Prier les mains pleines de sang

+ « Yehouda dit à ses frères : quel profit (= bétsa) y a t-il si nous tuons notre frère … » (Vayéshev ch.37 ; v.26)

Le mot בצע est l’acrostiche des 3 prières quotidiennes : בקר צהרים ערב = boker (matin) , tsaorayim (après-midi) et érev (soir).

Chacune des lettres du mot בצע constitue la 2e lettre du nom de celui qui a institué la prière au moment afférent ci-dessus :
— le ב est la 2e lettre du nom Avraham, qui a institué la prière du matin : boker (cha’harit) ;
— le צ est la 2e lettre du nom Itshak, qui a institué la prière de l’après-midi : tsaorayim (min’ha) ;
— le ע est la 2e lettre du nom Yaakov, lequel a institué la prière du soir : érev (arvit).

Yéhouda voulait mettre en garde ses frères, qui en commettant un tel crime (le laisser mourir dans le puits), se discréditaient envers D. et aucune prière ne pouvait réparer ce méfait.

Ainsi qu’il est dit dans Yéchayahou (1,15) : « même si vous multipliez les prières, je ne pourrais les écouter, vos mains sont pleines de sang ».

[Rav Yéhouda Assad]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code