« Ils feront une Arche (Aron) en bois de Chittim, de 2 coudées et demie de longueur ; une coudée et demie de largeur, et une coudée et demie de hauteur » (Térouma 25,10)

« Tu feras une Table (Choul’han) en bois de Chittim, de 2 coudées de longueur, une coudée de largeur et une coudeé et demie de hauteur » (Térouma 25,23)

« Tu feras l’Autel (Mizbéa’h) en bois de Chittim, 5 coudées de long et 5 coudées de large, l’Autel sera carré, et 3 coudées de hauteur » (Térouma 27,1)

Comment expliquer que :
– pour l’Arche = toutes les mesures sont fractionnées ;
– pour la Table = uniquement la hauteur est fractionnée ;
– pour l’Autel = toutes les mesures sont entières.

+++ Pour l’Arche (renfermant les 10 Commandements, représentants la Torah) :
-> Selon le Baal haTourim, le fait qu’il n’y a aucun nombre entier, nous montre que ceux qui étudient la Torah doivent briser leur fierté et se comporter avec humilité.
-> Le Kli Yakar suggère que les mesures ne sont pas complètes, en allusion au fait que nous devons toujours nous considérer comme incomplets dans notre connaissance de la Torah.
– Le midrach Talpiyot fait remarquer qu’au total les mesures de l’Arche sont de 5,5 coudées (2,5 longueur, 1,5 largeur, 1,5 hauteur). Cela fait allusion aux 5 Livres de la Torah Écrite (5 coudées), plus une demie coudée pour la Torah Orale, renvoyant à l’idée que ces Livres sont d’origine Divine (complets, infinis), tandis que la Torah Orale n’est qu’une partie des explications qui s’y trouvent.

+++ Pour la Table :
-> Les dimensions de la Table sont principalement entières en allusion au fait que nous devons être satisfaits de nos possessions matérielles, et que nous devons nous voir comme ne manquant de rien.
Cependant, la mesure de la hauteur est incomplète, pour nous enseigner que nous ne devons pas chercher à satisfaire tous nos désirs matériels.
Selon le Séfer haMaguid, c’est également un message aux riches : la largeur et la longueur de votre richesse ont beaux être énormes, mais cependant, vous ne devez pas en devenir hautain (prendre une hauteur totale), mais rester fractionné (c’est grâce à D.!).

-> Le rav Ouri Klerman enseigne :
– La largeur et la longueur représentent l’intégralité de ce monde (de long en large!), espace dans lequel nous nous devons d’évoluer en étant content de notre sort.
– La hauteur n’est pas une donnée complète, car chaque élément matériel a potentiellement une capacité à nous élever spirituellement, et c’est uniquement en ce sens que nous pouvons considérer que nos besoins matériels sont manquants (comme moyen nécessaire à notre spiritualité!).
[La mesure incomplète de la hauteur peut également renvoyer à notre désir d’empiler les plaisirs de ce monde (les uns sur les autres : en hauteur). Or, nos Sages nous ont avertis qu’il est impossible de rassasier tous nos besoins physiques (on en veut toujours plus!).]

+++ Pour l’Autel :
-> Les mesures sont complètes pour nous enseigner que l’Autel répare les dégâts générés par nos fautes, nous rendant alors de nouveau complet, parfaitement pur.

<————————————>

Rabbi Chimon dit : « Il y a 3 couronnes : la couronne de la Torah, la couronne de la prêtrise et la couronne de la royauté ; quant à la couronne de la bonne renommée, elle les surpasse toutes. » (Pirké Avot 4,13)

Le rav Zelig Epstein rapporte que ces 3 couronnes sont positionnées sur les 3 éléments essentiels du Michkan. D’une façon légèrement adaptée, il enseigne que :
-> sur le Aron = c’est la couronne de la de la Torah (kéter Torah).
La guémara (Yoma 72b) enseigne que l’Arche fait allusion à la couronne de la Torah.
De même que les Tables de la Loi étaient entreposées à l’intérieur de l’Arche, de même nous devons nous purifier et faire de la place en nous-même, afin de pouvoir être un réceptacle pour la Torah, de pouvoir faire un avec elle.
C’est pour cela que la couronne n’est pas mise directement sur la Torah, mais sur l’Aron.

