« … Moshé nomma Hochéa fils (bin) de noun : Yéoshoua » (chéla’h Lé’ha ch.13 ; v.16)

Pour tous les explorateurs le mot « fils » se dit ben et est écrit avec 3 points sous la lettre bét (= un ségol).
Pourquoi en ce qui concerne Yéhoshoua, le mot « fils » se dit bin et est écrit avec 1 seul point sous la lettre bét (= un chirik) ?- Pour le Ramban : « bin noun » peut se lire en 1 mot = « binoun », mot qui est dérivé de « navon » (perspicace), indiquant que Yéhoshoua était le plus sage des étudiants de Moshé.

– Pour le ‘Hatam Sofer :  »bin noun » = le mot  »bin » est lié au mot  »hit’bonénout » (pensée), la lettre noun renvoie à l’idée que Yéhoshoua a atteint le 50e (= le plus élevé) de la connaissance.

– Pour le Steipler (citant le Talmud Sanhédrin 107a) : lorsque le nom de Sarah a été changé de Saraï en Sarah (idem mais avec un youd en moins), la lettre youd s’est plainte à propos du fait de disparaître du nom d’une aussi vertueuse personne, et ne fut apaisée qu’au moment où elle fut ajoutée au nom Hoshéa, devenant ainsi Yéhoshoua.
En ce qui concerne, la ponctuation : comme le youd du nom de Saraï n’avait pas de ponctuation, il a du  »prendre » 2 points (sur 3) du mot ben (3 points – ségol).
Ainsi, le youd peut se lire ‘yé’ (avec 2 points) et le mot ‘ben’ (perd 2 points, passant de 3 points à 1 point – chirik) se lit bin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code