Se tenir devant D. …

+ Se tenir devant D. … 

La guémara (Béra’hot 28b) fait une bonne mise au point à ce sujet :
« Lorsque Rabbi Yo’hanan ben Zakkaï tomba gravement malade, ses élèves lui rendirent visite.
Dès qu’il les vit, il fondit en larmes.

– Notre maître, phare d’Israël, pilier de vérité, pourquoi pleures-tu?

– Si on devait me mener devant un roi de chair et de sang, qui aujourd’hui se trouve ici et qui demain se trouvera dans sa tombe, dont la colère ne serait pas éternelle, et dont les prisons ne le seraient pas plus, un être que je pourrais essayer d’apaiser avec des paroles, ou que je pourrais circonvenir avec de l’argent, j’aurais déjà de quoi pleurer, tant la situation est délicate.

Mais voilà que l’on va me conduire devant le Roi des rois, le Saint béni soit-il, qui Lui vit pour l’éternité.

S’il se met en colère contre moi, sa colère sera éternelle, s’Il me met en prison, celle-ci sera éternelle ; et s’Il me condamme à mort, Sa sentence sera éternelle.
Je ne pourrai l’apaisser ni par des paroles, ni par de l’argent.  [après la mort, nos paroles ne servent plus à rien!]
Et vous pensez que je n’ai pas de raison de pleurer! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code