-> sur le Mizbéa’h = la couronne de la prêtrise (kéter Kéhouna).
L’Autel symbolise la mission des Kohanim : la capacité à réaliser les services nécessaires dans le Michkan.

-> sur la Choul’han = la couronne de la royauté (kéter Mal’hout).
La guémara (Yoma 72b) enseigne que la Table était ornée d’une « couronne » rappelant la « couronne de royauté ».
En effet, tout comme c’est par la grâce du souverain que le peuple jouit d’une vie tranquille et prospère, de même est-ce grâce à la Table qu’Israël connaissait la prospérité.
La guémara rapporte l’idée que le pain déposé chaque semaine sur la Table (Choul’han) amenait une abondante prospérité sur tout le peuple, et de plus lorsqu’un Cohen en mangeait même un petit morceau, il se trouvait immédiatement rassasié.
[La Table était garnie en permanence de 12 « pains de proposition » (lé’hem apanim), disposés en 2 rangés de 6 pains, qui restaient totalement frais et chauds pendant une semaine entière (où ils étaient alors remplacés par de nouveaux), renvoyant à la notion de royauté : un étalage d’honneur, de respect et de puissance (bien au-delà de la normalité!).]
[cf. Rachi 25,24 : « Symbole de la couronne de royauté (Yoma 72b), car la table évoque la richesse et la grandeur »]

<——>

« Ils feront une Arche (Aron) en bois de Chittim » (Térouma 25,10)

« Tu feras une Table (Choul’han) en bois de Chittim » (Térouma 25,23)

« Tu feras l’Autel (Mizbéa’h) en bois de Chittim » (Térouma 27,1)

=> Pourquoi la Torah utilise-t-elle : « ils feront » uniquement pour l’Arche, et non « tu feras » comme avec la Table et l’Autel?

-> Le Alshich haKadoch donne la réponse suivante :
La couronne de la prêtrise (kéter kéhouna) repose uniquement sur Aharon et ses descendants.
La couronne de la royauté (kéter mal’hout) est destinée uniquement à David et à ses descendants.
Par contre, la couronne de la Torah (kéter Torah) peut être acquise pas tout juif qui est prêt à se consacrer à l’étude de la Torah.
C’est ainsi que la guémara (Horayot 13a) nous enseigne qu’un mamzer qui est érudit en Torah (talmid ‘hacham), il  priorité sur un Cohen gadol qui est ignorant.
=> L’emploi du pluriel pour l’Arche qui contient la Torah, témoigne du fait qu’absolument tout juif a l’opportunité d’y prendre part, contrairement à la prêtrise et à la royauté.

-> Le rav Yaakov Galinsky apporte une autre explication.
– « Ils feront une Arche (Aron – contient la Torah) » = c’est une allusion à la spiritualité, domaine dans lequel nous devons nous efforcer de faire partie d’un groupe d’étude.
[Selon le ‘Hatam Sofer, les Chérubins symbolisent la nécessité pour les étudiants en Torah d’étudier en ‘havrouta, uniquement dans une optique de comprendre ce qui est attaché aux Chérubins : les Lou’hot (Torah), et non pas dans une recherche d’honneurs, d’intérêts personnels.]
– « Tu feras une Table (Choul’han) » = c’est relatif à la matérialité, où l’on ne doit pas regarder avec jalousie ce que les autres possèdent. Il faut savoir se satisfaire avec ce que l’on a personnellement (d’où l’emploi du singulier)!
– [« Tu feras l’Autel » = le mizbéa’h fait essentiellement partie du processus d’expiation, de purification des fautes propres à chacun => au singulier]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code