+ « Éloigne-toi de la parole mensongère » (Michpatim 23;7)

Le Rav Bounem de Pchiskha fait remarquer que c’est la seule transgression à propos de laquelle la Torah nous ordonne de nous éloigner.
D. répugne tellement au mensonge que nous devons fuir tout ce qui ressemble un tant soit peu au mensonge.

+ Lorsque le ‘Hafets ‘Haïm est arrivé dans une ville où il devait prendre la parole, il remarqua les affiches que l’on avait apposé pour annoncer sa venue.
Il vit qu’on l’y désignait comme l’auteur du Michna Béroura, son commentaire du Ora’h ‘Hayim.
A l’époque, seule la 1ere partie de l’ouvrage était sortie des presses, mais les affiches donnaient l’impression qu’il était achevé.
Le ‘Hafets ‘Haïm ajouta aussitôt, de sa plume, l’avertissement suivant : « A ce jour, seul le 1er volume a été publié, qui va jusqu’au chapitre 128. La suite sera publiée ultérieurement, avec l’aide de D. »

+ Le ‘Hazon Ich entendit un jour quelqu’un promettre un cadeau à son jeune garçon s’il faisait ce qu’on lui avait demandé.
« Veuillez à tenir votre promesse! lui dit-il.
Nos Sages (Guémara Soucca 46b) nous enseignent qu’il est interdit de faire une promesse à un enfant et de ne pas la tenir, car cela lui apprend la malhonnêteté.
De plus, votre obligation envers lui est plus grande qu’envers un adulte, car un petit est légalement incapable de renoncer à ce qui lui est dû. »

 

Sources (b »h) : ‘houmach Artscroll + le livre « Talélei Orot » du Rav Yissa’har Dov Rubin (pour les histoires)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code