprit d’Hachem le peuple juif [et la fraîcheur et la plénitude de Son amour à leur égard!]

-> Le livre de Vayikra se termine avec la notion de la dîme des animaux (« le 10e sera consacré à Hachem » – Bé’houkotaï 27,32)

Le propriétaire faisait passer chacune de ses bêtes devant lui, et chaque dizaine était destinée à D.
Cela permettait de se rendre compte de tout ce que D. nous donne, par rapport au peu qu’Il nous demande de Lui restituer (90% c’est pour nous!).
Cela doit développer de la joie et de la reconnaissance d’être juif, d’avoir un papa Hachem qui nous aime et chouchoute tellement!
[nous avons la tendance à se focaliser sur ce que nous reversons (ex: tsédaka), en oubliant le restant!]

Après cette notion, le livre de Bamidbar commence avec le recensement des juifs, qui sont le « troupeau de Hachem ».
Selon le rabbi Shimshon Raphaeël Hirsch, le fait que D. compte chaque juif, témoigne que chaque juif compte, comme un membre unique [et indispensable] de Son troupeau.

A l’approche de Shavouot, nous ne devons pas se dire : moi qui suis si loin du niveau de Moché, suis-je vraiment concerné par le don de la Torah?
La réponse est : oui. Nous avons tous une part unique dans la Torah, une contribution unique à l’Histoire juive.

<—>

+ « Faites le relevé de toute l’assemblée des enfants d’Israël … d’après le nombre de noms (bémispar chémot) » (Bamidbar 1,2)

-> Le ‘Hida (Pné David) fait remarquer que celui qui éprouve de la haine à l’encontre d’une personne se garde naturellement de prononcer son nom, le désignant tout au plus par un surnom ou par des sobriquets.
Or ici, Hachem demande à Moché de recenser les juifs « d’après le nombre de noms » = ils étaient si chers à Ses yeux qu’Il a voulu les compter nommément, et a tenu à ce que cette désignation individuelle éveille et amplifie Son affection pour chacun d’eux.

-> Le Baal haTourim explique que mentionner chaque personne par son nom, cela nous rappelle un des plus grands mérites des juifs lorsqu’ils étaient esclaves en Egypte : ne pas avoir changer leur nom.
Cela a renforcé l’affection que pouvait déjà avoir Hachem pour Son peuple, et par conséquent, Il utilise chaque occasion pour les compter et recompter, comme signe de Son amour pour les juifs.

En ce sens, le rav Yé’hezkel de Kouzmir dit que Hachem nous compte en fonction de nos meilleurs moments de notre vie, et par cela Il garde constamment un amour le plus important à notre égard.

-> Selon le Ramban (Bamidbar 1,45) :
« Si les enfants d’Israël reçurent l’ordre de se faire recenser par Moché et Aharon, c’est parce qu’en se présentant devant eux et en disant son nom, chacun y gagnait mérite et longévité … car Moché et Aharon (les tsadikim de la génération) allaient prier pour lui. »

Ainsi, lorsque Moché et Aharon se présentaient devant la maison de chaque juif (pour les compter), ils posaient leur regard bienveillant sur eux, et ils avaient un tel amour envers chaque juif, qu’ils ont traduit cela en priant pour le meilleur pour cet personne [dont sa descendance!].

=> Ainsi, en plus du fait que la collectivité est importante. Le décompte avait vocation d’apporter une valeur et une importance, une expression d’amour, à chaque individu.
[chaque juif quelqu’il soit a une contribution unique et indispensable à apporter à l’Histoire juive!]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :