« Le désir le plus profond d’un juif est de servir Hachem.
Indépendamment de toute récompense ou punition, un juif cherche à réaliser la volonté de Hachem et à Lui donner satisfaction. »

[Kédouchat Lévi]

<—>

-> Aujourd’hui, on entend partout de bruyants éclats de rire? Qu’est-ce que cela signifie?

En réalité, au plus profond d’eux-mêmes, beaucoup de gens sont tristes, et c’est pourquoi ils s’efforcent de rire. Ils recherchent sans cesse ce qui pourrait leur apporter de la joie, et ils ne le trouvent pas.

De par sa nature, l’âme de l’homme est assoiffée de quelque chose, et lorsqu’elle ne le trouve pas, elle reste affamée … et devient triste.

Nous devons donc vérifier, en nous-mêmes, si nous connaissons la vraie joie, si nous sommes heureux d’être juifs, de pouvoir accomplir les mitsvot, d’étudier la Torah : bref, être en relation directe avec le Maître du monde.

[Rav Chimchon David Pinkous]

<—>

->  »Une fois que nous avons compris que nous existons que pour nous rapprocher d’Hashem, nous sommes en possession de la véritable sagesse. »
[l’Admour de Neshiz]

[il n’existe pas de plus grande joie/bonheur que le sentiment de se rapprocher de Sa véritable source : Hachem]

« Un orgueilleux profane le Nom de Hachem et entraîne les gens à fauter.

Il est comme une carcasse qui a été jetée dans un marché, et qui oblige chaque passant à se couvrir le nez jusqu’à l’avoir dépassée.
De même, une personne orgueilleuse déshonore la Torah et ceux qui l’étudient, et ils font s’éloigner les gens de la Torah, car ces derniers se disent : « Quel avantage y a-t-il dans la Torah, si ceux qui l’étudient sont mauvais? »
En conséquence, ils quittent la Torah. »

[Or’hot Tsadikim – gaava]

Le Or’hot Tsadikim, affirme également qu’à l’inverse, une personne humble va exercer une influence importante sur autrui, qui vont souhaiter l’imiter, et cela amène alors un grand kiddouch Hachem.

<————>

+ Dans un arbre, les branches vides ne contiennent rien pour les alourdir, tandis que celles qui portent de beaux fruits sont alourdies, entraînant qu’elles se trouvent le plus bas.
De même, une humilité sincère témoigne qu’une personne porte en elle des fruits de qualité.
[Sagesse juive]

<————>

-> Le Kli Yakar (Vayikra 4,35), rapporte le midrach rabba affirmant qu’un orgueilleux sera : « jugé uniquement dans le feu ».
Pourquoi cela?

Il explique que par nature le trait de l’arrogance est le désir de s’élever au-dessus d’autrui.
Ainsi, une telle personne sera jugée par le feu, car par nature un feu procède de même : cherchant toujours à monter vers le haut, ses flammes sautant sur tout ce qui peut se trouver sur son chemin (de même qu’un orgueilleux va réduire en cendre tout ce qui a de valeur chez son prochain, pour mieux s’élever!).

On consume un sacrifice par le feu, dans un but d’expier ce mauvais trait de caractère, qui est à l’origine de nos fautes (indirectement on pense en nous : comment Hachem peut me dire quoi faire à moi!).

« Lorsqu’une personne reçoit des honneurs, le Tribunal Céleste examine minutieusement son dossier pour voir si elle mérite de tels honneurs.
Il n’est pas bon d’avoir son dossier qui est scruté en détail, car qui n’a pas des fautes sur lesquelles il faut rendre des comptes? »

[le Baal Chem Tov]

<——–>

D’un côté, nous devons honorer autrui, mais d’un autre côté lorsque nous sommes honorés, nous devons faire attention à ne pas tout s’attribuer à soi-même.
En effet, puisqu’à l’origine de toute chose il y a Hachem qui l’a rendu possible, ne pas rendre à D. ce qui Lui revient, c’est comme si l’on s’habillait des habits Divins et qu’on proclamait que c’était les nôtres.

