Eloul = sortir du sommeil, ça vaut le coup!

+ Eloul = sortir du sommeil :

Rabbi Yits’hak Valdstein racontait, pendant le mois d’Eloul, un triste épisode survenu dans sa ville :

Un violent incendie s’était déclaré, une nuit, dans une maison d’habitation.
Tous les occupants furent rapidement évacués mais, dans la panique, une mère remarqua qu’une de ses filles manquait.
Elle était certainement encore endormie dans la maison en flammes.
Affolée, la mère voulut y pénétrer pour la sauver, mais les pompiers lui barrèrent le passage. Il était impossible de traverser la cage d’escaliers.
La mère se tint alors sous la fenêtre de la chambre de son enfant et se mit à hurler : « Ma fille! Réveille-toi! Saute par la fenêtre, je t’accueillerai dans mes bras! Vite, le feu avance! »
On entendit alors la voix endormie de l’enfant : « Laisse moi, maman! Je veux continuer à dormir! »
« Non, réveille-toi! » cria la mère de toutes ses forces.
« Sauve-toi tant qu’il est encore temps! Tu pourras dormir après! »
« Non maman! Je suis fatiguée, je veux dormir maintenant! » répondit la fillette, qui devint rapidement la proie des flammes …

Le choffar d’Eloul nous secoue, nous réveille, mais l’homme, dans sa paresse dit : « Laissez-moi continuer à dormir … » jusqu’à ce que le Jour du Jugement arrive, le jour de Roch Hachana qui, comme dit le Zohar : « brûle comme du feu » …

+ L’effort en vaut la peine :
La paresse nous dit le « Messilat Yécharim » est un défaut qui guette tous les êtres humains.
Et bien, justement! C’est parce que nous sommes paresseux de nature, disait le Maguid de Doubno, que l’effort en vaut la peine.

Fournir des efforts pendant le mois d’Eloul, souffrir d’un peu d’inconfort, de fatigue, de peine peut nous faire mériter une année entière de bonheur et de bénédiction.
Quiconque s’en abstient par paresse, risque de devoir souffrir davantage en subissant épreuves et malheurs, à D. ne plaise!
Mieux vaut se secouer maintenant pour jouir ensuite d’une vie calme et sereine au service de notre Créateur.
C’est la dernière ligne droite avant Roch Hachana, mettons à profit ce temps qui est très court pour faire une Téchouva de qualité.
Ouvrons notre cœur en toute honnêteté et sincérité à D., même quelques minutes chaque jour, afin d’être un minimum prêt pour Roch Hachana.
Bon courage!!

 

Source : issu du livre »Torat Yits’hak » (p196) + du livre « Ohel Yaakov » (Paracha Nitsavim – livre du Maguid de Doubno) compilés dans le livre « Les portes du parlais » de Chalom Méir Wallach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code