La recherche des plaisirs …

+ La recherche des plaisirs …

Le Ram’hal = « L’hommme n’a été créé que pour trouver ses délices en D. et jouir de la splendeur de Sa présence car telle est la vraie jouissance, la délectation parfaite,  supérieure à toutes les jouissances. »  [Messilat Yécharim  – chap.1]

=> L’un des fondements du judaïsme est que l’homme n’a été créé que pour accomplir la volonté de D. et s’attacher à Lui dans ce monde et dans l’autre.

D’ailleurs, le rav Yérouh’am de Mir disait :  » ‘Mange, bois et amuse-toi’ …
Est-ce un concept de chez nous?
Cette  »philosophie » n’appatient-elle pas aux non juifs?
C’est d’eux  que nous l’avons prise … »

La course aux plaisirs de ce monde est devenue l’une des principaux étalons du monde moderne.
La valeur de l’individu dépend, avant tout, de sa réussite matérielle.
Rabbénou Bahya au 11e siécle a écrit dans le ‘Hovot halévavot (Cha’ar haPérichout – chap.2) :
« Toutes les fois que le monde se perfectionne au plan matériel, le dommage spirituel s’étend … ils pensent que leurs mauvaises voies sont excellentes et se convainquent à tort qu’elles sont parfaitement droites.
Ils érigent [leurs conceptions] en loi et en règle de vie, et les pères les transmettent à leurs enfants.
Ce qui est déraisonnable devient logique à leurs yeux et la juste voie prônant la sobriété/simplicité leur semble bizarrerie.
Chacun ne fait que calquer sa conduite sur celle de son voisin.
Pour eux, celui qui ne prend de ce monde que ce dont il a besoin est un paresseux et celui qui n’amasse pas de biens matériels au-delà du nécessaire est un homme faible, suscitant la pitié.
Celui qui poursuit le luxe, voilà le diligent.
Ils se vantent et s’enorgueillissent de leurs possessions matérielles ; de leur estomac, ils font un dieu ; de leurs vêtements, une loi de vie et le faste de leur demeure leur tient lieu de morale … »

=> Le dénominateurs commun de ces plaisirs, c’est qu’ils détournent l’individu de son véritable but : on oublie qu’on est là pour l’éternité et on fait, de plaisirs éphémères, l’essentiel.
Toute cette façon de vivre, en contradiction directe avec la conception de la Torah, risque peu à peu de faire perdre à l’individu le sens de sa mission sur terre et d’en être réduit à se servir lui-même.

=> En conclusion …
Le Ramh’al dans son Messilat Yécharim (chap.1) a écrit  :
« L’homme a été placé dans ce monde où de nombreuses choses l’éloignent de D. comme les désirs matériels qui détournent ceux qui les poursuivent du bien véritable … »

==> Gardons-nous d’imiter les autres peuples dont les valeurs contredisent les nôtres.
Ne perdons jamais de vue notre seul véritable objectif : l’attachement à D.

[Sans nous leurrer, il faut utiliser les plaisirs de ce monde au service de notre rapprochement/attachement vers D..]

Source (b »h) : compilation personnelle issue du livre « Matsmia’h Yéchoua » du Rav Alexander Aryéh Mandelbaum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code