« Devant l’infinité de D., le saint le plus élevé et l’homme simple le plus bas sont égaux »

[rabbi Ména’hem Mendel de Vitebsk]

<—>

-> Nous savons tous que D. a créé le monde ex nihilo, à partir du néant.
Nous disons qu’Il a créé quelque chose à partir de rien (yéch méAyin).

Un tsadik fait exactement le contraire. Il transforme quelque chose en rien (ayin miyéch).
Il asservit tous les attributs à D., comme l’a fait le roi David lorsqu’il disait : « A Toi Hachem appartiennent la grandeur, la puissance, la gloire, l’autorité et la majesté » (Divré haYamin I 29,11).
Le tsadik les retourne à leur racine où elles sont absorbées et dissoutes.

[rabbi Ména’hem Mendel de Vitebsk – Pri Haarets – Béréchit]

[plutôt que d’abreuver son égo (en ramenant tout à nous), il faut reconnaître la véritable origine première de toute chose!]

<—>

-> Le rabbi Aharon de Karlin (Birkat Aharon) écrit de même :
« Hachem a créé le monde de matière à partir de rien.
Un tsadik créé le rien à partir de la matière ; il purifie [alors] le monde physique, pour le transformer en spiritualité. »

Notre relation avec la matérialité (1ere partie)

+ Notre relation avec la matérialité (1ere partie) :

-> « La raison pour laquelle les gens sont à la recherche de plaisirs, est pour dissiper la tristesse résultante de l’obscurité de notre matérialité brute »
[Rav Aharon Kotler – Intro – Michnat Rav Aharon]

[on est toujours à la recherche de ce que nous n’avons pas, pour combler le vide qui est en nous parce que nous ne nourrissons pas notre âme de sa spiritualité vitale à son épanouissement.]

Le rav Akiva Eiger déclarait : « La joie de plonger dans la Torah de Hachem : c’est la joie ultime qu’on peut atteindre dans ce monde! »

-> Le culte de l’argent, comme le culte des idoles, provient d’un manque de confiance en Hachem.
Le plus il est déraciné, le plus le monde rayonne de la bénédiction de Hachem.
[Rabbi Na’hman de Breslev]

-> « On n’aime pas l’argent, on le « convoite » et, à ce titre, on n’en est jamais assouvi. »
[Rabbi Meïr d’Apt]

-> Rav Yé’hezkel Levenstein dit : « Je n’ai jamais été attaché aux préoccupations matérielles, et quelle belle vie j’ai pu mener dans ce monde! »
Il explique que si l’on veut atteindre de hauts niveaux spirituels, on doit maîtriser le trait de se satisfaire de son sort avec peu.

-> Selon le Ramban (paracha Kédochim), un épicurien est « un racha dans les paramètres de la Torah »
[certes on respect la loi juive, mais pas son état d’esprit latent!
Dans le matériel, tout ce qui ne permet pas une amélioration de notre service de Hachem ne doit pas être recherché!]

<—>

-> « Hashem veut que nous profitions des plaisirs du monde physique. Mais c’est une erreur de faire du matérialisme une fin en soi. »
[rav Noa’h Weinberg]

-> « En t’écartant de ce dont tu n’as pas besoin, tu parviendras à obtenir ce dont tu as vraiment besoin. »
[Rabbi Chlomo Ibn Gabirol]

-> Les excès de plaisirs matériels totalement débridés ont pour conséquence de renforcer notre yétser ara, et de lui permettre de contrôler une personne, la rendant esclave.
[Rabbénou Yona – Chaaré Avoda]
Chaque personne doit se connaître avec sincérité, et savoir ce qui est considéré comme vraiment nécessaire à ses yeux.

