« Celui qui garde le Shabbath est considéré comme ayant gardé la Torah toute entière […]
Quiconque transgresse le Shabbath est considéré comme ayant renié toute la Torah »

[midrach Chémot rabba 25,12 ; midrach Aggada 15,34]

-> Le repos que nous ressentons pendant Shabbath, n’est pas uniquement un repos du travail en ce jour. Mais plutôt, il nous amène la capacité de se sentir calme et tranquille d’esprit durant tous les autres jours de la semaine.

[rav Eliyahou Méïr Bloch – Péniné Daat]

<—>

-> « Le Shabbath n’a pas été donné uniquement aux juifs afin qu’ils réalisent une mitsva.
L’essence même du Shabbath est un cadeau : le cadeau de la tranquillité d’esprit. »
[Rav Shlomo Wolbe – Alei Chour]

Si un non-juif connaissait le plaisir d’étudier une page de guémara avant la prière du matin de Shabbath, il se convertirait uniquement pour avoir l’occasion de le ressentir.

[‘Hazon Ich]

« L’arrêt du travail durant Shabbath fait prendre conscience à l’homme que, s’il est libre durant la semaine d’exploiter les ressources de la nature à son profit, de manier à son gré les moyens de production, il n’en est pas pour autant le dominateur ni le véritable propriétaire.

Lorsqu’arrive Shabbath, il se sépare de tous ses pouvoirs et les dépose humblement aux pieds du Créateur. »

[rav Elie Munk – Chémot 20,10]

« La Présence Divine ne quitte jamais un juif pendant Shabbath, un Yom Tov, et même pendant un Shabbath de la semaine »
[Zohar]

=> Shabbath est notre jour d’intimité totale avec Hachem.
Comment peut-on ne pas en être fou de joie?
Comment peut-on se comporter comme le restant de la semaine sans honorer et profiter de Sa présence permanente à nos côtés?

[le rav Pinkous enseigne que nous terminons le chant de : « Shalom Alé’hem » (vendredi soir avant le repas), par : « bétsété’hem léShalom (allez en paix!) » = nous demandons aux 2 anges qui nous ont raccompagné de la synagogue, de nous laisser seul en tête à tête avec notre papa Hachem! ]

<—>

[Selon nos Sages, le « Shabbath de la semaine » fait référence au cas d’une personne dans une situation extrême ou en voyage, qui a perdu toute notion du temps (comptant alors 7 jours, et faisant Shabbath même si ce n’est pas la bonne date en réalité).
Ainsi, quelque soit le moment où cette personne pourra réaliser Shabbath, Hachem ne la quittera pas en ce jour!]

« Un homme craindra sa mère et son père, et Mes Shabbat vous observerez » (Kédochim 19, 3)

-> Le Zohar enseigne que quand un homme trouve des ‘hidouchim de la Thora pendant Shabbat, dans le Ciel on couronne ses parents (quand ils sont déjà morts) dans l’autre monde.
Cela est en allusion dans ce verset qui juxtapose le respect des parents et celui du Shabbat. Car si un homme souhaite honorer ses parents, alors il lui convient d’honorer le Shabbat en y trouvant des ‘Hidouchim.
[‘Hida]

-> Le Ari Zal (rapporté dans Chaaré Téchouva) affirme également qu’une couronne spéciale est créée pour le père [et mère] de celui qui étudie une nouvelle idée de la Torah le Shabbath.

Le Yéssod véShoresh haAvoda (Bémaalot haShabbath) rapporte qu’en plus, D. embrasse la tête de ce même père [et mère].

<—>

Précisions sur la notion de ‘hidouch : nouveauté en Torah :
-> Selon le Chaaré Téchouva, si quelqu’un ne peut pas être créatif, s’il apprend quelque chose qu’il n’a jamais étudié auparavant, ce sera également qualité de ‘hidouch.

-> Le Yessod véShorech haAvoda (Chaar 8,12) dit que toute nouvelle inspiration conduisant à améliorer ses midot, son caractère ou tout bon comportement que l’on accepte sur soi, est aussi considéré comme un ‘hidouch.

<———————————————->

-> Le Réchit ‘Hochma (Chaar Kédoucha 3,4-7) enseigne :
« Après Shabbath, lorsque l’âme supplémentaire quitte le royaume physique pour retourner dans le Ciel, D. lui demande : « Quel ‘hidouch (idée nouvelle) de Torah as-tu entendu? »

Le Zohar qui déclare : « Combien est bienheureuse l’âme qui peut réciter des ‘hidouché Torah devant Hachem.
D. se réjouit énormément et rassemble tous ceux qui se trouvent dans Son palais et s’exclame : « Nous avons entendu une idée perspicace transmise par l’âme de cette personne! »

Tout le palais et tous les anges écoutent le ‘Hidouch.
Mais si l’âme n’a pas de ‘hidouch à raconter au palais Céleste, elle en a honte et ensuite les anges s’affaiblissent, pour ainsi dire. »

« Les enfants d’Israël observeront le Shabbath (véchamérou bné Israël), pour faire du Shabbath (laassot ét aShabbath) une alliance éternelle pour leurs générations » (Ki Tissa 31,16)

-> Le rabbi de Klausenbourg explique que dans le passé l’épreuve du peuple juif consistait à : pouvoir observer le Shabbath (chmirat Shabbath), mais de nos jours l’épreuve principale réside dans le fait de : faire du Shabbath un jour positivement spécial (laassot ét aShabbath).
En effet, nous devons en faire un jour unique : plein de joie, d’unité, de sainteté, …

L’essentiel du Shabbath est le : « brit olam » (l’alliance éternelle) avec Hachem, ce lien unique et incassable de proximité avec notre Papa, le Créateur et Maître du monde.