La joie dans les mitsvot (1ere partie)

« Parce que tu n’auras pas servi Hachem ton D. dans la joie et le contentement du cœur » (Ki Tavo 28,47)

+ La joie dans les mitsvot (1ere partie) :

-> « L’ultime réussite pour un homme consiste à s’attacher à Hachem en accomplissant les mitsvot dans la joie »
[Nétsiv – Ar’hév Davar – Chémot 5,3]

-> Un homme doit se réjouir de chaque occasion où il sert Hachem, soit en pensée, soit dans son comportement.
Même si les actes eux-mêmes ne durent qu’un bref moment, leur impact est immense.
[Rav Aharon de Karlin – Beit Aharon]

-> Le terme Sim’ha est un acronyme pour : « Sim’hat mitsva « hiouv hou » : nous sommes obligés d’accomplir les mitsvot dans la joie.
Même une pensée positive passagère produit des résultats édifiants.

Lorsqu’un homme se réjouit de faire une mitsva, sa récompense est plus grande que celle octroyée pour l’accomplissement de la mitsva elle-même.
[‘Hida – Tsiporen Chamir]

Autre enseignement important du ‘Hida sur ce sujet : https://todahm.com/2019/10/02/10736

-> Selon rabbénou Bé’hayé (Kad haKéma’h), la joie de faire une mitsva est plus importante que la mitsva en elle-même.

-> Lorsqu’un homme sert Hachem avec joie, sa mitsva est ennoblie, et sa récompense est démultipliée en ayant 1000 fois plus de valeur que si elle était réalisée sans joie.
[Or’hot Tsadikim – Chaar Sim’ha]

-> Ne prenez pas à la légère [le fait de servir Hachem dans la joie], car la récompense [de cela] est infiniment grande.
[le Arizal – Chaar haKavanot]

D’ailleurs, le Séfer ‘Harédim écrit : « Tous [les niveaux spirituels] qu’a pu atteindre le Arizal, sont venus en récompense du fait qu’il était débordant de joie et de bonheur, au plus au point, à chaque fois qu’il réalisait une mitsva. »

-> Le Baal Chem Tov avait l’habitude de dire : « Même si l’on ne devait recevoir aucune autre récompense que la joie et le plaisir d’accomplir une mitsva, cela serait suffisant. »

-> Hachem nous a donné la Torah avec une abondance de mitsvot
Nous pouvons nous en servir à volonté.

Même la mitsva la plus infime a plus de valeur que tous les trésors matériels de ce monde.
Cette existence, foisonnant de joyeuses opportunités, doit nous satisfaire au point de nous combler entièrement.
[le ‘Hafets ‘Haïm – Chem Olam]

-> Les mitsvot ont été données pour notre bonheur et notre plaisir ultime.
L’objectif des lois de la Torah est de donner à une personne une façon de vivre qui va lui améliorer considérablement sa vie.
[Rabbi Nathan Tsvi Finkel – Tnouat haMoussar]

-> Les mitsvot ont été données dans notre intérêt et pour notre plaisir.
C’est pourquoi on doit ressentir énormément de joie lorsqu’on en réalise une.
[Rabbi Yonathan Eibeschetz – Yaarot Dvach]

-> C’est parce que nous sommes tellement impliqués dans des problématiques matérielles que nous avons perdu notre sensibilité à la quantité importante de bonheur et de joie que nous pouvons ressentir en accomplissant une mitsva.
[…]
Nous devons ressentir de la joie à agir d’une manière qui amène de la satisfaction au Créateur de l’univers.
[…]
Nous devons ressentir plus de bonheur et de plaisir à servir Hachem que si nous devions vivre tous les plaisirs qui existent.
[‘Hafets ‘Haïm – Chem Olam – part.2 chap.11]

<———————>

-> « Its’hak a été le 1er enfant à naître juif (circoncit à 8 jours).
Il a été appelé Its’hak car la sainteté de la nation juive dépend de la joie au moment de l’accomplissement des mitsvot et de la réalisation du service de D. »
[rabbi Na’hman de Breslev – Likouté Halakhot II,146a]

[Lorsqu’il est né, Sarah a dit : « D. m’a fait un rire (ts’hok assa li Elokim – Vayéra 21,5-6)]

<———————>

-> Les 10 épreuves avec lesquelles Hachem a éprouvé Avraham n’auraient pas attesté de sa grandeur, s’il ne les avait pas acceptées dans la joie et de bon cœur.
[‘Hovot haLévavot – Chaar ‘Hechbon haNéfech 3,27]

=> Ainsi, l’existence du peuple juif repose sur la joie de Avraham à toute épreuve, conscient que c’est uniquement Hachem qui est derrière, et ce dans les moindres détails.

-> La michna des Avot déRabbi Nathan (34,9), nous apprend qu’il y a en hébreu (lachon hakodech) 10 mots différents pour exprimer la joie : sasson, sim’ha, guila, rina, ditsa, tsahala, aliza, ‘hedva, tiféret et alitza.

Le Séfer Machshévét Israël fait remarquer que nous trouvons cela dans aucune autre langue, car le caractère propre d’un juif est d’être joyeux!