-> Lorsque l’homme suit les désirs de son cœur, la matière domine son intellect et aveugle sa raison, or un aveugle est considéré comme un homme mort.
[Méam Loez – Nitsavim 30,6]

-> Combien est agréable ce monde si nous n’y sommes pas soumis, et combien il est difficile sinon.
[Rabbi Barou’h de Mezhibuzh]

-> Certes nous devons répondre à nos besoins physiques, puisque sinon il serait impossible de vivre. Cependant, nous n’avons pas besoin de sans cesse en parler.
[l’Alter de Novardok]

-> « En fonction de ses possessions matérielles, les hommes se glorifient et pensent être importants. Ils ont fait de leur estomac un dieu, de leur habit une Torah, et de l’amélioration de leur maison une moralité. »
[‘Hovot haLévavot]

-> Rabbi ‘Haïm de Volozhin fait remarquer qu’une personne qui possède une petite fortune, va ressentir que ses opinions sont importantes, et va parler avec une confiance absolue.
Il faut que Hachem (qui a donné, et qui peut tout reprendre) soit toujours devant nous (cf. Téhilim 16,8), et non pas notre richesse, car sinon on en vient à être ébloui par notre réussite, oubliant notre totale dépendance à D. et érigeant notre « égo » en dieu (j’ai fait, j’ai réussi, je suis, …).

-> Le désir pour la richesse emprisonne une personne pour la vie et l’enchaîne avec une faim jamais satisfaite pour elle.
Cela va lui retirer toute sa moralité et ses obligations religieuses.
[…]
Le plus d’efforts une personne mettra pour reconnaître l’insignifiance de la matérialité, le plus facile il lui sera de purifier ses pensées.
[le Ramh’al – Rabbi Moché ‘Haïm Luzzato]

-> La richesse peut être extrêmement dangereuse.
En effet, trop d’attaches avec ce monde peut mener à l’hérésie, que D. nous en préserve.
[Rav Yé’hezkel Levenstein]

<—>

+ Par respect pour Hahem :

-> « Comment puis-je vivre confortablement tandis que la présence divine et en exil, et que la Maison de Hachem n’est pas reconstruite ? »
[rav Yossef ‘Haïm Sonnenfeld]

-> Dans la maison du ‘Hafets ‘Haïm, on s’asseyait sur des bancs, et il disait à ce sujet : « Tellement de personnes peuvent s’asseoir sur un banc qui a 2 pieds, pourquoi alors une seule personne devrait s’asseoir avec 4 pieds?
La Chaise de Hachem est incomplète, pendant notre époque d’exil! »

-> Le rav Yéhochoua Leib Diskin vivant dans un 2 pièces très simples, montrant par la fenêtre le mont du Temple désolé, il disait : « Un serviteur n’a pas besoin de demander davantage que son maître (Hachem).  »

<——————>

+ Le Pidiyon haBen :

-> Lors du rachat d’un 1er né (pidiyon haben), le Cohen demande au père : « Qu’est-ce que tu préfères : ton enfant ou bien les 5 sélaïm [pièces]? »

=> Quel père va répondre en public devant tous ses proches : je préfères quelques pièces à mon fils?

En réalité, selon le rav de Poniovitch, l’idée est de faire réfléchir le père sur ses priorités dans la vie.
Est-ce qu’il va préférer « sacrifier » son fils pour amasser le plus d’argent possible (se donnant bonne conscience en lui achetant des cadeaux)?
Ou bien va-t-il fixer comme priorité l’épanouissement de son enfant selon ce qu’il est (et non ce que le père aimerait qu’il soit!), le guidant sur le bon chemin et le comblant d’amour?

[un exemple de reformulation de cette question peut être : est-ce que tu préfères donner de l’écoute/de l’affection à ton enfant ou bien être sur ton téléphone, ordinateur?]

<——————>

+ Adam – L’essence d’un juif :

-> Le Ach Pri Tévoua rapporte qu’en hébreu, les termes caractérisant un être humain (une personne) ont tous un singulier et un pluriel.
Ainsi, on a :
-> Ich (איש) qui est singulier ; et anachim (אנשים) qui est pluriel ;
-> guéver (גבר) qui est le singulier ; et guévarim (גברים) qui en est le pluriel.
-> Seul le mot: Adam (אדם) n’existe qu’au singulier.

Nos Sages (guémara Yébamot 61a) nous enseignent que c’est seulement le peuple juif qui est appelé : adam (אדם), car ce n’est que parmi le peuple juif qu’il existe un sentiment intrinsèque d’unité, qui conduit au fait que toutes les individualités de la nation se fusionnent en une seule, unifiée.

