« Les enfants d’Israël observeront le Shabbath (véchamérou bné Israël), pour faire du Shabbath (laassot ét aShabbath) une alliance éternelle pour leurs générations » (Ki Tissa 31,16)

-> Le rabbi de Klausenbourg explique que dans le passé l’épreuve du peuple juif consistait à : pouvoir observer le Shabbath (chmirat Shabbath), mais de nos jours l’épreuve principale réside dans le fait de : faire du Shabbath un jour positivement spécial (laassot ét aShabbath).
En effet, nous devons en faire un jour unique : plein de joie, d’unité, de sainteté, …

L’essentiel du Shabbath est le : « brit olam » (l’alliance éternelle) avec Hachem, ce lien unique et incassable de proximité avec notre Papa, le Créateur et Maître du monde.

« D. bénit le 7e jour et le sanctifia » (Béréchit 2,3)

-> Adam et ‘Hava ont été créés et ont fauté, le 6e jour peu avant Shabbath, devant alors être expulsés du Gan Eden.

Le midrach Yalkout Chimoni (Téhilim 843) rapporte que le Shabbath s’est alors présenté à Hachem pour plaider la cause de Adam : « Allez-vous les expulser pendant mon jour? Qu’en est-il de ma sainteté, qu’en est-il de ma bénédiction, pour qu’un tel événement se produise à Shabbath? »

Hachem a été d’accord, et Il a repoussé l’expulsion de Adam et ‘Hava du Gan Eden, à après Shabbath.

Lorsque Adam a entendu cela, il a perçu la grandeur du Shabbath et avec gratitude, il a chanté le Téhilim 92, qui commence par : « Psaume. Cantique pour le jour du Sabbath ».

=> Tâchons de respecter le Shabbath au mieux, car en plaidant notre cause auprès d’Hachem, il nous redonnera toujours plus que ce que nous pourrons lui donner!

Le jour de l’année : c’est Shabbath!!

+ Le jour de l’année : c’est Shabbath!!

-> Le Shabbath précédant Yom Kippour est une occasion en or pour porter un regard plus juste sur la véritable valeur du Shabbath.
En effet, prenons toute la magnificence que Yom Kippour impose en vous, et bien à chaque Shabbath, on devrait au moins ressentir cela.

Si Shabbath se produit très fréquemment ce n’est pas le signe d’une valeur inférieure, mais plutôt d’une bonté infinie de notre papa Hachem, qui multiplie les occasions de revenir vers Lui.

-> Le rav Tsadok haCohen (Pri Tsadik – Vayétsé 3) dit que la sainteté de chacune des fêtes juives prend racine dans la sainteté du Shabbath.
Il souligne que cela est vrai même pour Yom Kippour.

La guémara (Yoma 86a) enseigne qu’il existe 4 niveaux de faute, et à chacun il existe un moyen de réparation de la faute :
-> Pour une mitsva positive, un repentir sincère suffit.
-> Pour une mitsva négative, suite au repentir de la faute, le repentir reste en suspend, jusqu’à ce que Yom Kippour procure un pardon absolu pour cette faute.
-> Pour une faute entraînant la peine de Karett (retranchement de ce monde et de l’autre) ou bien par la peine de mort exécutée par le Beth Din (à l’époque du Temple), il est nécessaire d’avoir le repentir, le jour de Kippour et également des épreuves (souffrances) pour totalement laver une personne.
-> Enfin, il y a la faute la plus grave : la profanation du Nom Divin (‘hilloul Hachem), dont seule la mort permet d’expier totalement une personne.
[il est néanmoins possible de réparer en faisant du kiddouch Hachem]

La guémara (Shabbath 118b) affirme : « Celui qui observe le Shabbath correctement voit ses fautes pardonnées, même si l’idolâtrie figure au nombre de ses fautes. »
Rav Tsadok haCohen écrit que l’observance du Shabbath entraîne l’expiation pour toutes les fautes, même pour l’idolâtrie, qui est la pire forme de ‘hilloul Hachem.
Dans un sens, le pardon que permet le Shabbath est largement supérieur à celui de Yom Kippour.

