« Tu craindras l’Éternel, je suis D. » (Kédochim 19;14)

Un jour, Rabbi Barou’h de Mézhibuz déclara à ses fidèles :
« Si la vue d’un seul cosaque me plonge dans la peur, à plus forte raison la perspective de passer au milieu de 2 rangées de 500 cosaques armés jusqu’aux dents.
Mais sachez, qu’une telle frayeur n’est rien en comparaison avec celle que m’inspire la perspective de transgresser ne serait-ce qu’une seule faute! »

 

Source (b »h) : le « Pniné haTorah » du Rav David Haddad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code