<———–>

-> Le rav ‘Haïm Vittal rapporte les enseignements de son maître le Arizal (introduction au Chaar haMitsvot) :
Comment se fait-il qu’autant de personnes réalisent les mitsvot, et qu’elles n’ont pas les récompenses promises par nos Sages?

A l’origine tout dépend du fait que nous ne devons pas considérer une mitsva comme une lourde charge, comme un fardeau dont nous devons vite nous débarrasser, mais plutôt nous devons avoir à l’esprit que nous gagnons des milliers de milliers de pièces d’or.

La joie que nous devons ressentir dans notre cœur et notre âme au moment d’accomplir une mitsva doit être sans limite, et nous devons en avoir un énorme désir, comme si on nous donner des milliers de milliers de pièces d’or pour l’accomplir. »

[Hachem nous a multiplié les mitsvot, comme autant d’occasions de gagner des millions.
Comment pouvons-nous utiliser cette bonté de Hachem, pour en devenir blasés : « encore je dois me lever pour aller prier! » ; « encore je n’ai pas le droit de faire ça », …
Les mitsvot ne sont pas des punitions, mais des cadeaux d’amour de D. pour nous, qu’Il multiplie au maximum.
=> Sachons donc avoir un sourire de remerciement lorsqu’on les fait. ]

-> Notre attitude envers la plus petite élévation spirituelle doit être similaire au bonheur et à l’excitation de trouver un trésor caché.
[Rabbi Avraham Grodzinsky – Torat Avraham]

-> Pour ressentir de la joie en accomplissant une mitsva, on doit se focaliser sur combien de joie nous aurions eut, si nous avions trouvé une importante somme d’argent.
Une fois qu’on a conscience de cela, on doit réaliser à quel point nous gagnions davantage en réalisant des mitsvot.
Nous aurons alors toujours plus de joie à les faire.
[…]
Représente-toi dans ton esprit la grande joie que peut avoir quelqu’un qui a été sauvé d’être brûlé vivant. A la dernière seconde, il a été sauvé de la mort certaine, et il a alors été élevé à la position de roi.
Représente-toi dans ton imagination chaque détail d’une telle situation.
Ressens le soulagement d’être sauvé. Ressens l’allégresse débordante d’une telle personne devenant un monarque riche et puissant.
Telle est la joie qu’on doit ressentir lorsque nous accomplissons une bonne action, si l’on apprécie la valeur d’observer les commandements de Hachem.
[le Pélé Yoets – Sim’ha]

-> Une ville était en proie à une épidémie, et quelqu’un a approché le ‘Hafets ‘Haïm, lui demandant s’il était d’accord de renoncer à sa récompense pour la mitsva de mettre les téfilim pendant une seule journée, afin que grâce à cela l’épidémie puisse s’arrêter.

Le ‘Hafets ‘Haïm lui a répondu que ce n’est pas comme cela que ça fonctionne.
Pourquoi?
Cela ressemble à une personne entrant dans un magasin de bonbons afin d’en acheter un seul valant quelques centimes, avec un billet d’un million.
Cela n’est pas possible, car il n’y a pas assez de monnaie à lui rendre.

=> La récompense pour la mise des téfilin d’un seul jour, est si importante qu’on ne peut rien avoir en échange dans ce monde, car il n’existe rien pour rendre la monnaie.

<———————>

-> « Lorsqu’une personne réalise une des mitsvot, cette mitsva monte et se tient devant Hachem, puis L’orne et dit : « Untel m’a fait, je viens de lui » … et cela entraîne de la paix (shalom) à la fois dans les mondes supérieurs et inférieurs.
[…]
Heureux est la part de cette personne qui a accompli les mitsvot de la Torah! »
[Zohar haKadoch – Bamidbar 118a]

[notre manque de joie lors de la réalisation des mitsvot provient du fait que l’on ne les considère pas à leur juste valeur.
Un acte, même le plus simple, s’il est fait parce que telle est la volonté de D., le Roi des rois, génère des conséquences phénoménales/infinies, que seul le libre arbitre et notre limitation humaine nous empêche de percevoir dans ce monde.]

<———————>

-> L’essentiel du service d’Hachem, que ce soit dans l’étude ou la prière, doit être réalisé dans la joie.
L’essentiel du plaisir et de la satisfaction que l’on procure à Hachem en prononçant les mots de Torah ou de prière, c’est quand on le fait avec joie et plaisir.
Au point que certains Maîtres disaient des propos amusants avant l’étude pour réjouir les élèves, car il est dit : « Servez Hachem dans la joie ».
[Maor vaChémech]

<———————>

-> Outre le fait que la joie est fondamentale dans le service Divin, elle est aussi révélateur de l’état d’un homme.
En effet, lorsqu’un homme prie ou réalise toute mitsva sans joie, il montre qu’il ne connaît pas Hachem, et ne sait pas comment Le servir.
Car si cela était le cas, il saurait que Hachem est LA source du bien et des bénédictions, et il serait rempli de joie.
Cela ressemble à un homme qui ramasse dans la rue un sac rempli de pierres précieuses, et ne manifeste aucun signe de joie : c’est bien la preuve qu’il n’a aucune connaissance du contenu du sac.
[rav Chimchon Pinkous]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :