Pourquoi manger du poisson à Shabbath?

+ Pourquoi manger du poisson à Shabbath?

-> Comment une personne peut prendre plaisir à Shabbath?
Rav Yéhouda répond : en mangeant un grand poisson.
[guémara Shabbath 118a]

-> Selon le Baal haTanya, la Torah ne nous ordonne pas de manger du poisson à Shabbath ; c’est un embellissement de la mitsva de prendre plaisir à Shabbath.
[Choulh’an Arou’h haRav 242,4]

-> « Il est bien de manger du poisson lors des 3 repas de Shabbath, à moins qu’on ne l’apprécie pas. »
[Michna Broura 242,2]

-> Les repas de Shabbath sont comparés à la manne descendant dans le désert, et nos Sages disent qu’elle avait le goût de tout aliment qu’on pouvait imaginer, à l’exception du poisson.
Pour compenser cette saveur alors inaccessible, nous faisons un effort d’en manger à Shabbath.
[Taamé haMinhaguim]

-> La valeur numérique de : dag (poisson – דג) est de 7, mettant en avant la signification de le manger le 7e jour de la semaine, à Shabbath.
[Oneg Shabbath]

-> Shabbath est un jour destiné à des objectifs spirituels : prier, étudier la Torah, faire des mitsvot.
En ce sens, le moins nous passons de temps à dormir, le mieux c’est.

En mangeant du poisson, qui ne ferme jamais les yeux et même continue parfois à nager pendant son sommeil, nous nous rappelons de ne pas perdre les heures si précieuses de Shabbath en dormant [voir pire en tuant le temps, disant du lachon ara, …].
[oul’Acher Amar]

[les poissons ne peuvent vivre que dans l’eau, qui représente la Torah. Or, Shabbath n’a été donné que pour l’étude de la Torah.
Manger du poisson est bien un rappel en ce sens. ]

<——————->

-> La guémara (Baba Batra 75a) rapporte que dans le monde futur, Hachem fera un festin pour les tsadikim.
Le menu consistera en de la chair du poisson Léviathan, de la viande d’un bœuf sauvage (le chor habor) et du vin ayant été mis de côté depuis les 6 jours de la Création.

Afin de nous donner un avant goût du monde à venir (jour qui est entièrement Shabbath), nous consommons ces 3 choses qui seront servis pendant le grand festin futur : du poisson, de la viande et du vin.
[le Matté Moché]

-> Puisque le poisson vit sous l’eau, ils n’ont pas de lien avec ce monde.
Shabbath étant un semblant du monde à venir, il est de même détaché de ce monde.
Il convient ainsi de manger du poisson en ce jour.
[‘Hachava léTova]

-> Contrairement aux animaux, le poisson ne produit pas de son.
En mangeant du poisson, nous nous rappelons d’agir comme eux en nous retenant de paroles inutiles et légères, en ce jour si spécial.
[Imré Yéhouda – Chéla’h]

<——————->

+ « Les cieux sont à D. tandis que la terre ferme fut octroyée à l’homme » (Téhilim 115,16)

Rabbi Baroukh Leff enseigne que ce n’est que la terre ferme qui fut donnée aux hommes ; l’eau ne nécessite pas d’être développée ultérieurement.
Les mers ne font partie que du domaine divin, et sont déjà parfaites.
Par conséquent, les poissons qui sont en son sein n’ont pas besoin de ché’hita (abattage rituel), et peuvent être consommés directement après avoir été tirés de l’eau.

Les animaux nécessitent encore une action humaine afin de les amener à leur niveau de perfection, ce qui n’est pas nécessaire pour les poissons.

Etant 2 mondes séparés, ils ne doivent jamais être mangés ensemble.

En ce sens, le Ari zal enseigne qu’une personne qui est un vrai tsadik, laisse une vie quasi parfaite ne nécessitant quasiment plus de réparation.
Ainsi, Hachem fait revenir brièvement dans notre monde son âme quasi parfaite sous la forme d’un poisson, qui ont eux aussi une forme parfaite.

<———->

+ « De tout ce qui était sur la terre sèche, périt » (Noa’h 7,22)

-> Malgré le fait que les eaux du déluge étaient bouillantes (guémara Sanhédrin 108b), les poissons ne sont pas morts (guémara Zéva’him 113b).

Les poissons ont été les 1eres créatures vivantes que D. a créé.
Ils sont apparus le 5e jour, avant les oiseaux (qui ont aussi été créés en ce même jour), et avant les autres animaux et les hommes (qui ont été créés le 6e jour).
C’est en considération de cette qualité qu’ils n’ont pas été détruits.

D’ailleurs, la coutume de commencer par manger du poisson à Shabbath peut venir de ce fait qu’ils ont été créés avant les volailles (oiseaux) et les animaux.

-> Le Torat Yé’hiel dit qu’ils ont été récompensés d’être mangés le Shabbath, pour avoir été la seule espèce qui n’a pas fauté durant la génération de Noa’h.

-> Le Ramban (Béréchit 9,3) rapporte qu’après le déluge, Noa’h a reçu la permission de manger de la chair animale, car les animaux ont été sauvés grâce à lui.
Mais puisque les poissons ne sont pas morts pendant le déluge, Noa’h n’a pas été autorisé à les consommer.

Selon le Pardess Yossef (Noa’h), ce n’est qu’après le don de la Torah, qui a eu lieu un Shabbath, que la permission de manger des poissons a été accordée.

D’ailleurs, certains rabbanim ‘hassidiques n’en mangeaient pas le restant de la semaine, car c’est un plat de fête réservé au Shabbath.

<——————->

-> La guémara (Béra’hot 20a) rapporte que le fait qu’ils soient complètement enveloppés par l’eau protectrice garantit également de ne pas souffrir du ayin ara (mauvais œil).
Confinés dans leur domaine sûr et isolé, ils sont hors d’atteinte de toute la négativité du milieu extérieur.

-> Shabbath est l’occasion de prendre conscience et de renforcer notre souhait d’éviter de nous exposer à l’influence négative du monde matériel, pour davantage se concentrer sur notre spiritualité, et ce en étant remplis de sainteté.

=> En ce jour dédié à une grande proximité avec Hachem (néchama supplémentaire), nous prenons conscience de la requête de papa Hachem : kédochim tiyou (soyez kadoch!).

<——————->

+ « D. bénit le 7e jour et le proclama saint, parce qu’en ce jour Il se reposa de l’oeuvre entière qu’Il avait produite et organisée » (Béréchit 2,3)

-> Rabbi Tsvi Elimélé’h de Dinov (Bné Yissa’har) enseigne :
Il est de coutume de manger du poisson pendant Shabbath, à cause des 3 bénédictions que D. a prononcées au moment de la Création :
1°/ la 1ere bénédiction a été donnée aux poisson lorsque D. leur a dit : « Croissez et multipliez! Remplissez les eaux » (Béréchit 1,22) ;
2°/ la 2e bénédiction a été octroyée à l’homme : « Croissez et multipliez! Remplissez la terre » (Béréchit 1,28) ;
3°/ la 3e bénédiction a été conférée au Shabbath, selon les mots : « D. bénit le 7e jour et le proclama saint » (Béréchit 2,3).

=> Ainsi, en consommant du poisson pendant le Shabbath, nous avons le mérite que les 3 bénédictions données à l’homme, au Shabbath et au poisson, se réalisent à travers nous.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :