« Les fils se bousculaient dans son sein. Elle dit : « S’il en est ainsi, pourquoi cela pour moi? »
Et elle alla consulter Hachem ».  »  (Toldot 25,22)

Le midrach (Béréchit 63,6) explique :
« Toutes les fois que Rivka se tenait près d’une synagogue ou d’une salle d’étude, Yaakov se débattait pour sortir, et chaque fois qu’elle passait à côté de temples païens, Essav courait et s’agitait pour émerger. »

+ Rav Zalman Sorotskin note qu’elle :
– « se tenait près d’une synagogue » = elle s’y arrêtait, y restait
– « elle passait à côté de temples païens » = le plus rapidement possible => « Essav courait » afin de pouvoir sortir à temps.

+ Comment tous les 2 savaient-ils, dans le ventre de leur mère, qu’elle passait près d’une synagogue ou d’un temple païen?

Le rav Yérou’ham Leivovitz (Machguia’h de la yéchiva de Mir) explique que de même nous avons des sens matériels, de même disposons-nous des sens spirituels.

Ainsi, la boussole : où qu’on la tienne, son aiguille se dirige toujours vers le nord, parce que des forces magnétiques invisibles la font se tourner dans cette direction.
De même, des forces spirituelles indiscernables influencent l’orientation de ceux qui sont sensibilisés par elles.

C’est ainsi que Yaakov se sentait attiré par les synagogues et autres endroits sacrés, tandis que Essav se sentait entraîné dans le sens contraire.

+ Nos Sages disent : « Lorsqu’un fœtus est dans le ventre de sa mère, on lui enseigne toute la Torah » (guémara Nidda 30)

On comprend alors qu’Essav voulait sortir car il n’y avait pas d’idolâtrie dans le ventre de sa mère.
Mais en ce qui concerne Yaakov, pourquoi voulait-il lui aussi sortir (on lui apprenait toute la Torah)?
Pourquoi vouloir apprendre la Torah à l’extérieur par son rav (qui selon la guémara ‘Haguiga 15b, doit être à nos yeux comme un ange), plutôt que de rester dans sa situation d’apprendre déjà par un ange?

Répondons à cette question par une question 🙂 … du Gaon de Vilna :
 » Etant donné qu’un enfant dans le ventre de sa mère est porteur de toute la Torah, comment se fait-il que nous ne soyons pas tenus de nous lever devant une femme enceinte?  »

Lorsque que la loi juive nous demande de nous lever devant un sage, c’est pour honorer la Torah, qui est rentrée en lui au prix de durs efforts personnels investis pour l’acquérir.

=> Ainsi, on ne doit pas se lever devant la Torah d’un « futur être » qui a reçu ce cadeau sans s’être investi.

==> Yaakov voulait se précipiter vers la Torah pour l’apprendre par ses propres efforts, son investissement personnel, et non dans la tranquillité.
[De plus, Yaakov ne voulait pas fréquenter la même école qu’Essav, pour ne pas subir sa mauvaise influence.]

<—>

-> Selon le ‘Hatam Sofer, Yaakov désirait absolument sortir car il ne voulait pas étudier au même endroit que Essav, [un racha].

-> Le rabbi Yoël Teitelbaum de Satmar (Divré Yoël) explique que Yaakov désirait servir Hachem d’une manière qui était strictement personnelle, et créer une approche de D. qui était en accord avec la racine de son âme. Il ne voulait pas se couler dans le moule de son père Its’hak.
C’est à cause de cela, qu’il luttait pour sortir lorsque Rivka passait devant la yéchiva de Chem et Ever. Là, il pouvait trouver une approche pour servir D. qui était ajustée à sa personnalité, plutôt que de la modeler à celle de son père.

[certes les mitsvot sont communes à tous les juifs, mais nous devons utiliser notre personnalité pour servir Hachem de toute notre unicité.]

<————>

Il est écrit dans la Torah à propos de la naissance des 2 frères : « Et ensuite sortit son frère, sa main tenant le talon d’Essav. » (Toldot 25,26)

Après un combat gagné, Essav a obtenu le droit de sortir du ventre de sa mère en 1er, alors pourquoi Yaakov a-t-il saisi le talon d’Essav?

-> Le Panéa’h Raza explique que Yaakov savait qu’une naissance est un événement douloureux pour une femme, et encore plus dans le cas de jumeaux. C’est pour cela que Yaakov a choisi de tenir le talon de Essav, car il voulait faciliter autant que possible l’accouchement.

-> Le Rabbi de Lelov explique que cette prise du talon n’était motivée par aucun but immédiat ou concret.
Elle ne faisait que refléter le comportement de Yaakov.

= Dans le service de D., on ne doit jamais se résigner à la défaite, même quand elle a toutes les apparences de la réalité.
On doit persister avec ténacité, afin de laisser place à une réussite miraculeuse.
C’est ainsi, que D., a opéré à Yaakov un miracle, en lui faisant bénéficier plus tard du droit d’aînesse.

Certes Essav lui bloquait le chemin, mais Yaakov a fait de son mieux (symbolisait par le fait de lui prendre le talon), car c’est Hachem qui octroie toute chose, et il peut absolument tout.
En effet, d’après le rabbi de Kotzk : Ceux qui désespèrent sont ceux qui pensent pouvoir agir uniquement par eux-mêmes. Lorsqu’ils reconnaissent que leurs capacités sont limitées et insuffisantes, alors ils deviennent inquiets et perdent espoir.
S’ils avaient su qu’absolument tout vient d’Hachem, alors ils auraient également su qu’il y a toujours de l’espoir, car Hachem peut tout faire.
[én mazal les Israël = les juifs sont au-dessus de toute logique naturelle de ce monde car ils dépendent directement de D., contrairement aux autres nations.]

-> Le Divré Israël explique qu’un juif a une obligation de moyen (faire du mieux de ses capacités), et le résultat est offert par Hachem. Même si finalement nous ne réussissons pas, ce qui compte c’est les efforts que nous avons déployé, et ils sont très précieux à Hachem.
Le Zohar (vol.1,69b) affirme que tout celui qui s’efforce de tendre vers la spiritualité, et ce bien qu’il lui soit impossible d’arriver à son désir, il est immensément loué car il essaie d’y parvenir.
Ainsi, même si en apparence cela semblait impossible pour Yaakov de sortir en tant que premier-né, il y aspirait de tout son cœur, il a essayé autant que possible, et c’est cela qu’attend Hachem.
[d’ailleurs, au final Hachem lui a accordé le statut de premier-né!]

Le Divré Israël écrit : « Les descendants [de Yaakov] ont hérité de ce trait … Ainsi, lorsque quelqu’un travaille dans son magasin, et qu’il a de nombreuses obligations [professionnelles], et qu’il a de bonnes pensées du type : il aurait souhaité quitter son commerce pour étudier la Torah. Alors bien qu’il ne soit pas capable de le faire, cela lui est très louable! »

Le rav Méïr Shapiro fait remarquer que lorsque Hachem a demandé à Avraham de compter les étoiles (paracha Lé’h Lé’ha), Avraham a vraiment commencé à compter les étoiles.
Hachem lui a dit : « ainsi sera ta descendance » = de même que toi Avraham tu as commencé à compter les étoiles bien que cela soit une tâche quasi impossible, de même ta descendance va toujours essayer de faire le maximum pour suivre Ma volonté, même si en apparence cela semble inatteignable.

=> Ce qui compte aux yeux d’Hachem, c’est notre attitude de s’investir de tout notre être vers un objectif (comme tendre vers le niveau d’Avraham), peu importe que nous l’atteignons ou pas. Hachem prend un plaisir énorme de nous voir rester fidèles à ce chemin quel qu’en soient les difficultés rencontrées.
[un juif a conscience qu’il a une partie Divine en lui et qu’il peut réaliser des choses très très élevées. Qu’avec Hachem rien n’est trop grand, rien n’est trop petit, tout devient possible tant que l’on fait de notre mieux.]

———————————————————————-

+ Dans notre verset, il est aussi écrit : « Elle [Rivka] alla consulter Hachem. »

Selon Rachi = elle alla à la maison d’étude de Chèm et de Ever afin qu’ils lui révèlent le sens de ses douleurs et quelle en serait l’issue.

De même, sur le verset suivant Rachi rapporte le commentaire du Midrach (Béréchit Rabba 63,17) : « Hachem lui dit par l’intermédiaire d’un messager (le Rav).
Chèm recevait l’inspiration de l’esprit saint (roua’h akodech), et lui en transmettait le message ».

=> On en tire la preuve que consulter un Rav revient à consulter Hachem.
Un Rav est un véritable réceptacle de D.

Les pirké avot nous disent : « Fais-toi un Rav (interroge-le) et sors de tous tes doutes ».

==> A l’image de notre Rivka (iménou), n’hésitons pas à avoir un Rav de confiance et à le consulter aussi souvent que nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code