Shabbath & Téchouva

+ Shabbath & Téchouva …

Pendant le kiddouch du vendredi soir, le Shabbath est appelé : « té’hila lémikraé kodech » ( = en tête des convocations saintes)
Quel en est le sens?

Le rav de Kobrin de répondre que si vous voulez commencer à faire téchouva, vous devez commencer par le Shabbath.
Il faut faire du Shabbath, le té’hila ( =le début), de votre « entrée » dans le Kodech.
Le Shabbath doit être le commencement de toute téchouva.

Le mot Téchouva (תשובה) peut se décomposer en : tachouv hé (תשוב ה) = retourne vers D.

La racine du mot Shabbath (שבת) est chav (שב), qui a pour signification : « retour ».

Le ‘Hida nous révèle aussi que la téchouva doit démarrer le Shabbath, puisqu’il est écrit : « véchavta ad Hachem Eloké’ha » (Nitsavim 30,2).
Le mot ‘véchavta’ (« Tu dois te repentir » – ושבת -litt. : « tu reviendras [jusqu’à Hachem ton D.] »), est composé des mêmes lettres que le mot Shabbath (שבת).
=> Nous devons nous repentir, nous rapprocher de D. au moyen du Shabbath.

Le ‘Hida enseigne :
Si quelqu’un a un véritable désir de revenir vers Hachem, il doit être vigilant dans son observance du Shabbath.
Observer le Shabbath a un pouvoir unique de purifier l’âme des fautes.
Garder le Shabbath est équivalent à accomplir toutes les mitsvot de la Torah, avec chacune des parties de notre corps.
En observant le Shabbath, une personne se créée une réparation (tikoun) pour chaque membre de son corps et elle devient pure.
La Torah fait allusion au retour vers Hachem avec les mêmes lettres que le mot Shabbath pour nous enseigner qu’afin de faire téchouva comme il le faut, nous devons retourner vers Hachem et observer le Shabbath comme il le faut.

<—>

Suppléments :
-> Attention à ne pas « nous auto-flageller », toute amélioration, aussi infime soit-elle, rend notre Shabbath plus saint et est un début d’ascension spirituelle.
Aux yeux de D., aucune étape n’est insignifiante.

-> A Shabbath, nous recevons une néchama yétéra (un supplément d’âme), c’est-à-dire un potentiel accru de sainteté.

Le rav Yits’hak Hutner était connu pour les propos suivants :
« On ne doit jamais dire à quelqu’un, après un yom tov : ‘Le yom tov est fini’ ; mais on doit plutôt dire : ‘Un yom tov est arrivé!’
Cela signifie que chaque yom tov, nous octroie une énergie et un potentiel uniques, afin d’actualiser en nous-mêmes une plus grande spiritualité.

Le Shabbath étant encore plus élevé que yom tov …
==> Comment en sortir à l’identique?
Comment ne pas profiter pour tachouv hé : retourner vers D.?

Source (b »h) : compilation personnelle de dvar Torah du rav Boruch Leff (dans son livre sur le Shabbath)

2 Comments

  1. Pingback: Adam & Shabbath … | Aux délices de la Torah

  2. Pingback: Adam & Shabbath … | Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code