Comment pouvons-nous comprendre cela?

Le Bné Yissa’har (Maamaré ‘Hodech Tichri 4), cite le ‘Hida, qui assure que lorsque la guémara parle de différents moyens permettant de réparer différents types de fautes, elle fait référence à celui qui fait téchouva par la crainte (méyir’a) de la punition.
Cependant, si un fauteur fait une téchouva par amour (méaava), alors il obtient immédiatement le pardon, et ce quelque soit la faute qu’il a pu commettre.

Le Bné Yissa’har définit la téchouva par amour, comme une aspiration sincère à revenir vers Hachem, comme un enfant qui aspire à retourner à son père.
Cette téchouva n’est pas motivée par la peur de la punition, mais par un désir de reconstruire le lien, une connexion avec Hachem.

Ainsi, à Shabbath, on fait téchouva par amour comme des enfants qui sont trop occupés la semaine et qui sont très heureux de pouvoir retrouver leurs parents le week-end (ou pire après une longue absence).
C’est un moment où l’on a envie de pouvoir développer notre relation avec Hachem, un moment agréable de proximité où l’on fait une téchouva véritablement par amour, et qui entraîne le pardon total de toutes nos fautes.

A Yom Kippour, on fait principalement téchouva par crainte du Jugement Divin en cours.

Le Bné Yissa’har cite le Maharcha, qui dit que la téchouva par crainte, entraîne que l’on agit uniquement en fonction de ce qui nous ai demandé (strict minimum), tandis que la téchouva par amour fait que l’on agit au-delà (quand on aime, on ne compte pas les efforts pour l’être aimé : Hachem!). Toute occasion est bonne pour faire plaisir à D. (embellir les mitsvot, faire plus que le minimum).

A Shabbath, nous ne manquons pas d’occasions pour exprimer notre grand amour de Hachem, en acceptant par exemple le Shabbath plus tôt, démontrant l’impatience et la joie de Le retrouver.
=> Nous méritons grâce à tout cette amour un pardon total de nos fautes, ce que ne permet pas Yom Kippour où la crainte du Jugement Divin règne, nous terrorise.

<————————–>

– > Plus encore : « Celui qui fait téchouva par amour, ses fautes volontaires sont transformées en mérites. » (guémara Yoma 86b)

<————————–>

-> « Une personne qui profane le Shabbath publiquement et intentionnellement renie le fait que D. a créé le monde, comme un idolâtre renie l’existence de Hachem.
Les 2 sont punis de la même façon : la lapidation.
[…]
Tout le monde est dans un état de crainte le jour de Kippour.
Les gens y jeûnent, s’affligent, et font très attention d’éviter la moindre transgression.
Cependant, la sainteté du Shabbath ne les touche pas autant.

Nous sommes impressionnés par Yom Kippour parce qu’en ce jour D. pardonne nos fautes.
Mais nous devons prendre conscience que le Shabbath amène plus de pardon que ne le fait Yom Kippour.
En effet, en observant le Shabbath, D. pardonne toutes nos fautes. »

[Michna Béroura – Introduction aux Hilkhot Shabbath]

<————————–>

-> Selon le ‘Hizkouni (Vayikra 23,32) :
– Shabbath est appelé : Shabbatot l’Hachem : un Shabbath pour Hachem ;
– et Yom Kippour : Shabbaté’hem = vos Shabbath.

En faisant Shabbath nous attestons que Hachem a créé le monde en 6 jours, se reposant le 7e, tandis qu’à Kippour l’objectif est de stopper la routine quotidienne afin de pouvoir se purifier en expiant nos fautes.

[On dit sur Kippour : Shabbath Shabbaton : le Shabbath des Shabbath.
Si le Shabbath ne suffit pas à ce que tu fasses téchouva (par amour) à cause de la routine (ça a lieu tout le temps!), alors il y a un dernier recours (la der des der) : Kippour (ce n’est qu’une fois pas an, alors faut pas se louper!) pour faire téchouva (par crainte) ]

<————————–>

-> Le rav Pinkous (Néfech Chimchon) rapporte le Zohar disant que le pouvoir/la puissance des prières du Shabbath est le même qu’à Kippour.