-> Le Chla haKadoch (paracha Béréchit) fait remarquer que le 1er homme s’appelle : Adam (אדם). [allusion plus généralement au juif, comme on vient de le voir b’h]
Habituellement, on explique ce nom, comme lié à : « adama » (la terre – אדמה), puisqu’il a été créé à partir de la terre. [matérialité]
Cependant, ce mot est également lié au mot : « Je serai l’égal du Très-Haut » (adamé lééli’on – אֶדַּמֶּה, לְעֶלְיוֹן – Yéchayahou 14,14), qui décrit le désir de l’homme d’être similaire à Hachem. [spiritualité]

=> Ainsi, un être humain juif a le choix entre soit être similaire à la poussière de la terre, ou bien s’il se travaille il peut ressembler à D.

-> Le terme : « Adam » (אדם), désigne le juif accompli.
Il est la fusion du de
– la lettre « aléph » (א), symbole du 1, l’aspect Divin de l’homme ;
– et du mot « dam » (sang – דם), allusion au côté corporel et physique de l’homme.
Par conséquent, Adam (renvoyant au juif) est une personne dont le « aleph », qui représente les aspirations spirituelles, précède et domine son : « dam », ses bas instincts [naturels et matériels].

Cela implique également que nous devons respecter notre prochain juif en zoomant sur son élément « aléph », l’étincelle Divine en lui, tout en dézoomant ses aspects corporels : ses défaillance et faiblesses de la chair [propres au fait d’être humain].
[en ayant un regard plus spirituel que matériel, nous en arrivons à aimer pleinement notre prochain! A vouloir le meilleur pour nous même, en restant focalisés sur le Véritable objectif de notre vie!]
[d’après le Tiférét Chlomo (rabbi Chlomo Rabinowitz de Radomsk)]

-> 45 est la valeur numérique du mot Adam (homme – אדם) et également du mot : « ma » (Quoi? Que suis-je? – מה) :
[En ayant toujours ces questionnements en tête, nous n’en venons pas à oublier Hachem, noyés dans la matérialité et notre train-train quotidien.
Notre vie a une finalité, nous devrons rendre compte à D. de chacune des capacités, occasions, … que nous avions en notre possession!]

-> Une « personne » [juif] se dit en hébreu : Adam (אדם).
Si l’on écrit pleinement chacune des lettres de ce mot, on a :
-> le א = aléph = אלף ;
-> le ד = dalét = דלת ;
-> le מ = mém = מם
Lorsque l’on garde de ces lettres uniquement celles qui ne sont pas présentes dans le mot Adam (אדם), on peut former le mot : mitpalel (מתפלל), mot qui caractérise une personne qui prie.
[issu d’un dvar Torah du rav Daniel Abdelhak]

=> Ainsi, l’homme, dans son essence, dans son intériorité, a été créé pour prier, se tourner vers D.

[la matérialité n’est qu’un moyen au service de l’essentiel. En effet, le plus important n’est pas d’obtenir l’objet de notre prière, mais plutôt le rapprochement avec D. qui en résulte, puisqu’ayant mis en Lui tous nos espoirs!]

Notre relation avec la matérialité (2e partie)

+ Notre relation avec la matérialité (2e partie) :

-> Ne gâchez pas votre énergie à courir après le luxe, il vaut mieux l’utiliser pour profiter de ce que l’on a déjà.
[Rambam – Iguéret haMoussar]

<—>

-> « Le manque et l’insatisfaction chez l’homme sont proportionnels à [son] attrait pour le matériel »
[Maharal – Nétivot Olam]

<—>

-> « Telle est la voie qui mène à la Torah : de pain et de sel tu te nourriras, de l’eau avec mesure tu boiras, sur le sol tu dormiras, une existence de peine tu vivras, et dans [l’étude de] la Torah tu te dépenseras.
Si tu agis ainsi, tu es heureux et tu t’es acquis le bonheur.
Tu es heureux : dans ce monde-ci ; tu t’es acquis le bonheur : dans le Monde Futur. »
[Pirké Avot 6,4]

=> On peut comprendre que l’on aura une récompense dans le monde à venir, mais en quoi cela nous garantit une vie heureuse dans ce monde?

