La tsniou’t

+ Sarah Iménou – La tsniou’t :

Le peuple juif a connu de nombreux événements très douloureux, comme par exemple, les récits atroces se passant durant la période de l’Inquisition.

Il y a l’histoire bouleversante de cette jeune fille qui a refusé de céder aux pressions des prêtres en se convertissant et qui a été exécutée d’une façon atroce.
Ses nattes ont été nouées à la queue d’un cheval au galop, et elle a été traînée devant la foule jusqu’à ce qu’elle rende l’âme, le corps entièrement déchiqueté.
Mais avant l’exécution, l’héroïque condamnée a supplié qu’on lui accorde une dernière demande : des épingles!
Dans quel but?
Pour attacher ses habits à sa chair vive afin que ses jambes ne se découvrent pas lorsqu’elle serait traînée à terre!
A quoi cette jeune fille martyre a-t-elle pensé en ces moments terribles?
== A la tsni’out d’une fille d’Israël/juive!!

Le ‘Hida demande : d’où les femmes ont-elles puisé cette force surnaturelle de supporter les souffrances les plus terribles comme celles du temps de l’Inquisition?
Le ‘Hida disait : elles ont tiré leur force de leur tsinou’t.
Sarah était supérieure en prophétie à Avraham, grâce à sa tsniou’t, comme il est dit : « La voici, elle est dans la tente ».
C’était sa louange essentielle.

– Rav Avraham Wolf a demandé un jour au ‘Hazon Ich :
« Comment protéger les jeunes filles de l’esprit d’impureté et de libertinage qui souffle aujourd’hui dans le monde?
Pour les hommes, c’est l’étude de la Torah qui est le meilleur remède contre le yétser ara.
Et qu’en est-il des femmes? »
– Le ‘Hazon Ich lui a répondu :
« Par la force de la tsniou’t!
Le Gaon de Vilna disait : ce que les hommes acquièrent par la Torah, les femmes l’acquièrent par la tsniou’t de leur habits et de leur comportement ».

C’est Sarah Iménou, qui nous a légué cette arme défensive secrète.

Rabbi Yaakov Galinzki a dit, que de ces paroles du ‘Hazon Ich, on peut déduire un ‘hidouch intéressant :
« Il est écrit que lorsque les enfants d’Israël se fatiguent et transpirent en étudiant la Torah, D. recueille chaque goutte de sueur et elles deviendront les gouttes de la rosée, ce « Tal ré’hiya » qui les fera revivre à la résurrection des morts.
Ceci s’applique aux hommes.
Mais les femmes qui n’ont pas l’obligation d’étudier la Torah, comment vont-elles revivre à la résurrection des morts?
Pour elles, D. recueille chaque goutte de sueur qui coule à cause des habits tsnou’im (selon la tsniou’t) qu’elles portent et c’est cela qui sera leur rosée de résurrection! »

+ A cette même occasion, le rav Yaakov Galinzki a ajouté un autre ‘hidouch :
« Il est écrit : « les enfants d’Israël ont emprunté aux Égyptiens des ustensiles d’argent et d’or et des vêtements ».
Que pouvaient faire les filles d’Israël avec les robes des égyptiennes qui n’étaient certainement pas pudiques?
Elles les ont utilisées pour leurs enfants, comme D. l’avait dit à l’avance à Moshé, au buisson ardent (Shémot 3;22) : « chaque femme empruntera à sa voisine … des ustensiles d’argent et d’or et des habits et vous les mettrez sur vos fils et filles! »

+ La Torah fait allusion à la tsniou’t exceptionnelle de Sarah Iménou.
Lorsqu’ils étaient en route vers l’Egypte, Avraham dit à Sarah: « Maintenant, je sais que tu es une femme belle » (Lé’h Lé’ha 12;11), et le Midrach explique que, jusqu’à ce moment, il ne s’en était pas vraiment rendu compte tant elle était tsnoua’h (pudique).
Ils menaient une vie commune depuis des dizaines d’années mais Avraham n’a découvert la beauté de ses traits que dans le miroir de l’eau, lorsqu’elle s’est penchée au-dessus d’un ruisseau pour se laver le visage.

—-Attention —– Ce degré de tsniou’t ne convient, bien sûr, qu’à Sarah Iménou, mais c’est ainsi qu’elle a légué cette vertu particulière à toutes les filles d’Israël.

+ Guémara Méguila 13b = « Par le mérite de sa tsniou’t, Ra’hel a eu le mérite d’avoir le roi Chaoul comme descendant … »
Le Ben Ich ‘Haï explique que Yaakov a vécu 7 ans dans la maison de Lavan avant son mariage.
Après toutes ces années où il a côtoyé sa fiancée, Yaakov ne pouvait-il pas l’identifier et la distinguer de sa sœur Léa (en effet, il a du lui transmettre des signes particuliers afin de pouvoir la reconnaître!)?
N’ont-ils pas mangé à la même table?
Ne se sont-ils pas rencontrés alors qu’il gardait les troupeaux et qu’elle allait régulièrement aux puits?
Comment pouvait-il la confondre avec sa sœur qui ne lui ressemblait pas?
C’est que Ra’hel se comportait avec une tsniou’t (pudeur, discrétion, …) si extrême que, durant toutes ces années, elle a caché son visage de Yaakov, comme Sarah dissimulait sa beauté à Avraham.
Yaakov craignait qu’ayant oublié ses traits, il ne puisse faire la différence entre Rah’el et Léa !

Voilà ce qu’était la tsniou’t de nos Ima’ot !!!

Essayons chacune à son niveau, pas à pas, d’essayer de tendre vers la façon d’agir de nos Mères, les Matriarches …

[on a tout à y gagner même si c’est pas toujours facile, et en plus, on permet à toutes les femmes mortes car étant juives, de pouvoir vivre au travers nos actions. Ainsi, elles ne sont pas mortes en vain … ]

 

Source : adaptation personnelle (b »h) issu du « Binéoth Déché » du Rav David Chaoul Greenfeld

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code