-> b’h, voir aussi : https://todahm.com/2016/12/27/le-jour-le-plus-saint-de-lannee-juive-est
-> et aussi b’h : https://todahm.com/2015/03/17/donner-au-shabbath-toute-sa-valeur

-> b’h, Comparaison entre Yom Kippour et Pourim : https://todahm.com/2016/10/20/kippour-et-pourim

« Le Shabbath nous offre une nouvelle perspective sur nos activités du quotidien.
La joie ressentie pendant les jours de la semaine est uniquement orientée vers ce jour saint, car sans lui, ce bonheur est vide de sens. »

[Rav Chimchon Pinkous – basé sur le midrach Béréchit rabba 10,10]

<——————->

-> Notre proximité avec Hachem dans le monde à venir sera à la mesure de notre élévation pendant le Shabbath dans ce monde-ci.
[Rabbi Chlomo de Karlin]

-> Pendant Shabbath règne une lumière éclatante, issue de l’éblouissante lumière originelle qui emplissait la terre et fut mise de côté pour les tsadikim.
[Tiféret Chlomo]

La Havdala

+ La Havdala :

-> Selon le Rambam, c’est une mitsva positive de la Torah que de sanctifier le Shabbath par une expression verbale.
Ce rappel doit être fait à son début par le Kiddouch qui sanctifie le jour, et à sa fin par la Havdala qui est une déclaration de séparation.

D’après certains décisionnaires, la Havadala est une institution de nos Sages qui est évoquée implicitement dans certains versets de la Torah.
Tout le monde est d’accord, qu’elle a été rédigée par les Sages de la Grande Assemblée [à l’image des autres prières].
[le Lévouch 296,1]

-> Lorsque la Grande Assemblée a institué initialement la Havdala, la prière était uniquement prononcée pendant la Amida dans la bénédiction de : ata ‘honantanou.

Lorsque les juifs ont gagné en richesses, il a été décrété que la Havdala sera récitée sur un verre de vin.
Lorsque les juifs sont devenus par la suite de nouveau pauvres, la Havdala a de nouveau été insérée dans la Amida, tout en maintenant la règle de la faire sur le vin.
[guémara Béra’hot 33a]

-> Rabbi Yo’hanan dit : Celui qui réside en Israël, celui qui éduque ses enfants à étudier la Torah, et celui qui fait la Havdala sur du vin à la sortie de Shabbath, sont assurés d’hériter leur part dans le monde à venir.
[guémara Pessa’him 113a]

-> Rabbi ‘Hiya bar Abba enseigne : Quiconque récite la Havdala à toutes les sorties de Shabbath aura des enfants qui étudient la Torah.
Rabbi Yéhochoua ben Lévi dit : Il aura des enfants méritants d’être des maîtres [en Torah].
[guémara Chvouot 18a]

-> Rav Yits’hak dit : Quiconque accomplira la mitsva de la Havdala correctement, méritera d’avoir des garçons intelligents ayant le niveau d’enseigner les préceptes de la Torah, Hachem le chérira en le surnommant : « kadoch » (Saint), par contre, celui qui délaisse cette mitsva, ne connaîtra jamais le bonheur et la prospérité. »
[Pirké déRabbi Eliezer – chap.20]

<———————->

+ L’ordre des bénédictions :

-> A ce sujet (b’h) : https://todahm.com/2016/08/22/la-havdala

-> L’ordre des bénédictions suit l’avis de Beit Hillel, qui se base sur le verset : « béssamim roch » (בְּשָׂמִים רֹאשׁ – Ki Tissa 30,23), se traduisant littéralement par : « les béssamim en 1ers ».

La senteur est appréciée par l’âme, tandis que la vision de la flamme est apprécié par le corps.
Les béssamim sont prioritaires sur la flamme.
[Yaavèts]

-> Le vin, les aromatiques/épices, la flamme et la séparation s’élèvent dans l’ordre des capacités humaines, en partant de celui qui est le grossier à celui qui est le plus subtile :

1°/ le sens du goût, que nous ressentons lorsque nous mangeons et buvons, est celui qui est le plus physique. C’est pourquoi la bénédiction sur le vin vient d’abord.