-> Le Sfat Emet répond qu’il s’agit d’une personne qui est contente quoiqu’elle puisse avoir (même le minima), sans avoir de demande particulière.
[ce que j’ai réellement besoin, c’est ce que Hachem a déjà mis en ma possession.]

-> Le Ramban explique qu’on ne garantit pas à une personne qui craint Hachem d’avoir tout le bien du monde, mais ce sentiment de manquer de rien.
Une telle personne est satisfaite de son sort, du coup il ne lui manque rien!

A l’inverse, chez quelqu’un d’autre, qui ne place pas sa émouna en D., il sera toujours dans une situation de manque, et d’une certaine façon même si il a énormément de richesses, il sera beaucoup plus pauvre que l’autre, puisque lui manquant tellement!

[ => avec la émouna, on apprécie ce que l’on a (puisque fait sur mesure par Hachem), tandis que sinon, on apprécie ce que l’on n’a pas, entraînant une tristesse à l’évocation de ce que l’on a (quoiqu’il puisse avoir, il pensera : il me manque tellement!)!]

<—>

-> « Pourquoi est-ce que les fêtes à Bavél étaient tellement joyeuse?
Car ses habitants étaient pauvres »
[guémara Shabbath 145b]

Le ‘Hatam Sofer explique que c’est également parce que les riches ont tellement de soucis, d’inquiétudes, comme il est écrit : « l’abondance de biens entraîne l’abondance de soucis » (Pirké Avot 2,7).
Pour cette raison, il est plus dur pour les riches d’être joyeux au moment des fêtes.

<—>

-> Rabbi Yéhouda haNassi dit : « Quiconque accepte les jouissances de ce monde-ci, on le privera des jouissances du monde futur ; et quiconque n’accepte pas les jouissances de ce monde-ci, on lui accordera les jouissances du monde futur. »
[Avot déRabbi Nathan – chap.25]
[chacun définira, en toute honnêteté, sa limite caractérisant une jouissance non vitale, non nécessaire (nous sommes humains et non des anges!)]

-> Se lancer dans des poursuites superflues, c’est le signe le plus évident d’un attachement excessif au monde matériel.
[rav Shraga Mendelowitz]

-> Selon rav Israël Salanter acheter quelque chose de non nécessaire est détestable.
[car signifiant que nous accordons trop d’importance au matériel!]

-> Habitues ton âme au minimum, car sinon, il [ton corps avec ses désirs] va t’exiger le maximum.
[Tséma’h Tsédek]

[« Celui qui a 100, veut 200, … » = Plus on a, plus on veut davantage!
Quoiqu’on puisse avoir, plutôt que d’en profiter, on a déjà la tête sur la prochaine chose à devoir posséder!
Plutôt que de vivre sa réalité, dans la Torah/Hachem, on est sans cesse dans l’imaginaire, esclaves de nos désirs matériels superflus.]

-> Le Séfer ha’Hinoukh (mitsva 387) explique que la mitsva de ne pas aller après notre cœur et nos yeux, fait référence à tous nos désirs pour la nourriture, l’argent, …

-> A Novardok, le propriétaire d’un nouveau vêtement, le donnait à quelqu’un d’autre pour qu’il le porte pour la 1ere fois.
C’était une façon de diminuer l’attachement aux choses matérielles.
En ce sens, d’une manière plus générale, les étudiants y avaient l’habitude de se prêter des vêtement ou autres objets, dans l’espoir de retirer leur dépendance à ces choses.

[lorsque l’on témoigne de l’excitation pour de la matérialité, on affaiblit notre attachement à la spiritualité.
Par exemple, en faisant de la nourriture et de la boisson le principal, nous renforçons en nous l’idée qu’il n’y a pas d’autre monde que l’actuel (alors profitons à fond!), ne percevant pas le besoin de se préparer au monde à venir.
Il faut manger pour avoir les forces nécessaires à notre santé et à nos réalisations spirituelles, et non par pure gloutonnerie.]

