+ La reconnaissance :

Nos Sages ont dit (guémara Béra’hot 58a) = « Un bon invité, que dit-il?
Combien d’efforts le maître de maison a investi pour moi, quelle quantité de viande, de vin et de pâtisseries m’a-t-il proposé?
Et toute cette peine qu’il s’est donné, elle n’était qu’en mon honneur.

Mais un invité ingrat, que dit-il?
Quel effort a fait mon hôte pour me faire plaisir?
Je n’ai mangé qu’une seule tranche de pain, n’ai bu qu’un seul verre.
Tous les efforts qu’il a fait n’étaient destinés qu’à sa femme et ses enfants. »

Ainsi, il y a 2 visions du monde :
-> celle du reconnaissant :
= prise de conscience du bien que l’on m’a fait.
=> Il en découle automatique le sentiment d’être redevable, de ressentir de l’obligation et de l’estime pour son bienfaiteur.

-> celle de l’ingrat :
= reniement et absence de reconnaissance du bien que l’on m’a fait.
=> affranchissement de tout sentiment d’être redevable.
==> L’ingratitude est l’arme permettant de libérer son orgueil du sentiment lié au fait de recevoir un bienfait.

Entre ces 2 attitudes diamétralement opposées, il y a, bien entendu, des niveaux moyens, dans lesquels, généralement, la majorité des personnes se situe.
—————————————————————————————-

—> Reconnaître le bien que D. nous prodigue ( = le fondement d’un juif) :
Nos Sages ont dit (Michnat Rabbi Eliézer 7) = « Pour quelle raison la Torah a autant châtié l’ingrat?
Parce que c’est une forme d’ingratitude envers D.
Aujourd’hui, il l’est envers cet homme, demain il le sera envers son Créateur. »

Le Pa’had Its’hak a écrit (Maamar 2,5) = « Dans la nature de l’homme se dissimule l’hypothèse : « Ma force et la puissance de ma main m’ont fait ce succès-là. » (Dévarim 8,17)
C’est un sentiment intérieur puissant, dont l’homme a du mal à se défaire. »

Le Ramban (fin de la paracha Bo) = « L’intention à avoir dans toutes les mitsvot est de placer sa confiance en D. et Le remercier de nous avoir créés.
Ceci est l’intention unique depuis la création originelle.
A savoir, D. ne désire qu’une seule chose : que l’homme ici-bas sache qu’Il est le Créateur du monde et Lui soit reconnaissant d’avoir été créé. »

Pourquoi sommes-nous appelés « Juif » (Yéhoudi, en hébreu)?
La racine de ce nom vient du mot : « reconnaissance » (Hodaa, en hébreu), parce que le juif reconnaît et remercie le créateur du monde pour tous Ses bienfaits infinis.
Ceci est le fondement du judaïsme.
—————————————————————————————-

—> Le respect des parents :
C’est la base du développement de la reconnaissance, car c’est à eux que l’homme doit adresser sa 1ere reconnaissance dans la vie.

* Vision de reconnaissance = apprécier les nombreux bienfaits extraordinaires qu’ils m’ont prodigué depuis ma naissance.
=> mon cœur peut déborder de sentiments d’estime et de respect pour eux.

* Vision d’ingratitude = renier les bienfaits en usant des prétextes variés : ce n’est que pour leur avantage et leur bien que mes parents m’ont mis au monde …
Et puisqu’ils m’ont donné naissance, ils sont, bien sûr, obligés de veiller à subvenir à tous mes besoins …
De cette manière, on s’affranchit de son obligation, celle de respecter ses parents.

Il est écrit dans le Séfer ha’Hinou’h (mitsva 33) au sujet du respect des parents :
« A l’origine de cette mitsva, il y a le fait qu’il convient que l’homme reconnaisse et fasse preuve de bonté envers celui qui lui fait du bien, et qu’il ne soit pas insensé, indifférent et ingrat.
Car ceci est un trait de caractère répugnant aux yeux de D. et des hommes.
Il doit être conscient que son père et sa mère sont la cause de son existence dans ce monde et que, de ce fait, il convient qu’il les honore le plus possible.