2°/ le sens de l’odorat par les senteurs peuvent être ressentie même à distance sans la nécessité de devoir toucher l’objet. Etant ainsi un sens qui est moins physique, sa bénédiction vient en 2e position.

3°/ le sens de la vue : c’est un sens encore plus raffiné, puisque nous pouvons apercevoir même les étoiles qui sont à des années lumières de nous. C’est pourquoi la 3e bénédiction porte sur la vision de la flamme.

4°/ la bénédiction de la Havdala est celle qui se situe au niveau le plus élevé.
En effet, uniquement l’intelligence humaine peut faire la distinction entre le sacré et le profane.
C’est cela qui nous donne les moyens de comprendre la sainte Torah.

[le Kaf ha’Haïm 296,3]

<—————————>

+ Les odeurs : Boré miné bessamim :

-> Pourquoi faisons-nous une bénédiction sur la senteur d’aromatiques/d’épices?

A la sortie de Shabbath, au moment où la néchama yétéra (le supplément d’âme) nous quitte, un juif se sent triste et déprimé.
En respirant l’odeur agréable des bessamim, cela va élever son esprit.
[Tossafot – guémara Beitsa 33b]

-> Pendant Shabbath les feux du guéhinam sont éteints, et ils ne sont rallumés qu’à sa sortie.
La senteur des bessamim est désignée pour neutraliser l’odeur nauséabonde émanant du guéhinam.
[le Bach 296]

-> Lorsque ‘Hava a fauté en mangeant du fruit interdit, 4 de ses 5 sens en ont retiré du plaisir : elle l’a vu, elle a entendu la séduction du serpent, elle a touché le fruit et elle l’a goûté.

Puisque ‘Hava a réalisé la faute dans la journée du vendredi, la néchama yétéra, qui prend plaisir aux senteurs n’était pas encore arrivée.
A la sortie de Shabbath, lorsque la néchama yétéra nous quitte, nous prenons plaisir à la pensée du seul sens qui n’a pas été contaminé par la faute de ‘Hava : celui de l’odorat.
[Séfer Mat’amim]

-> La néchama yétéra vient d’en-haut où elle respire les odeurs divines du Gan Eden.
Elle n’est pas heureuse d’être dans ce monde avec des odeurs nauséabondes de fautes.
Nous lui fournissons les bessamim pour rendre plus agréable son inconfort.
[Séfer Mat’amim]

<———————->

+ La flamme : Boré méoré ha’esh :

-> Lorsque Adam fut créé, il y avait la lumière du jour pendant 36 heures de suite : 12 heures le vendredi (depuis l’heure de sa création en ce jour), 12 heures pour la nuit du vendredi soir, et 12 heures pour le Shabbath.

Lorsque le soleil s’est couché à la sortie de Shabbath, Adam en a été terrifié.
Banni du Gan Eden, il pensait qu’il faisait face à des dangers mortels invisibles à ses yeux (puisqu’il faisait nuit noire!).

Mais Hachem a fourni à Adam un instinct de survie, et il a frotté des pierres ensemble qui ont alors créé un feu, lui apportant de la lumière et de la chaleur.
A ce moment, Adam a récité une bénédiction sur le feu : « Boré méoré a’esh » (Qui créé les lumières du feu).
[midrach Béréchit rabba 11,2]

-> Le Lévouch dit que la raison principale pour laquelle nous disons la bénédiction : « Boré méoré a’esh » à la sortie de Shabbath, est pour se souvenir de la lumière originelle que Hachem a créé le 1er jour de la Création, comme il est dit : « D. dit : Que la lumière soit » (Béréchit 1,3).

Selon le Divré Yoël, parmi toutes les créations originelles, nous ne faisons de bénédiction uniquement sur le feu, car les autres créations vont bénéficier également aux réchaïm.
Quant à lui, le feu représente la lumière du 1er jour de la Création qui a été cachée dans la Torah, pour que ne puisse en profiter que les tsadikim qui étudient la Torah en l’honneur d’Hachem.