-> Lorsque l’on fait de la Torah notre priorité, et qu’on limite son business, on en vient rapidement à réaliser que beaucoup de nos « nécessités » sont purement du luxe, et que nos vrais besoins sont rapidement pourvus.
[Pélé Yoets]

-> Quand est-ce qu’une personne sait qu’elle a besoin de quelque chose?
Lorsque Hachem la lui fournit.
[Rabbi Shlomke Zhviller]

-> Une fois, on a demandé à rabbi Moché Feinstein s’il fumait, et il a répondu : « Je ne me rappelle pas avoir mis quelque chose dans ma bouche uniquement pour le plaisir ».
Son fils Réouven, rapporte qu’il ne s’appuyait pas sur le dossier de sa chaise lorsqu’il étudiait la Torah, toujours en avant, pencher avec ferveur sur le livre devant lui.
Il n’a jamais dormi plus que le minimum nécessaire pour maintenir sa santé.

<—>

+ L’étude de la Torah = ce qui compte c’est l’effort investi!

-> « Quiconque aime la richesse et les plaisirs ne peut pas étudier la Torah Orale, car celle-ci exige que l’on se donne beaucoup de peine, que l’on se prive de sommeil et que l’on sacrifie son corps pour elle »
[midrach Tan’houma – paracha Noa’h]

-> Moché dit à Israël : « Combien ai-je souffert pour la Torah! Combien ai-je peiné et combien me suis-je acharné pour l’acquérir … J’ai dû passer au milieu des anges et des Séraphins, dont un seul d’entre eux pourraient brûler le monde entier … Je suis allé parmi les créatures célestes, j’ai donné mon âme et mon sang pour la Torah !
De même que je l’ai apprise dans la souffrance, vous aussi, étudiez-la dans la souffrance »
[midrach Yalkout Chimoni – chap.942]

-> « Les paroles de Torah ne se maintiennent que chez les hommes qui se sacrifient pour elle. » [guémara Shababth 83b]
Le Maharcha (dans la guémara Guittin 57) précise que « se sacrifier » pour la Torah signifie : « donner la mort à son corps, en le privant de toute jouissance superflue. »

-> « La Torah que j’ai étudiée dans la frustration (af), c’est elle qui s’est maintenue »
[le roi Salomon – midrach Kohélét rabba – chap.2 : « même (af) ma sagesse se maintint »]

-> « Chez qui trouve-t-on la Torah?
Chez celui qui laisse son visage se noircir pour elle [par l’exténuement], autant que le corbeau est noir  »
[guémara Erouvin 21b]

-> « La Torah n’est pas au Ciel » (Dévarim chap.30) : mais si elle y était, tu aurais dû y grimper pour la retrouver, et si elle était au-delà des océans, tu aurais dû les franchir pour l’obtenir. »
[guémara Erouvin 55a]

-> « L’homme peine pour comprendre [jusqu’à la limite de sa compréhension], et la Torah œuvre pour lui [révéler ses secrets]. »
[guémara Sanhédrin 99b]

-> Les Tossafot (guémara Kétoubot 104a) écrivent : « Avant que l’homme prie pour que la Torah pénètre en lui, qu’il prie d’abord pour que les plaisirs matériels n’envahissent pas son corps. »
En effet, un intérêt trop important envers les plaisirs matériels empêche la réussite de nos recherches spirituelles.

<—>

-> Le Kédouchat Tsion (rabbi de Bobov) disait que pour l’étude de la Torah, les femmes auront une récompense supérieure à celle de leur mari, car elles font des sacrifices pour leur permettre d’étudier, tout en se privant de ressentir la joie de l’étude de la Torah lichma.

D’ailleurs le rav ‘Haïm Chmoulévitch conseillait de dire chaque jour à sa femme avant de quitter la maison combien nous la remercions et combien nous lui demandons pardon pour tout le temps passé loin d’elle [puisqu’étant en train d’étudier la Torah].

