La bague …

+ La bague …

Selon la guémara Kiddouchin 2a : « Une femme peut être acquise par de l’argent ou tout objet ayant une valeur ou par un document [de fiançailles] ».

Pourquoi toutes les fiançailles (kiddouchin) se font toujours avec une bague?

1°/ L’utilisation d’une bague renvoie à l’apparence de la lettre hébraïque samé’h : ס
Lorsque cette lettre est écrite pleinement, on a : ס-מ-ך, et on obtient alors la valeur numérique de 120.

A l’origine, l’homme devait vivre de façon immortelle.
Suite à la faute d’Adam, D. a dit : « ses jours seront de 120 ans. » (Béréchit 6;3)
Par le fait de mettre une bague (ressemblant à un samé’h) sur le doigt de la Kalla, le ‘Hatan renvoit au fait qu’il désire qu’elle soit (b »h) sa femme pour 120 ans.

2°/ Par le fait de mettre une bague autour du doigt de sa kalla, le ‘hatan exprime la volonté qu’elle sera toujours autour de lui, comme une véritable aide face à lui (ézér kénégdo), un soutien et une compagne pour faire face à tous les problèmes matériels et spirituels de la vie.

La bague est ronde, et un objet rond n’a pas de fin. Le ‘hatan fait allusion à sa femme que le lien qui les unira sera infini.

3°/ Il y a 2 parties dans la cérémonie de mariage : les érousin (fiançailles) et les nisou’in (mariage).
La remise de la bague est le point culminant des érousin, les nisou’in ayant pour objectif le fait de vivre ensemble comme mari et femme.

L’amour entre le ‘hatan et la kalla est durant les érousin un amour externe (comme la bague entoure le doigt), tandis que durant les nisou’in, c’est un amour pénétrant et intérieur (l’amour mutuel se cultivant/développant intérieurement jour après jour).

Ainsi, la bague est un rappel permanent disant qu’elle n’est que la 1ere étape du mariage, dont l’objectif final est le développement d’un amour mutuel intérieur, de plus en plus fort/solide.

Source (b »h) : traduction & adaptation personnelle d’un commentaire de Rabbi Moshe Bogomilsky

 

+ Autres explications :

4°/ Le mari nomme sa femme responsable du foyer et lui fait confiance : dans le passé, lorsque quelqu’un voulait transmettre une mission très importante ou délivrer une certification comme un droit de signature ou une procuration, il transmettait à la personne choisie sa bague pour montrer que sa signature était valable et qu’il lui faisait totalement confiance.

Nous l’avons vu chez Pharaon qui a donné sa bague à Yossef, ainsi que chez A’hachvéroch, qui a transmis la sienne à Haman (aracha).

Le ‘Hatan transmet à la Kalla sa bague, et lui dit ainsi, sans mots, mais avec toute la ferveur requise : par cela, je te nomme responsable de notre foyer, et tu seras appelée à partir de maintenant le « pilier » de la maison.

5°/ De même qu’une bague est ronde et fait le tour du doigt, ainsi le ‘hatan entourera et protégera de tout mal sa kalla, lui amenant un sentiment de sécurité, la conscience qu’elle aura toujours son mari présent lorsqu’elle en aura besoin (par l’écoute, par la parole,  l’action, …).

6°/ De même qu’une bague embellit un doigt, chacun espère embellir la vie de son conjoint(e).

7°/ Selon le Yalkout divré Assaf, la bague est courbée, et de la même manière, les membres du couple doivent plier leur avis pour aller à la rencontre de l’autre, et en conséquence, la paix et l’unité régneront entre eux.

Lorsque les membres du couple cherchent à assouplir leur position et à arrondir les angles, à l’instar de cette bague courbée en or, mais solide, ils auront ainsi le mérite de s’unir et de se renforcer.

Bien qu’au moment de sa création, elle était molle et souple, elle est devenue un produit fini, solide et uni.

Le fait de plier l’échine n’indique pas une faiblesse, mais une force interne et une maturité qui conduit à l’unité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code