Récriminations et insatisfaction concernant la manne

+ Béa’aloté’ha  Ch.11 ; v.1-6 : 

La génération de Moché fut celle qui a atteint le niveau le plus élevé dans l’histoire du peuple juif.
Elle a reçu le nom de Dor Dé’a (la génération du Da’at).

Il y a 3 niveaux de connaissances de la Torah :

  • ‘Ho’hma (sagesse) = capacité à restituer un enseignement sans le dénaturer ;
  • Bina (discernement) = force de faire des déductions (comprendre une chose d’une autre = méVINE davar mito’h davar)
  • Da’at (raison) = désigne un lien affectif, comme dans l’union entre Adam et ‘Hava : « Et l’homme connut (yada) ‘Hava, sa femme ».

C’est le niveau le plus élevé, c’est quand on fait corps avec un enseignement de Torah.

Le rav Dessler explique que, à aucun moment durant tout leur séjour dans le désert (40 ans), cette génération ne s’est pas interrompue dans son étude de Torah (manne, puit de Myriam, les colonnes de nués qui les protégeaient, repassaient et lavaient leurs habits sur eux, …).

Elle a assisté à de nombreux miracles (les plaies, l’ouverture de la mer Rouge, don de la Torah, …).

Bien qu’étant à un niveau spirituel au delà de notre compréhension/perception, que pouvons-nous tirer du fait que leur envie/désir (taava v.4) de matérialité (v.5. : « nous nous souvenons du poisson que nous mangions gratuitement en Egypte, des concombres, des pastèques, des poireaux, des oignons et de l’ail ») semble s’opposer à leur haut niveau de spiritualité?

D’ailleurs, selon le Seder Olam parmi « la populace » (assafsouf v.4) à l’origine de ces envies matérielles, il y avait Na’hchone Ben Aminadav, prince de la tribu de Yéhouda, qui a été le 1er, a avoir eu le courage et la Emouna (alors que personne n’osait avancer) de sauter dans la mer Rouge, avant même qu’elle ne s’ouvre.

Le rav Israël Salanter dit qu’il y a 2 forces dans le Yetser Hara :

  • – le koa’h haTouma = force de l’impureté = attire l’homme vers des désirs purement matériels.

Pour le vaincre = étudier la Torah, afin de générer de la sainteté, qui va éloigner l’impureté.

  • – le koa’h haBilboul = force de la confusion = fait perdre à l’homme ses repères, afin de l’amener au doute et à l’abandon des Mitsvot.

Pour le vaincre = étudier du Moussar, afin d’éclairer notre esprit quand le Yetser haRa souhaite nous embrouiller.
Dans tous les cas, il faut prier D. constamment pour qu’il nous vienne en aide (Kidouchin : « Si ce n’était qu’Hachem nous aide, nous ne pourrions rien contre lui [le mauvais penchant]) ».

D. fait grandir ces 2 forces d’un homme au fur et à mesure qu’il grandit lui-même (d’où la réponse à notre question!).

Que D. nous aide à être constamment vigilant et à sortir vainqueur dans notre lutte de chaque instant face au Yetser haRa afin de pouvoir exprimer ce qu’on a de mieux au fond de nous. Amen!

Source : [adaptation du Nefesh Yehoudi p.134]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code