<———————->

-> La Havdala doit être récitée avec des chants traditionnels, puisque nous disons : « Au revoir! » à notre invité le Shabbath.

Un invité important est escorté jusqu’à la porte et renvoyé sur sa route avec des chansons, comme il est dit : « Je t’aurais reconduit avec allégresse, avec des chants, au son du tambourin et de la harpe! » (Vayétsé 31,27).  »
[le Yaavets]

-> « A l’issue de chaque Shabbath, le machia’h et Eliyahou haNavi siègent sous l’arbre de la vie pour retranscrire les mérites du peuple juif qui respecte le Shabbath, c’est alors que Hachem s’associe à eux et appose son sceau en signe de consentement. »
[midrach Ruth – chap.5]

[Nous avons l’habitude de dire : Eliyahou haNavi za’hour létov! ]

<———————->

-> b’h, Sur le sujet de la Havdala, voir également un dvar Torah sur : Pourquoi regardons-nous nos ongles durant la havdala? : https://todahm.com/2016/04/25/pourquoi-regardons-nous-nos-ongles-durant-la-havdala

Pourquoi manger du poisson à Shabbath?

+ Pourquoi manger du poisson à Shabbath?

-> Comment une personne peut prendre plaisir à Shabbath?
Rav Yéhouda répond : en mangeant un grand poisson.
[guémara Shabbath 118a]

-> Selon le Baal haTanya, la Torah ne nous ordonne pas de manger du poisson à Shabbath ; c’est un embellissement de la mitsva de prendre plaisir à Shabbath.
[Choulh’an Arou’h haRav 242,4]

-> « Il est bien de manger du poisson lors des 3 repas de Shabbath, à moins qu’on ne l’apprécie pas. »
[Michna Broura 242,2]

-> Les repas de Shabbath sont comparés à la manne descendant dans le désert, et nos Sages disent qu’elle avait le goût de tout aliment qu’on pouvait imaginer, à l’exception du poisson.
Pour compenser cette saveur alors inaccessible, nous faisons un effort d’en manger à Shabbath.
[Taamé haMinhaguim]

-> La valeur numérique de : dag (poisson – דג) est de 7, mettant en avant la signification de le manger le 7e jour de la semaine, à Shabbath.
[Oneg Shabbath]

-> Shabbath est un jour destiné à des objectifs spirituels : prier, étudier la Torah, faire des mitsvot.
En ce sens, le moins nous passons de temps à dormir, le mieux c’est.

En mangeant du poisson, qui ne ferme jamais les yeux et même continue parfois à nager pendant son sommeil, nous nous rappelons de ne pas perdre les heures si précieuses de Shabbath en dormant [voir pire en tuant le temps, disant du lachon ara, …].
[oul’Acher Amar]

[les poissons ne peuvent vivre que dans l’eau, qui représente la Torah. Or, Shabbath n’a été donné que pour l’étude de la Torah.
Manger du poisson est bien un rappel en ce sens. ]

<——————->

-> La guémara (Baba Batra 75a) rapporte que dans le monde futur, Hachem fera un festin pour les tsadikim.
Le menu consistera en de la chair du poisson Léviathan, de la viande d’un bœuf sauvage (le chor habor) et du vin ayant été mis de côté depuis les 6 jours de la Création.

Afin de nous donner un avant goût du monde à venir (jour qui est entièrement Shabbath), nous consommons ces 3 choses qui seront servis pendant le grand festin futur : du poisson, de la viande et du vin.
[le Matté Moché]

-> Puisque le poisson vit sous l’eau, ils n’ont pas de lien avec ce monde.
Shabbath étant un semblant du monde à venir, il est de même détaché de ce monde.
Il convient ainsi de manger du poisson en ce jour.
[‘Hachava léTova]

-> Contrairement aux animaux, le poisson ne produit pas de son.
En mangeant du poisson, nous nous rappelons d’agir comme eux en nous retenant de paroles inutiles et légères, en ce jour si spécial.
[Imré Yéhouda – Chéla’h]

<——————->

+ « Les cieux sont à D. tandis que la terre ferme fut octroyée à l’homme » (Téhilim 115,16)

Rabbi Baroukh Leff enseigne que ce n’est que la terre ferme qui fut donnée aux hommes ; l’eau ne nécessite pas d’être développée ultérieurement.
Les mers ne font partie que du domaine divin, et sont déjà parfaites.
Par conséquent, les poissons qui sont en son sein n’ont pas besoin de ché’hita (abattage rituel), et peuvent être consommés directement après avoir été tirés de l’eau.

