Pourquoi lé’haïm? Pourquoi labriout?

–> Quelle est l’origine de se souhaiter : « lé’hayim », lorsque l’on boit du vin?

La source de cette coutume de se souhaiter la vie (lé’haïm), en buvant du vin se trouve dans la guémara disant :
« Avant l’éxécution d’un condamné à mort (par le Beth din), on lui donnait à boire de la liqueur de lévona, qui était une liqueur forte, très enivrante, afin de troubler son esprit, et de lui éviter de ressentir une douleur.
Le verset de Michlé (31;6) dit : « Donnez des liqueurs fortes au condamné, du vin à ceux qui ont l’amertune dans le coeur ». « 

Ainsi, en buvant du vin, on se souhaite « lé’haïm », pour la vie, et non pour la mort.

 

–> Pourquoi dit-on « labri’out » (la bonne santé) à quelqu’un qui éternue?
On trouve la réponse dans le Pirké de Rabbi Eliézer (chapitre 52) :
« Au début, depuis la Création, personne ne tombait malade [avant de mourir].
Un homme pouvait se promener dans la rue ou au marché, éternuer, et son âme sortait à travers ses narines. »

C’est pourquoi, lorsqu’on entend quelqu’un éternuer, on doit dire « haïm » (vie! – labriouth), pour lui souhaiter que cet éternuement n’amène pas la mort.

 

Source (b »h) : le « binéoth déché » du Rav David Chaoul Greenfeld

One comment

  1. Pingback: Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code