<—>

-> « Celui qui est rassasié fait fi des rayons de miel, mais pour celui qui a faim, tout ce qui est amer semble doux » (michlé 27,7)
Le Gaon de Vilna explique que si un homme cède à tous ses désirs, il ne ressentira aucune attirance pour l’étude de la Torah.
S’il abstient de ces satisfactions, toutes les difficultés de l’étude continue de la Torah lui seront favorables et agréables, car il goûtera la douceur de la sagesse enfouie dans la Torah.

-> « Sans farine [de quoi se nourrir], point de Torah ; sans Torah, point de farine » (Pirké Avot 3,17)
Le Knesset Israël commente : S’il n’y a pas de satisfaction avec les nécessités de base, symbolisées par la farine, et qu’une personne recherche le luxe, alors elle ne méritera pas de véritables accomplissements dans la Torah.

-> Dans la guémara (Sanhédrin 111a), on trouve l’anecdote suivante : Rav vit que rav Kahana se frottait la tête [Rachi : et il se détendait pendant qu’il étudiait la Torah ].
Lorsqu’il se présenta devant Rav, ce dernier lui dit : « Elle est introuvable au pays des vivants » (Iyov 28) = on ne trouvera pas la Torah chez ceux qui se préoccupent de leur bien-être en l’étudiant. »

Notre relation avec la matérialité (3e partie) :

+ Notre relation avec la matérialité (3e partie) :

-> Le luxe nécessite de l’argent. L’argent demande un grand investissement en temps.
Qui est-ce qui veut échanger des milliers de pages de guémara pour des extravagances décoratives? »
[‘Hafets ‘Haïm]

[le fait de décorer luxueusement notre maison dans ce monde éphémère, vient au détriment des décorations de notre « maison » dans le monde à venir éternel.]

Au cours d’une visite chez un de ses proches qui avait des stores à ses fenêtres, le ‘Hafets ‘Haïm a dit : « Je vois des pages de guémara suspendues aux fenêtres ».

=> En ce sens, le Steïpler faisait remarquer que l’on met des pages du talmud sur nos murs, des pages de michnayot sur nos tables et nos chaises élaborées, et toutes les halakhot décorent nos habits à la mode.

<—>

-> Chacun ressent qu’il lui manque de l’argent, mais peu de personnes réalisent qu’il leur manque de la sagesse.
[Baal Tsor haMor – Rav Moché Saba]

-> Le ‘Hafets ‘Haïm déplorait que l’on consacre tellement de temps, de soucis à acquérir des biens dans ce monde passager, et qu’en parallèle, nous ne pensons que très peu à notre monde à venir.
[en témoigne le fait que l’on va jalouser autrui sur ce qui a une durée de vie courte, au lieu d’avoir une jalousie positive afin d’acquérir un maximum de mérites éternels.]

Le ‘Hafets ‘Haïm disait : « Nous investissons la plupart de nos efforts à agrandir et à décorer notre maison dans ce monde, et nous ne réalisons pas que par cela nous réduisons la taille de notre maison éternelle « .

-> Le Séfer ‘Hassidim (84) explique que les plaisirs dans ce monde diminuent notre récompense dans le monde à venir.
[Nous ne devons pas oublier que ce que nous voulons véritablement, ce n’est pas ce monde-ci, mais c’est avoir le plus possible de proximité avec Hachem.]

-> Lorsque nous arriverons dans le monde de Vérité et que nous nous rendrons compte que nous avons préféré échanger des diamants (Torah, mitsvot) contre de vulgaires lentilles, et même pire que nous avons jalousé d’en avoir, en arrivant à critiquer la gestion du monde faite par Hachem, nous en ressentirons alors une honte terrible et éternelle, qui ne diminuera jamais en intensité.
[Rav Shabsai Yudelevitz – Drachot haMaggid]

<—>

Nos Sages font remarquer que la Torah a été donnée :
– dans le désert = lieu où il y a le strict nécessaire, allusion au fait que nous devons savoir être heureux avec peu ;
– avec le feu = il faut avoir un enthousiasme et une dévotion ardentes pour l’étude de la Torah ;
– avec l’eau (selon le Shirat Dvora, les Nuées faisaient aussi tomber de l’eau). Or, selon la guémara (Taanit 7a), l’eau symbolise l’humilité, car dès que possible elle quitte sa place la plus élevée pour aller vers le bas.

