La réaction juive face à la chute de son ennemi

+++ Bo – la réaction juive face à la chute de son ennemi :

+ « Que pas un d’entre vous ne franchisse le seuil de sa porte jusqu’au matin ». (Bo 12;22)

Pourquoi D. interdit-il aux enfants d’Israël de ne pas franchir le seuil de leur maison, les privant ainsi de voir l’intervention divine, se manifester contre l’ennemi?

S’agissant d’un miracle, n’est-il pas mieux pour les enfants d’Israël de le voir pour s’en convaincre?

Le Ralbag trouve dans ce commandement la recommandation de ne pas se réjouir de la chute de l’ennemi, ce qui serait de nature à développer en nous le sentiment de vengeance et de haine.

+ Comme il est dit : « Si ton ennemi tombe, ne te réjouis pas! » (Michlé 24;17)

+ Dans la guémara Sanhédrin 39b = D. n’a pas permis aux anges d’entonner des cantiques pendant que les Égyptiens se noyaient.

D. ne se réjouit pas de la chute des impies.
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, on récite le Hallel complet que le 1er jour de Pessa’h (les 2 premiers en dehors d’Israël), et non les jours suivants.

+ Lors du 1er Pessa’h célébré en Égypte, l’interdiction du ‘hamets ne s’est appliquée que le 1er jour, et non durant 7 jours comme cela a été le cas par la suite.
L’interdiction du travail n’a pas été du tout en vigueur lors de ce 1er Pessa’h.

Pourquoi les juifs ont-ils reçu des ordres concernant l’observance future de Pessa’h alors qu’il était encore en Égypte?
Pourquoi ces lois n’ont-elles pas été promulguées avec le reste de la Torah au mont Sinaï?

= D. a donné aux juifs les instructions nécessaires pour les futures fêtes de Pessa’h avant même que leurs ennemis soient noyés dans la mer, établissant ainsi clairement qu’il n’existe aucun rapport entre leur fin catastrophique et notre célébration.

=== Pessa’h commémore uniquement le fait que D. nous a fait passer de la servitude à la liberté.

 

Sources (b »h) : compilation issue d’un commentaire du Méchè’h ‘Ho’hma (repris dans le livre « talelei Oroth » du Rav Yissa’har Dov Rubin) + un commentaire issu du livre « Guévourot aTorah » de Gabriel Cohen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code