"Je préfère le fauteur à l'avare, car le fauteur, après sa faute, regrette son geste alors que l'homme près de son argent, après avoir refusé de donner, sera content d'avoir gardé son bien."

(le 'Hidouché harim, Rabbi Its'hak Meir de Gour - 1799-1866)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code