Ce sont eux qui l’ont amené dans ce monde et ont peiné pour lui, lorsqu’il était petit.
Ainsi, lorsqu’il fixera cette donnée dans son âme, il éprouvera également de la reconnaissance envers D.

En effet, D. est la cause de son existence et de celle de tous ses pères, en remontant jusqu’à Adam haRichon.
D. l’a fait venir sur cette Terre et a subvenu à ses besoins toute sa vie.
Il l’a créé à la perfection, avec tous ses membres.
Il lui a donné une âme dotée de compréhension et d’intelligence ; sans cela, il serait tel un cheval ou une mule, sans discernement.
Ainsi, il prendra conscience qu’il convient d’être vigilant dans son service de D. »

Le fait de s’habituer, depuis sa plus tendre enfance, à recevoir les bienfaits de ses parents, fait ressentir que tout va de soi, que tout nous est dû.
Ce sentiment est trompeur!

=> il est bien plus facile de reconnaître le bien que nous fait un étranger que celui que nous fait notre proche, car avec l’habitude cela devient habituel, normal, naturel, obligatoire (que D. nous en préserve!).

D’ailleurs, il est écrit dans le ‘Hovot aLévavot » (chaar haBé’hina) :
« La plupart des hommes sont comme des aveugles pour discerner et reconnaître les privilèges qu’ils ont reçus ; ils n’en ont aucune intelligence. […]
Ils grandissent dans l’abondance des bontés divines ; ils pensent qu’elles dépendent organiquement d’eux-mêmes, et croient qu’elles ne pourront jamais leur manquer, ni leur être ôtées. »

=> Il est de notre devoir et de notre responsabilité en tant que parents d’éduquer nos enfants dès leur plus jeune âge à reconnaître les bienfaits que nous leur octroyons, et à matérialiser dans les faits cette reconnaissance, ce qui les aidera sûrement dans leur mitsva de respect des parents [= la base du développement de la reconnaissance].

A l’image des bénédictions et des prières, qui nous permettent d’exprimer à longueur de journée notre reconnaissance envers D., on doit forcer sa nature pour voir positivement autrui, et développer des pensées/remarques de bienveillance à son égard (même pour une petite chose, semblant « normale », car rien n’est petit, dû!!).

[Chaque prière (notre reconnaissance vis-à-vis de D.) est unique et doit être fait avec kavana (intention), de même pour chaque expression de reconnaissance envers autrui quel qui soit …]

Nous ne pourrons jamais être complètement quitte avec nos parents.
En effet, nos Sages disent :
– « Si ton ami a pris les devants et t’a donné des lentilles, fais-en autant avec de la viande.
Pourquoi?
Parce qu’il t’a fait un bienfait en premier. »  [Midrach Béréchit Rabba 35,3]

– « Celui qui ouvre sa porte à son prochain, ce dernier lui est redevable à vie. »   [Midrach Chémot Rabba 4,2]

==> A travers la mitsva du respect des parents, la Torah nous apprend à nous exercer à la reconnaissance => à nous débarrasser petit à petit de l’égocentrisme et de l’orgueil implanté en nous par le fait que « Tout nous est dû ».
Elle nous habitue au sentiment pur et délicat d’avoir un regard bienveillant et à estimer, à la juste valeur, tous les bienfaits dont nous bénéficions.

Rien n’est naturel! Rien ne va de soi!
Et même si cela fait partie de ses obligations, un homme mérite de la gratitude pour le fait qu’il les assume.

Source (b »h) : compilation personnelle du livre « Honore ton père et ta mère » du Rav Ména’hem Berros + du livre « Respect des parents » (Editions Torah-Box)

[Dans tous les cas, il faut avoir une dette de gratitude envers nos parents car b »h, c’est grâce à eux que nous existons … ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code