Les animaux nécessitent encore une action humaine afin de les amener à leur niveau de perfection, ce qui n’est pas nécessaire pour les poissons.

Etant 2 mondes séparés, ils ne doivent jamais être mangés ensemble.

En ce sens, le Ari zal enseigne qu’une personne qui est un vrai tsadik, laisse une vie quasi parfaite ne nécessitant quasiment plus de réparation.
Ainsi, Hachem fait revenir brièvement dans notre monde son âme quasi parfaite sous la forme d’un poisson, qui ont eux aussi une forme parfaite.

<———->

+ « De tout ce qui était sur la terre sèche, périt » (Noa’h 7,22)

-> Malgré le fait que les eaux du déluge étaient bouillantes (guémara Sanhédrin 108b), les poissons ne sont pas morts (guémara Zéva’him 113b).

Les poissons ont été les 1eres créatures vivantes que D. a créé.
Ils sont apparus le 5e jour, avant les oiseaux (qui ont aussi été créés en ce même jour), et avant les autres animaux et les hommes (qui ont été créés le 6e jour).
C’est en considération de cette qualité qu’ils n’ont pas été détruits.

D’ailleurs, la coutume de commencer par manger du poisson à Shabbath peut venir de ce fait qu’ils ont été créés avant les volailles (oiseaux) et les animaux.

-> Le Torat Yé’hiel dit qu’ils ont été récompensés d’être mangés le Shabbath, pour avoir été la seule espèce qui n’a pas fauté durant la génération de Noa’h.

-> Le Ramban (Béréchit 9,3) rapporte qu’après le déluge, Noa’h a reçu la permission de manger de la chair animale, car les animaux ont été sauvés grâce à lui.
Mais puisque les poissons ne sont pas morts pendant le déluge, Noa’h n’a pas été autorisé à les consommer.

Selon le Pardess Yossef (Noa’h), ce n’est qu’après le don de la Torah, qui a eu lieu un Shabbath, que la permission de manger des poissons a été accordée.

D’ailleurs, certains rabbanim ‘hassidiques n’en mangeaient pas le restant de la semaine, car c’est un plat de fête réservé au Shabbath.

<——————->

-> La guémara (Béra’hot 20a) rapporte que le fait qu’ils soient complètement enveloppés par l’eau protectrice garantit également de ne pas souffrir du ayin ara (mauvais œil).
Confinés dans leur domaine sûr et isolé, ils sont hors d’atteinte de toute la négativité du milieu extérieur.

-> Shabbath est l’occasion de prendre conscience et de renforcer notre souhait d’éviter de nous exposer à l’influence négative du monde matériel, pour davantage se concentrer sur notre spiritualité, et ce en étant remplis de sainteté.

=> En ce jour dédié à une grande proximité avec Hachem (néchama supplémentaire), nous prenons conscience de la requête de papa Hachem : kédochim tiyou (soyez kadoch!).

Le 3e repas de Shabbath

+ Le 3e repas de Shabbath :

-> Selon la kabbale, le moment du 3e repas de Shabbath est dénommé : « Raava Déraavin » (le temps de faveur des faveurs), c’est la période durant laquelle Hachem est disposé avec le plus de bonté envers le peuple juif.

-> Le ‘Hozé de Lublin fait remarquer que les 2 premiers repas sont consommés à des horaires habituelles auxquelles nous avons faim.
Le 3e repas a lieu à un moment où souvent nous n’aurions jamais mangé à nouveau si ce n’était pas pour accomplir la mitsva.
Ainsi, c’est le seul repas qui permet d’attester que nous le faisons parce que Hachem nous l’ordonne, et non pas notre ventre.

