Les larmes d’une mère/d’une femme

+ Sarah Iménou – les larmes d’une mère/d’une femme :

Sarah était supérieure à Avraham en prophétie.
Ainsi, il est probable qu’elle avait également perçu (intuitivement) la nécessité d’une préparation aux korbanot (sacrifices) par une aqéda (ligature).
Avraham lui donna une réponse énigmatique : « Prie D. que ce soit bien pour nous ».
= Peut-être, par tes nombreuses larmes, D. empêchera-t-Il le sacrifice de Yits’hak et proposera-t-Il un substitut?

Sarah a saisi la nécessité d’une Aqéda et compris ce qui allait se passer, et elle a pleuré sans fin en voyant son fils s’éloigner car son « âme était attachée à la sienne ».
Lorsque le Satan est venu lui annoncer que Yits’hak avait presque été égorgé, son âme s’est envolée sous l’effet du choc et du chagrin.

Si, de justesse, il n’a pas été égorgé, pourquoi son âme l’a-t-elle quittée?
Peut-être a-t-elle pensé que son fils n’avait pas été jugé assez digne de servir de sacrifice pour les générations à venir.
Peut-être avait-on trouvé un défaut spirituel dont elle se sentait responsable!
L’amour de D., de Sarah, était si sublime, qu’elle a ressenti une peine immense à la pensée que son fils puisse avoir été jugé inapte à la Aqéda qui devait préparer les sacrifices des générations futures.

=== Les larmes qui jaillissent du fond du cœur d’une mère sont capables de transformer le décret le plus sévère.
On ne peut imaginer la puissance des larmes d’une mère.
La guémara met les maris en garde (Baba métsia 59a) : « l’homme doit faire très attention de ne pas faire de peine à son épouse car elle a les larmes faciles et il risquerait, très tôt, d’être puni de l’avoir fait souffrir » et il est dit ensuite : « bien que les portes de la prière soient closes (depuis la destruction du Temple), les portes des larmes ne le sont pas ».
On est prêt à chercher des ségoulot à l’autre bout du monde, mais la vraie bénédiction est très très proche de nous.
Prendre le plus grand soin de sa femme (selon ses attentes et non les nôtres), tout faire pour éviter qu’une larme ne coule sur son visage (même en cachette) est le meilleur moyen de permettre aux bénédictions de couler à flot.

 

Source : adaptation personnelle (b »h) issu du « Binéoth Déché » du Rav David Chaoul Greenfeld

<———————->

-> Sur la puissance des larmes d’une femme qui se sent négligée par son mari, on peut rapporter la guémara Kétouvot (62b) :

« Rabbi Ri’houmi avait l’habitude de ne rentrer chez lui qu’une fois par an : la veille de Yom Kippour.
Une année, il était tellement plongé dans son étude qu’il oublia que c’était la veille de Kipour et qu’il devait rentrer chez lui.
Sa femme, qui l’attendait avec impatience, se répétait continuellement : « Maintenant il va arriver! »
Mais comme il tardait, ses yeux laissèrent échapper quelques larmes … Au même moment, le toit de la maison dans laquelle son mari étudiait s’écroula sur lui et il mourut »
                                                                                                               –

=> Ainsi, même si elle ne désirait absolument pas la mort de son mari, le fait qu’il a provoqué la sortie de quelques larmes a eu un impact énorme! [et ce même s’il étudiait la Torah!]

Au combien un mari se doit d’être vigilant aux besoins plus ou moins clairement exprimés par sa femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code