+ Le mariage & dvar Torah – la kétouba (suite) :

La kétouba est le document exprimant les obligations du marié envers la mariée.
Elle commence par la date hébraïque du mariage (précédée par la lettre beit), moment où ces obligations rentrent en vigueur.

A titre d’exemple, si le mariage a lieu un mardi, qui est le 3e jour de la semaine juive (yom chélichi), on écrira : « bachélichi baChabbath » (le 3e jour de la semaine), et non : « chélichi baChabbath » (3e jour de la semaine).

Pourquoi cette présence de la lettre beit (avant le jour)?

Tout comme la Torah commence par la lettre beit (בראשית – Au commencement), de même, la Kétouba commence aussi par la lettre beit.

La lettre aleph est la 1ere de l’alphabet, et a pour valeur 1, renvoyant au fait de s’occuper d’une seule personne (soit même), et de faire abstraction d’autrui.
La lettre beit est la 2e lettre de l’alphabet, et a pour valeur 2, signifiant qu’il faut coexister, prendre soin et bien s’entendre avec autrui.

Ainsi, la 1ere lettre de la Kétouba transmet un message fondamental au ‘Hatan et à la Kalla.
Ils doivent toujours se rappeler que le mariage est une union entre 2 individus différents (ayant chacun des qualités et des défauts, détenant chacun une partie de la vérité/réponse à une problématique, …), qui doivent coexister.

Une personne mariée ne devra pas raisonner en termes de « Je » ou « Moi », mais en termes de « on » ou « nous ».
Il ne faut pas chercher ce qu’il y a de mieux pour sa personne, mais pour les 2 (raisonner en terme de beit : 2!).

La Kétouba est un document très important, et dans le cas de sa perte ou de sa destruction, il faut contacter au plus vite un rabbin afin d’avoir une Kétouba de substitution.
= Nos Sages souhaitant nous dire qu’à tout moment de notre vie, il faut savoir que la clé d’un mariage réussi et heureux est liée au « beit », les 2 parties cherchant à coexister en permanence de façon harmonieuse.

La 1ere lettre de la kétouba est la même que la 1ere lettre de la Torah (béréchit = au commencement), renvoyant au fait que le mariage est le commencement et non une fin en soi, et doit être fait selon ce qu’il y a écrit dans la Torah (nos mitsvot, volonté de D. pour notre bien!).

A l’image du fait que la 1ere lettre et la dernière lettre de la Torah permettent de former le mot : lev (cœur), il faut du début à la fin de sa vie de couple, beaucoup de compréhension et d’amour, il faut beaucoup de cœur.

L’importance d’avoir ce cœur (lev) est dévoilée d’emblée sous la ‘houpa dans la phrase clé que le ‘hatan prononce en épousant sa kalla :
« Aré at mékoudéchét li bétaba’at zo kédat Moché vé’Israël » (= Voici, tu m’es sanctifiée par cet anneau selon la loi de Moché et Israël).

= Vous l’avez deviné, cette phrase capitale à l’origine de tout nouveau couple juif, contient 32 lettres, valeur numérique du mot lév!!

Source (b »h) : traduction & adaptation personnelle d’un commentaire de Rabbi Moshe Bogomilsky + d’un dvar Torah du Rav Ména’hem Berros (pour le rapport entre la phrase prononcée sous la ‘houpa par le ‘hatan et le mot lév

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code