L’essentiel d’un jeûne …

+ Le jeûne d’Esther …

Il est écrit dans la michna Broura :
« La raison pour laquelle nous jeûnons ce jour-là est parce qu’à l’époque de Mordé’haï et Esther, les juifs se réunirent pour se défendre de leurs ennemis le 13 Adar [parce que c’était le jour décrété par le Roi perse pour l’anéantissement complet des juifs].
Ce jour là, ils prièrent D. d’avoir pitié d’eux et de leur porter secours face à leurs ennemis.

=> Ce jour est appelé jeûne d’Esther pour nous rappeler que D. voit et entend chaque personne lorsqu’elle L’appelle de tout son cœur et retourne vers Lui quand elle est en détresse, comme ce fut le cas à cette époque. »

Il est important de rapporter la vision de la michna Béroura (549:1) concernant les jeûnes d’une manière générale :
« C’est pourquoi chacun doit faire son introspection lors des jours de jeûne, évaluer ses actions, et faire Téchouva [corriger ses actions et ses traits de caractère].

Parce que l’essence de ce jour n’est pas le jeûne. […]

Parce que le jeûne n’est qu’un prélude à la Téchouva.

C’est pourquoi ces personnes qui vont se promener et perdent leur temps les jours où ils jeûnent ont placé ce qui est secondaire [jeûner] avant ce qui est primordial [la Téchouva]. »

=> N’oublions pas que jeûner est un moyen de nous inviter à l’introspection et à retourner sincèrement vers D.

<—>

-> Le rav Shlomo Ganzfried (Kitsour Shoul’han Arou’h 121,1) enseigne que le but d’un jeûne est d’éveiller le cœur à la téchouva.
En un tel jour, l’essentiel n’est pas le jeûne, mais c’est la téchouva.
Pour preuve, dans le livre de Yona, il est écrit : « Hachem considéra leur conduite, voyant qu’ils avaient abandonné leur mauvaise voie » (Yona 3,10). Nos Sages commentent qu’il n’est pas dit que Hachem a vu qu’ils jeûnaient, mais qu’Il a vu « leur conduite », le fait qu’ils ont « abandonné leur mauvaise voie ».
=> Le jeûne n’est qu’une mise en condition préalable à la téchouva, et ne se focaliser que sur la partie jeûne s’est : « se saisir de l’accessoire, et abandonner l’essentiel ».

<—————->

-> Selon le Kav haYachar (chap.97), par le festin et la multiplication des manifestations de joie, il est à craindre que le peuple juif puisse en venir à fauter, à perdre en émouna.
C’est pourquoi, nos Sages ont fixé le jeûne avant la fête car cette abstinence a le pouvoir d’éloigner l’homme du pêché, et ainsi de faire taire l’ange accusateur.

-> Le rav Chimon Barou’h enseigne que ce jeûne est différent des 4 autres (Guédalia, 3 Tichri, 10 Tévet, 17 Tamouz et 9 Av), qui sont des journées de deuil, nous rappelant les différentes étapes de la destruction du Temple.
Par contre, le jeûne d’Esther est un jeûne de joie, en souvenir des miracles que D. fit en faveur de Son peuple, et qui fût accepté à l’époque avec joie.

-> Selon Rabbénou Ephraïm (Chémot 10,22), on jeûne le 13 Adar (veille de Pourim), en souvenir de nos très nombreux frères juifs qui sont morts pendant la plaie de l’obscurité, et de pleurer sur ce tragique événement.

Le Rokéa’h ajoute que Haman avait conscience des tragédies qui sont arrivées aux juifs en ce jour d’obscurité , mais il ne savait pas que : « tous les enfants d’Israël jouissaient de la lumière dans leurs demeures. » (Bo 10,23)
Cela est un signe que l’amour débordant de la présence divine était présent avec les juifs même dans les moments noirs et de tristesse.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :