« Nos ancêtres ont été sauvés d’Égypte par le mérite des femmes vertueuses d’alors, et il en sera de même pour la rédemption future. »
[guémara Sota 2b]

-> Chaque année avant d’aller faire ses matsot, rav ‘Haïm Kanievsky allait demander la bénédiction de sa femme pour que ce soit une réussite.

-> Si nous buvons 4 coupes de vin pendant le Séder, c’est pour symboliser le fait que notre délivrance de nos 4 exils provient grâce au mérite de nos 4 Matriarches : Sarah (1er verre), Rivka (le 2e), Ra’hel (le 3e), et Léa (le 4e).
[d’après le Chla haKadoch]

<———->

-> Nos Sages (guémara Pessa’him 108a) enseignent que les femmes sont également obligées de boire les 4 coupes de vin, puisqu’elles ont également vécu les miracles de la sortie d’Egypte.
Les Tossafot (sur la guémara Méguila 4a), citant le Rachbam, affirment même que si tout cela a pu être possible (la délivrance d’Egypte), c’est grâce aux mérites des femmes vertueuses d’alors.

=> Pourquoi nos Sages disent que les femmes ont « également » vécu les miracles, comme si elles étaient secondaires à ce miracle?

-> Le ‘Hatam Sofer (Torat Moché – Chémot p.75) dit que plus une personne est tsadik/vertueuse, moins le fait que la nature se modifie pour elle, est quelque chose de si extraordinaire.
A l’inverse, le moins une personne est méritante, le plus sera considéré comme énorme un miracle réalisé pour elle.
En effet, le monde a été créé et n’existe que pour la Torah, et la nature est donc assujettie à la Torah (cf. guémara Yérouchalmi Sanhédrin 1,2).

Le ‘Hatam Sofer poursuit que puisque les femmes juives étaient si vertueuses, pour elles les nombreux miracles réalisés n’étaient pas aussi extraordinaires.
[étant particulièrement méritantes, il était « normal » que la nature se change pour elles!]
A l’inverse pour les hommes, qui avaient moins de mérites qu’elles, le miracle était immense, et c’est pour cela qu’ils sont principalement concernés par louer Hachem par des chants et les 4 coupes de vin.

=> Cela explique le besoin de nos Sages de préciser que les femmes doivent boire les 4 coupes en employant le mot : « également », car les miracles étaient une « normalité » au regard de leur niveau élevé et de leurs mérites importants.
[Chez les hommes le miracle était principal, pour elles cela n’était que secondaire (moindre)!]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code