La colère – Quelques citations de nos Sages (2e partie)

+ La colère – Quelques citations de nos Sages (2e partie) :

+++ Quelques inconvénients de se mettre en colère :

-> b’h, à ce sujet il est important de se rendre compte d’à quel point la colère, c’est : détruire notre « moi » le plus intime : https://todahm.com/2019/01/12/la-colere-cest-sauto-detruire/

<————->

-> « Ne maudis jamais personne, car souvent, les malédictions se retournent contre leur auteur et contre sa descendance »
[Séfer ‘Hassidim]

=> La colère est un moment propice à maudire autrui, et les malédictions émises contre son prochain ont beaucoup plus de probabilité de retomber sur nous que sur autrui. Alors pourquoi prendre un tel risque !
[c’est être l’arroseur arrosé de malédictions !]

-> « Ne hais point ton frère en ton cœur » (Vayikra 19,17)
Le ‘Hafets ‘Haïm (Ahavat Israël) fait remarquer que la haine gratuite est une faute que l’on peut avoir à chaque instant, et cela durant des mois, voir des années entières.
Les transgressions se multiplient alors à l’infini!!
[à chaque pensée, ressentiment envers mon prochain juif je génère une nouvelle faute de la Torah !]

-> Le coléreux serait prêt, s’il le pouvait, à détruire le monde entier.
Car la raison n’a plus d’emprise sur lui. C’est un forcené, une véritable bête sauvage …
Il en vient aisément à commettre toutes les transgressions imaginables si son humeur l’y conduit ; n’agissant plus sous aucune autre impulsion que sa colère, il va là où celle-ci l’entraîne.
[Ram’hal – Messilat Yécharim 11]

=> On vient de voir qu’en se m’étant en colère, en réalité, on se maudit soi-même, et on se créé pleins de fautes, sur lesquelles il sera difficile de faire téchouva, car nous ne pensons pas avoir mal agit : ce n’est que de simples pensées !

<————->

-> « Les coléreux n’ont pas de vie »
[guémara Pessa’him 103]

-> La colère est le mal par excellence.
[Gaon de Vilna – Even Chléma]

-> Quoiqu’une personne colérique puisse réaliser [dans sa vie], sa colère va [venir] le détruire.
[Rav ‘Haïm Vital – Chaaré Kédoucha – Roua’h haKadech 3]

-> Que l’homme ne s’étonne pas si … il ne décèle ni bénédiction ni réussite dans les actes de ses mains.
Sache-le bien : cela est dû à la colère qui l’habite, car la sainteté l’a abandonné, et il n’est plus soumis qu’à l’esprit d’impureté qui le domine.
Voilà pourquoi il ne voit pas de bénédiction dans ses accomplissements.
[Ma’ané Rakh – chap.14]

-> A partir du moment où la colère d’une personne démarre, la miséricorde [Divine] est bloquée, avec toutes les conséquences terribles que cela peut avoir.
[le Baal haTanya – Sidour Kol Hachana]

-> « Rabbi Yonathan dit : Quiconque se met en colère est dominé par toutes sortes de Guéhinam.
[guémara Nédarim 22a]

-> Toutes sortes de manifestations de l’enfer s’abattent sur celui qui se met en colère, comme il est dit : « Chasse ta colère de ton cœur et éloigne le malheur de ta chair » (Kohélet 11,10).

-> La colère est aussi dure pour son corps que s’il était condamné à toutes sortes de châtiments de l’enfer.
[le Roch]

-> Qui se met en colère est dominé par toutes sortes de souffrances et d’afflictions, assimilées par nos Maîtres à l’enfer (guéhinam), dans son existence ici-bas.
Celles-ci sont : les rigueurs de la pauvreté, les maladies intestinales, les pressions des créanciers et une mauvaise femme.
[Ben Ich ‘Haï – Ben Yéhoyada – guémara Nédarim 22]

-> L’homme coléreux est la cible des maux affectant la zone des intestins.
[guémara Nédarim 22a]

Le Chita Mékoubétset commente : Par la colère, la température s’élève et brûle les aliments ingérés. Ceux-ci se digèrent mal et ne peuvent pas être rapidement évacués par le corps, lequel va endurer ainsi des souffrances intestinales.

<—>

-> Lorsque [les époux] s’affrontent dans leur emportement, ils deviennent tous les deux : feu et feu, et le feu dévore jusqu’à la perdition.
[Réchit ‘Hokhma – Anava]

-> Les êtres coléreux meurent avant leur terme, comme en témoigne le verset : « C’est sa mauvaise humeur qui tue l’insensé » (Iyov 5,2).
[Séfer ‘Hassidim 145]

-> La colère abrège les jours de l’homme.
[Rabbi Na’hman de Breslev – Séfer haMidot]

-> La vieillesse s’empare de l’homme pour 4 raisons : la peur, la colère inspirée par les enfants, une mauvaise femme et les guerres. »
[midrach Tan’houma – ‘Hayé Sarah 2]

-> Il existe 3 catégories [d’hommes] dont la vie n’en est pas une : les cléments, les emportés et les être sensibles. »
[guémara Pessa’him 113b]