Par cela, le 3e repas a le pouvoir de sanctifier les 2 repas précédents, et c’est comme si les 3 repas étaient consommés par un seul esprit de dévouement.
[Divré Emet]

-> Les 3 repas de Shabbath font allusion aux 3 Patriarches : Avraham, Yits’hak et Yaakov.

Yaakov, symbole du 3e repas, englobe ses ascendants : Avraham et Yits’hak.
Ainsi, le 3e repas comprend les 2 repas précédents.

<——————–>

+ Un temps de faveur des faveurs :

-> Hachem a commencé à créer le monde à la sortie de Shabbath.
L’instant juste avant qu’Il commence à créer était le dernier moment de Shabbath.
Ainsi, la volonté divine de créer le monde a surgi un instant avant le début des 6 jours de la semaine, qui est le moment où l’on mange le 3e repas.

C’est un temps de déversement de faveurs, car c’est là que s’est éveillé la volonté divine de créer le monde dans un acte de suprême bonté.
[le Maor vaChémech – Likoutim]

-> Le Divré Chmouel (sur Mikets 43,25) commente en disant que Yaakov a demandé à ses enfants de partager spécifiquement leur 3e repas de Shabbath avec Yossef, car c’est un moment de « raava déraavin », que cela aiderait certainement, et ce fait le cas.

-> Puisque le 3e repas est un temps de faveur des faveurs, une prière pour la subsistance sera certainement répondue.
De plus, c’est au cours de ce repas que le comportement d’une personne est déterminé, c’est pourquoi c’est un moment opportun pour prier pour être humble et soumis (à la volonté de D.).
[Imré Pin’has – page 114]

<——————–>

+ Le point culminant de Shabbath :

-> Selon le Azi zal, au moment de la 3e Séouda, les juifs sont invités à s’asseoir à la table de Hachem : « pour voir la splendeur de la présence divine ».

-> Le 3e repas est le moment où Hachem s’unit avec le peuple juif et nous devenons un avec la présence divine.
[Tséma’h David – Shabbath]

-> Le Maguid de Kozhnitz dit qu’à ce moment chaque juif a le statut de : « Tsadikim qui sont assis au Gan Eden, portant les couronnes qu’ils ont obtenus avec les mitsvot qu’ils ont réalisé, profitant de la splendeur de la sainte présence divine » (guémara Béra’hot 17a).

-> Nos Sages enseignent que le 3e repas est un moment très adapté pour faire téchouva, car c’est un temps où l’âme d’une personne est (particulièrement) liée à Hachem.

D’ailleurs, rabbi Kalonymus Kalmish Shapiro disait que le 3e repas est le Yom Kippour hebdomadaire.

-> Observant 2 hommes discutant l’un l’autre pendant la période du 3e repas, le rabbi de Satmar les a réprimandé : « Vous êtes en train de perdre les minutes les plus précieuses de toute la semaine en commérages! »

<————–>

-> Le ‘Hida rapporte avoir vu un manuscrit de rabbi ‘Haïm Vital citant rav ‘Haï Gaon, affirmant qu’il y a une tradition testée et approuvée qu’une personne qui prolonge le 3e repas sera couronnée de succès pendant la semaine à venir.

-> Le ‘Hafets ‘Haïm donnait un cours de Torah à une communauté, et une fois l’heure de la fin de Shabbath dépassée, il sentit une impatience grandissante dans l’assemblée : faisons arvit au plus vite, Shabbath est terminé!

Il a dit : « Qui peut dire que dans sa famille, il n’a pas un ancêtre qui est en enfer?

La règle est que l’on remet les personnes à souffrir en enfer, qu’une fois que le dernier minyan de sa ville fait sortir Shabbath (récitant le « ouva létsion » dans la prière de arvit).

Etes-vous impatient d’amener au plus vite les atroces souffrances de l’enfer sur vos ancêtres, en voulant faire sortir au plus vite Shabbath? »