+ « Et un converti, tu ne léseras pas et tu ne le pressureras pas, car vous avez été étrangers dans le pays d’Égypte. » (Michpatim 22;20)

Le Rambam fait remarquer que la Torah attache une importance considérable au respect dû aux convertis :

– il est ainsi formulé à 36 reprises dans la Torah, l’injonction de respecter le converti et de ne pas le faire souffrir en lui parlant durement.

– la Torah nous enjoint d’honorer et de craindre nos parents et les lévi’im, mais n’exige pas que nous les aimions.
En revanche, elle nous ordonne : « Vous aimerez le converti » (Dévarim 10;19).

Nous sommes tenus d’aimer le converti de tout notre cœur et de toute notre âme, tout comme nous devons [et dans des termes presque identiques!] aimer D. (« Tu aimeras Hachem, ton D. » – Dévarim 6;5).

D’ailleurs, D. Lui même aime le converti (« Il (D.) aime le converti, pour lui donner pain et vêtements » – Dévarim 10;18).

 

Source (b »h) : compilation d’un dvar Torah issu du livre « Talélei Orot » du Rav Yissa’har Dov Rubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code