« Je préfère le fauteur à l’avare, car le fauteur, après sa faute, regrette son geste alors que l’homme près de son argent, après avoir refusé de donner, sera content d’avoir gardé son bien. »

(le ‘Hidouché harim, Rabbi Its’hak Meir de Gour – 1799-1866)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code