=> Pour acquérir la Torah, il faut sacrifier de la matérialité, afin de pouvoir laisser de la place pour se lier au maximum à la spiritualité.

<—–>

-> « C’est un avantage pour moi d’avoir connu la misère, pour que j’apprenne Tes préceptes. » (Téhilim 119,71)

-> « Soit vigilant à l’éducation des enfants de pauvres, car c’est [plus probable que ce soit] d’eux que sortira la Torah! »
[guémara Nédarim 81a]

-> Le roi David dit à Hachem : « Maître de l’univers! … Le riche se fait remarquer [devant Toi] grâce à sa richesse [qui lui permet d’être généreux]. Mais que doit faire le pauvre? »
« Le pauvre atteindra la célébrité grâce à ses enfants … D. accorde aux pauvres des fils qui deviennent des maîtres de Torah. »
[Tana débé Eliyahou rabba – chap.18]

-> Lorsqu’il était jeune, le Nétsiv a rendu visite au Rachash, et ce dernier lui a demandé de clarifier une difficile explication de la guémara (Tossafot), qu’il n’arrivait pas à solutionner.
Le Netsiv lui a brillamment répondu avec un commentaire sublime.
Le Rachash a été ravi de sa réponse, et il a demandé au Nétsiv : « Pourquoi est-ce que cette explication ne m’a-t-elle pas été révélée?
Le Nétsiv lui a alors dit : « C’est parce tu as étudié la Torah dans un environnement luxueux, avec de la richesse et des honneurs, tandis que mois je me suis démené pour maîtriser la Torah dans la pauvreté! »

=> On voit de là que même si une personne étudie à la perfection dans le luxe, elle aurait pu atteindre des niveaux plus élevés si elle l’avait fait en se contentant du minimum.
[ainsi, lorsque l’on jalouse les biens d’autrui (souhaitant être plus riche), on doit avoir conscience que l’on renonce à de la Torah qui va avec notre situation actuelle!]

<—>

-> Nous apprenons du roi David que le juif ne se lie pas à l’argent et à l’or.

On raconte à son sujet qu’il était paré d’une couronne en ornée de diamants, trophée de guerre, qui pesait plusieurs centaines de kilos.
La guémara (Avoda zara 44a) rapporte qu’il parvenait à la porter par un phénomène magnétique qui la maintenait en l’air, au-dessus de sa tête. [selon rabbi Yossi, ben rabbi ‘Hanina]

Le roi David voulait ainsi faire comprendre aux juifs que l’or et l’argent n’avaient aucun rapport avec lui, se trouvant au-dessus de tête, hors de son esprit.
De plus, il ne passait pas son temps à compter sa fortune, si bien que son esprit, ainsi libre, pouvait s’imprégner de Torah et de sainteté, comme il est écrit : « Ta Loi (Toraté’ha) a pénétré jusqu’au fond de mes entrailles » (Téhilim 40,9).

La Torah était en lui, dans son corps et dans sa tête. Quant aux honneurs et à la couronne royale, ils étaient suspendus dans les airs, n’ayant aucune prise sur son corps.
Ce fut de cette manière qu’il combattit le mauvais penchant durant toute son existence.

Notre relation avec la matérialité (4e partie)

+ Notre relation avec la matérialité (4e partie) :

+++ Le matériel est quand même nécessaire :

-> « L’argent est une bonne chose, tant qu’il est utilisé à de bonnes fins, et tant que l’on n’en devient pas trop attaché. »
[l’Alter de Novardok]

-> En donnant la manne avant la Torah, Hachem a indiqué que les besoins matériels nécessaires sont un prérequis pour le service Divin.
[Rabbi Meir d’Apta – élève du ‘Hozé de Loublin – Ohr Lashamayim]

-> « Etre excessif avec ses désirs est un extrême, et l’absence totale du moindre plaisir en est l’exact opposé.
Les 2 sont détestables. »
[Rambam – Chémona Pérakim – chap.4]

-> Celui qui prend la route de l’ascétisme est appelé un fauteur.
[Rambam – Hilkhot Déot 3,1]