D’ailleurs, le ‘Hida affirme que si l’on a un regard rempli d’honnêteté, de vérité, alors l’orgueil disparaît.
[en réalité c’est à 99,9999…% grâce à D.]

=> absolument tout n’existe que grâce à D., ainsi lorsqu’une créature proclame que son « moi » existe de manière autonome, alors au Ciel on va analyser de manière approfondie cette personne.

A l’inverse, lorsque l’on fait partie d’une communauté, lorsque l’on remercie Hachem pour toute chose, alors notre « moi » est quasi-nul faisant qu’il n’y a pas de matière à nous juger dans les moindres détails.
Le Or’hot Tsadikim enseigne que l’humilité sauve une personne de beaucoup d’épreuves.
En effet, puisqu’elle se considère comme insignifiante, alors au moment de la juger rien ne sera suffisamment significatif pour amener sur elle des épreuves.

==> Nous sommes jugés proportionnellement au zoom que nous mettons sur notre personne.
Plus nous nous voyons comme grands (orgueilleux), alors plus nos actions serons vues en grand, nous obligeant à rendre des comptes sur les moindres petits détails.

<——–>

-> Le mot : « lév » (coeur – לב) a la même guématria que : « kavod » (honneur – כבוד), soit 32.

Le ‘Hafets ‘Haïm enseigne qu’il faut faire très attention à ne pas recevoir d’honneur supplémentaire dans ce monde.
Il dit que notre récompense du monde futur, peut se trouver diminuée du kavod (non nécessaire) que l’on reçoit dans ce monde.

L’aspect fondamental est comment on ressent le kavod (כבוד) en nous, dans notre cœur (לב).
Si notre approche est d’avoir des honneurs pour notre personne alors c’est dangereux, par contre si nous voyons les honneurs comme une opportunité de diffuser la parole de Hachem alors cela est positif.
=> Tout dépend de notre sentiment dans notre cœur (grandir notre égo ou bien grandir Hachem en faisant sa volonté?).

Par exemple, le rav Nevenzhal écrit que nous pouvons utiliser le kavod pour influencer autrui à faire des mitsvot.

« A la fin, ce n’est pas les années de ta vie qui comptent, mais plutôt la vie dans tes années! »

[rav Avraham Linkener]

« Bétsalel exécutera avec Aholiav et tout homme sage de cœur que Hachem a doté (baéma) de sagesse et d’intelligence pour savoir et pour exécuter tout le travail de l’ouvrage du Sanctuaire. » (Vayakél 36,1)

Le terme : « doté » (baéma – בָּהֵמָּה) possède les mêmes lettres que le mot : « un animal (bééma – בְּהֵמָה).
Le midrach (Chémot rabba 48,3) commente que nous voyons d’ici que même les animaux des personnes qui ont construit le Michkan étaient dotés de sagesse.

Le ‘Hatam Sofer (Torat Moché) dit que cela était un message de Hachem à ces artisans du Michkan : « Ne devenaient pas arrogants, car toute la sagesse que vous avez pour faire le Michkan provient de Moi. Et au moment où Je le désire, Je peux même la donner à un animal! »

« Lorsque vous êtes né, vous avez pleuré et tout le monde s’est réjoui.

Vivez votre vie de telle manière que lorsque finalement vous mourrez, tout le monde pleurera et vous vous réjouirez [grâce à la conscience de toutes les bonnes actions que vous aurez pu accumuler et qui vous accompagneront pour l’éternité!].« 

[rabbi Naftali de Berditchev]

« Un homme échange sa vie entière pour le sifflet d’un jouet [que lui fait miroiter son yétser ara], et à la fin, il découvre que le sifflet ne fonctionne même pas. »

[rav Israël Salanter]