+ « Et la boisson était selon la règle, sans contrainte » (Méguilat Esther 1;8)

La Guémara Méguila 12a = « les disciples de Rabbi Chimon bar Yohaï lui demandèrent :
« Pourquoi les juifs de cette génération méritaient-ils d’être exterminés?
Répondez vous-même! leur a-t-il rétorqué.
Parce qu’ils ont tiré profit du festin de ce scélérat », ont-ils expliqué. »

On ne servit pas d’aliments interdits aux juifs, comme il est écrit dans la suite de notre verset : « pour procéder selon la volonté de chaque homme » (kirchon ich va’ich = cette expression étant interprétée dans notre guémara : « selon le désir même de Mordé’haï et de Haman »).

Ainsi, pourquoi le fait d’avoir participé au festin d’A’hachvéroch est-il considéré comme une faute si grave?

Le Rav Kotler répond en citant la guémara Sanhédrin 103b = « Grande est la gorgée, qui unit ceux qui étaient éloignés. »
== c’est le plaisir tiré du festin qui a entraîné un rapprochement des esprits/cœurs et qui a porté atteinte au sentiment d’écart et de distance par rapport aux nations ; à leur us et coutumes et envers leur vision du monde où le matérialisme est roi.

[D’ailleurs, il est écrit dans la Méguilat Esther (3;8) : les juifs sont : chonot mikol am = « שֹׁנוֹת מִכָּל-עָם » (= « différents de tous les [autres] peuples » ).
On remarque que les 1eres lettres de ces 3 mots forment le mot « שמע », comme dans « שמע ישראל » … ]

 

Source (b »h) : compilation d’un dvar Torah issu du livre « Talélei Orot » du Rav Yissa’har Dov Rubin (+ pour le passage sur le verset 3;8 = issu du livre « au coeur de Pourim » du Rav Aryeh Strickoff)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code