-> Lorsque nous sommes anxieux, tendus, tristes, … nous ne pouvons pas donner notre maximum à Hachem.
Dans la limite du raisonnable, il peut alors être nécessaire de profiter des plaisirs de ce monde (permis par la loi juive), afin de retrouver nos pleines aptitudes pour servir Hachem dans la joie.
[Rav Yossef Leib Bloch – Chiouré Daat]

-> Le Maharil rapporte que Rabbénou Tam plaçait des pièces en or sur sa table d’étude dans le but d’élargir sa compréhension des passages difficiles de son étude.
[l’idée est qu’il ne faut pas repousser totalement la matérialité, mais faire en sorte de l’utiliser pour que notre spiritualité s’en trouve renforcée!]

<—>

-> Le Pélé Yoets transmet l’idée que le fait de se réjouir des plaisirs matériels de ce monde, n’a pas pour finalité de toujours en vouloir davantage (en enviant ce que possède autrui), mais cela doit être canalisé pour développer notre amour de Hachem.
En effet, si j’apprécie ce bien matériel passager, à plus forte raison je me dois d’aimer mon Créateur qui est la Source de tout amour et de tout plaisir.

-> Le Kli Yakar développe également cette idée, en comparant l’argent au feu.
D’un côté, on ne peut pas s’en passer, mais d’un autre côté, nous ne devons pas en être trop près.
Les plaisirs doivent nous servir afin d’aimer davantage D. (reconnaissance) en réponse à tout ce qu’il fait pour nous.
A l’inverse, une attitude ingrate où la finalité est d’avoir toujours davantage ou différemment, ne fait que développer de la jalousie.

-> Le Réchit ‘Hokhma dit que les bontés de D. doivent inspirer en nous de la joie dans notre cœur, comme il est écrit : « Je serai heureux et en joie par Ta bonté » (Téhilim 31,8).

[De nos jours, quoique nous puissions avoir, cela semble ne jamais être assez.
Ce qui étaient les luxes d’hier, sont devenus les indispensables d’aujourd’hui.
=> N’oublions pas de l’apprécier, de remercier Hachem pour ces bontés! En effet, combien notre vie est luxueuses/confortables par rapport à celles de nos ancêtres de par le passé!]

<—>

-> « L’homme doit apprendre de son aspiration pour la matérialité comment aspirer à la spiritualité ».
[rav Saadia Gaon]

<—>

-> « L’essentiel de l’amour dont on aime son propre corps et sa propre âme doit provenir de l’amour qu’on porte à son Créateur, comme un homme aime les instruments de son art et veille à ce qu’ils ne se salissent pas et ne se cassent pas, parce qu’il s’aime lui-même et veut pouvoir continuer à s’en servir.
C’est bien plus encore qu’il doit veiller sur son corps et son âme, afin qu’ils ne se souillent ni ne se brisent, car ce sont eux les instruments qui lui permettent de servir Hachem.
C’est là-dessus que doit porter toute l’intention quand on veille sur son corps et son âme, alors Hachem viendra à notre aide et sera notre soutien. »
[Pélé Yoets]

Unicité de chaque juif

+ Chaque juif a un apport unique à transmettre à l’Histoire juive :

-> « De même que 2 personnes n’ont pas le même visage … [ainsi] chaque individu a un devoir particulier de révéler Hachem »
[rav Eliyahou Dessler – Mikhtav méEliyahou]

-> « Non seulement chaque personne se voit assigner un rôle spécifique de révéler l’honneur d’Hachem [dans ce monde], mais elle doit également accomplir sa tâche particulière telle qu’elle a été déterminée par Hachem dans Sa suprême sagesse. »
[Ram’hal – Daat Tvounot – Siman 128]

[envier autrui, ne pas se satisfaire de notre situation/moyens/capacités …, c’est refuser d’accepter les outils que D. met à notre disposition afin de réaliser notre mission unique dans ce monde.]

Si on se met en colère, maudissant et blâmant autrui, pour ne pas nous avoir accordé assez d’honneurs/respect, cela est une raison suffisante pour ne pas mériter l’honneur que nous demandons.

[le Steïpler – rabbi Yaakov Israël Kanievsky]