-> La Présence Divine n’a jamais, et ne quittera jamais le Kotel.
[ex: midrach Chémot rabba 1,2 ; midrach Bamidbar rabba 11,2 ; midrach Chir haChirim rabba 2,22]

-> Hachem dit au sujet d’un orgueilleux : « Moi et Lui, nous ne pouvons pas demeurer ensemble! »
[guémara Sotah 4b]

=> Partout dans le monde, dès qu’une personne devient orgueilleuse, alors Hachem va la quitter.
En effet, il ne peut y avoir que l’un ou l’autre : soit D., soit de l’orgueil!
Cependant, l’exception à cette règle se trouve au Kotel, où la Présence Divine y réside toujours.

==> Ainsi, le rav Karelenstein affirme que d’une certaine façon au Kotel, l’orgueil est forcée de partir, ce qui entraîne le fait que tout visiteur ressent naturellement davantage d’humilité en ce lieu.

« Jérusalem : lumière du monde »

[midrach Béréchit rabba 59,8 – Yérouchalayim oro chél olam]

« Retirez de votre cœur cette fausse croyance qu’on a plus de bénédictions en dehors de la terre [d’Israël]. »

[Alshich haKadoch (1508 – 1593) – Dévarim 28,1-11]

Hachem dit : « Un petit groupe [de personnes] en Israël M’est plus cher que le grand Sanhédrin en dehors de la terre [d’Israël]. »

[guémara Yérouchalmi Sanhédrin 1,2]

« Chaque juif doit avoir une détermination totale de faire son alya, et venir vivre en Israël.
[…]
C’est précisément [la raison] pour laquelle des tragédies nous sont arrivées durant ces 2000 dernières années.
Nous avons totalement oublié Israël : pas une personne sur mille souhaite sérieusement y vivre …
Les juifs pensent vraiment qu’en vivant tranquillement en dehors d’Israël, ils ont trouvé un autre Israël et une autre Jérusalem.
[…]
Aussi longtemps que les juifs ne feront pas de leur terre leur occupation principale, leur Torah ne sera pas totalement réalisée, car la Torah et la terre [d’Israël] sont dépendantes l’une de l’autre.
[…]
En réalité, il est surprenant que les saints juifs, qui partout où ils ont vécu, ont fait tellement d’efforts afin de réaliser les mitsvot au mieux, mais ils sont apathiques en ce qui concerne cette mitsva [d’habiter en Israël] qui est la fondation de toute la Torah.
[…]
La véritable raison pour laquelle ils ne font pas leur alya : c’est parce qu’ils rejettent la terre d’Israël. »

[Rabbi Yaakov Emden – (1697-1776) – dans sa préface de son Siddour Beit Yaakov]

<——————–>

Rabbi Yaakov Emden y écrit également :

-> Pourquoi les gens refusent d’aller en Israël?
Pour l’argent.
Une personne est prête à entreprendre de dangereux voyages afin d’amasser des biens, mais pour aller en Israël, elle est paresseuse.

-> En négligeant l’importance de la mitsva de venir en Israël, on se rend quitte (à l’image des explorateurs dans le désert) de la faute de mépriser Israël.
Il ajoute que c’est cela qui a entraîné notre difficile exil, nos persécutions, et le fait de ne jamais être tranquilles et en paix.

Israël & étude de la Torah

-> « Il y a 10 portions de Torah dans le monde : 9 sont en Israël, et une seule dans le reste du monde »
[midrach Esther rabba 1]

-> « Il n’y a pas de Torah, comme celle de la terre d’Israël »
[midrach rabba 16,4]

-> « Il y a une aide divine dans l’étude de la Torah en Israël …
[Ceux qui y étudient] arrivent à atteindre des accomplissements plus grands dans leur étude de la Torah que ceux qui étudient en dehors de la terre [d’Israël]. »
[Rav Eliyahou Dessler – Mikhtav méEliyahou]

-> Celui qui étudie la Torah en Israël mérite de se rappeler de son étude, tandis qu’en dehors d’Israël, il a des difficultés à cela.
[Rabbi Yaakov Emden – Introduction du Amoudé Chamayim]

-> « Loué soit celui qui mérite de résider en Israël, car il atteint la complétude dans la Torah et les mitsvot »
[le ‘Hovot Yaïr]

-> « Hachem a ordonné que l’objectif essentiel de venir en terre [d’Israël] est de planter des arbres fruitiers, faisant référence aux étudiants en Torah »
[Ohr ha’Haïm – Vayikra 19,23]

<————>

-> « Si tu désires voir la présence divine dans ce monde, étudie la Torah en terre d’Israël »
[midrach Téhilim 105]

 « Ceux qui s’imaginent que la Torah et les mitsvot sont accessoires et ne comptent pas dans la construction du pays [d’Israël] commettent une grave erreur.

La terre d’Israël étant le palais du Roi, les péchés qui y sont commis sont nuisibles à l’extrême … »

[le ‘Hafets ‘Haïm]

<——————————>

« Afin que le pays ne vous vomisse pas » (A’harei Moth 18,28)

-> Rachi de dire : « la terre d’Israël ne peut conserver les pécheurs ».

-> Le ‘Hafets ‘Haïm de nous enseigner : « Si nous ne prenons pas soin d’observer scrupuleusement la Torah, rien n’y fera, ni un état, ni la langue.
Il en a toujours été ainsi.
Nos ancêtres ont vécu en terre d’Israël, puis ils ont été exilés en raison de leurs péchés.

D. a affirmé [par l’intermédiaire du] prophète (Yé’hezkiel 39,23) : « Les nations sauront que c’est à cause de son iniquité que la maison d’Israël a été exilé, parce qu’ils M’ont été infidèles, Je leur ai caché Ma face, et Je les ai livrés dans les mains de leurs oppresseurs. »  »

<——————————>

-> « La terre d’Israël n’est pas comme les autres terres, et ne peut pas tolérer ceux qui transgressent (les mitsvot) …
C’est pourquoi, toute personne allant en Israël se doit de trembler, et doit doubler et tripler sa crainte du Ciel qu’elle avait en dehors d’Israël, car elle doit savoir qu’elle réside (maintenant) dans le palais du Roi. »

[Chela haKadoch – Chaar haOtiot]

Il y écrit également que chaque juif doit désirer aller vivre en Israël : « comme un enfant courant vers les genoux de sa mère », et également le fait qu’à chaque instant on y pratique une mitsva (d’y habiter), ce qui fait que l’on doit constamment s’en réjouir.

<——————————>

-> « La terre d’Israël est un lieu saint … et comme le dit la guémara : « Quiconque est plus grand que son ami a un yétser ara plus grand que le sien » (guémara Soucca 52a).

Il en est de même des lieux particuliers.
Comme la sainteté est plus grande en Israël, il existe davantage de barrières et de forces contraires, et un yétser ara plus fort.
Par conséquent, [en terre d’Israël,] les épreuves et les défis y sont plus grands et peuvent conduire à la faute. »

[le Sfat Emet]

[Il faut être davantage vigilant lorsque l’on est en Israël, car de même qu’il y a une potentialité accrue d’aller très très haut, il y a un attrait accru de descendre très très bas, et ce afin d’assurer la persistance du libre arbitre. ]