-> Qui tend à s’emporter et à tenir rigueur ne connaît de satisfaction ni dans ce monde, ni dans celui à venir.
Il n’éprouve nulle joie ici-bas, car il s’emporte et tient rigueur pour tout ce qu’il voit qui ne s’accorde pas avec son opinion, et il ressent constamment de l’amertume et de l’aigreur …
Il ne connaîtra pas plus de satisfaction dans le monde futur, puisqu’il se sera dirigé [toute sa vie durant] dans l’obscurité.
[Ma’ané Rakh – chap.21]

<—>

-> « La destinée de celui qui se met en colère est de perte sa grandeur, même si cela lui avait été décrété. »
[guémara Pessa’him 66b]

[L’exemple donné est celui d’Eliav (cf. Chmouël I 17,28), le frère aîné du roi David, qui a perdu la royauté d’Israël, car Hachem a vu en lui une tendance à la colère. (selon le rav Eliyahou Lopian – Sité ‘Haïm Emouna)]

-> Moché pour s’être exclamé, en réprimandant la tribu de Réouven : « Bande de pêcheur » (Bamidbar 32,14), son petit-fils est devenu un serviteur de l’idole Mikha (cf. Choftim 18,30).
Cela bien qu’il se soit emporté au nom de la Gloire Divine. Toute chose exige de la pondération.
[Séfer ‘Hassidim 137]

-> La colère porte un préjudice considérable à la richesse.
L’homme doit savoir que, lorsque le mauvais penchant l’incite à s’irriter, c’est qu’une somme d’argent lui est justement envoyée du Ciel et que le yétser ara désire la lui enlever.
[Rabbi Na’hman de Breslev – Likouté Etsot]

-> Lorsqu’une personne se met en colère, elle gâche les bénédictions de richesse qui devaient lui arriver …
Mais lorsqu’une personne retient sa colère et agit avec patience même dans les situations les plus éprouvantes, elle atteint la richesse, un bon nom et une âme sans défaut.
Toutes les autres âmes désirent s’unir avec cette âme et il peut réussir à amener beaucoup d’âmes plus proches de Hachem.
Par cela, la Gloire de D. est révélée.
[rabbi Na’hman de Breslev – Likouté Etsot – Kaas 9]

-> Une querelle repousse 100 occasions de gagner son pain.
[Chla haKadoch]

<—->

-> Rav Na’hman bar Its’hak affirme : « Il est évident que ses fautes [de celui qui se met en colère] sont plus nombreuses que ses mérites »
[guémara Nédarim 22b]
[ainsi, se mettre en colère est tellement grave, que d’une certaine façon à elle seule …]

-> Une personne qui se met [fréquemment] en colère, il est connu que ses fautes sont plus nombreuses que ses mérites, comme il est écrit : « un homme … qui se laisse emporter par la colère a de nombreuses fautes » (Michlé 29,22).
[Rabbi Na’hman de Breslev – Séfer haMidot]

-> 24 choses entravent le repentir. L’une d’elles est la colère.
[Rambam – Hilkhot téchouva 4,5]

<—>

-> « Tout homme qui s’énerve, s’il est sage, sa sagesse le quitte …
S’il est prophète, son inspiration prophétique l’abandonne. »
[guémara Pessa’him 66b]

-> Rabbi Yirmiya de Difti ajoute : « Il [celui qui se met en colère] en vient à oublier son étude et à faire preuve de sottise. »
[guémara Nédarim 22b]

-> La Torah ne peut être comprise que par celui qui ne se met pas en colère, et ce n’est qu’à une telle personne que j’apparaîtrai.
[paroles de Eliyahou haNavi – Kalla rabbati – chap.5]

Par exemple, avant de transmettre sa sagesse en Kabbala à rav Yéhouda ha’Hassid, son maître l’a testé 6 fois pour voir s’il allait perdre son sang-froid.

-> Le midrach (Vayikra rabba 13,1) écrit : « En 3 circonstances Moché s’emporta, et chaque fois il oublia une loi : celles du Shabbath, des ustensiles métalliques et du deuil.
Après avoir prouvé que chacune de ces colères était parfaitement justifiée, le rav ‘Haïm Chmoulévitch (Si’hot Moussar 5733), dit que Moché oublia quand même un certain nombre de lois.
=> Il arrive à la conclusion suivante : la perte de sagesse ne survient pas comme une punition, mais c’est plutôt un phénomène naturel, par lequel toute colère entraîne forcément une perte de connaissances acquises.
Peu importe que cela soit justifié/nécessaire ou non : l’homme se voit privé de sagesse suite à tout accès de colère.

<—>

-> Le coléreux n’est pas aimé de ses semblables car ils le considèrent comme un sot.
De ce fait, ses paroles et ses actes ne sont pas appréciés par les hommes et personne ne prend exemple sur lui.
[Orékh Apayim]

<—>

-> Le Zohar dit qu’une personne qui s’énerve est considérée comme si elle allumait les feux de l’enfer.
Une personne qui s’énerve pendant Shabbath fait partir l’âme supplémentaire qui réside en elle.
[Nichmat Yaakov]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :