Notre relation avec la matérialité (1ere partie)

+ Notre relation avec la matérialité (1ere partie) :

-> « La raison pour laquelle les gens sont à la recherche de plaisirs, est pour dissiper la tristesse résultante de l’obscurité de notre matérialité brute »
[Rav Aharon Kotler – Intro – Michnat Rav Aharon]

[on est toujours à la recherche de ce que nous n’avons pas, pour combler le vide qui est en nous parce que nous ne nourrissons pas notre âme de sa spiritualité vitale à son épanouissement.]

Le rav Akiva Eiger déclarait : « La joie de plonger dans la Torah de Hachem : c’est la joie ultime qu’on peut atteindre dans ce monde! »

-> Le culte de l’argent, comme le culte des idoles, provient d’un manque de confiance en Hachem.
Le plus il est déraciné, le plus le monde rayonne de la bénédiction de Hachem.
[Rabbi Na’hman de Breslev]

-> « On n’aime pas l’argent, on le « convoite » et, à ce titre, on n’en est jamais assouvi. »
[Rabbi Meïr d’Apt]

-> Rav Yé’hezkel Levenstein dit : « Je n’ai jamais été attaché aux préoccupations matérielles, et quelle belle vie j’ai pu mener dans ce monde! »
Il explique que si l’on veut atteindre de hauts niveaux spirituels, on doit maîtriser le trait de se satisfaire de son sort avec peu.

-> Selon le Ramban (paracha Kédochim), un épicurien est « un racha dans les paramètres de la Torah »
[certes on respect la loi juive, mais pas son état d’esprit latent!
Dans le matériel, tout ce qui ne permet pas une amélioration de notre service de Hachem ne doit pas être recherché!]

<—>

-> « Hashem veut que nous profitions des plaisirs du monde physique. Mais c’est une erreur de faire du matérialisme une fin en soi. »
[rav Noa’h Weinberg]

-> « En t’écartant de ce dont tu n’as pas besoin, tu parviendras à obtenir ce dont tu as vraiment besoin. »
[Rabbi Chlomo Ibn Gabirol]

-> Les excès de plaisirs matériels totalement débridés ont pour conséquence de renforcer notre yétser ara, et de lui permettre de contrôler une personne, la rendant esclave.
[Rabbénou Yona – Chaaré Avoda]
Chaque personne doit se connaître avec sincérité, et savoir ce qui est considéré comme vraiment nécessaire à ses yeux.

-> Lorsque l’homme suit les désirs de son cœur, la matière domine son intellect et aveugle sa raison, or un aveugle est considéré comme un homme mort.
[Méam Loez – Nitsavim 30,6]

-> Combien est agréable ce monde si nous n’y sommes pas soumis, et combien il est difficile sinon.
[Rabbi Barou’h de Mezhibuzh]

-> Certes nous devons répondre à nos besoins physiques, puisque sinon il serait impossible de vivre. Cependant, nous n’avons pas besoin de sans cesse en parler.
[l’Alter de Novardok]

-> « En fonction de ses possessions matérielles, les hommes se glorifient et pensent être importants. Ils ont fait de leur estomac un dieu, de leur habit une Torah, et de l’amélioration de leur maison une moralité. »
[‘Hovot haLévavot]

-> Rabbi ‘Haïm de Volozhin fait remarquer qu’une personne qui possède une petite fortune, va ressentir que ses opinions sont importantes, et va parler avec une confiance absolue.
Il faut que Hachem (qui a donné, et qui peut tout reprendre) soit toujours devant nous (cf. Téhilim 16,8), et non pas notre richesse, car sinon on en vient à être ébloui par notre réussite, oubliant notre totale dépendance à D. et érigeant notre « égo » en dieu (j’ai fait, j’ai réussi, je suis, …).

-> Le désir pour la richesse emprisonne une personne pour la vie et l’enchaîne avec une faim jamais satisfaite pour elle.
Cela va lui retirer toute sa moralité et ses obligations religieuses.
[…]
Le plus d’efforts une personne mettra pour reconnaître l’insignifiance de la matérialité, le plus facile il lui sera de purifier ses pensées.
[le Ramh’al – Rabbi Moché ‘Haïm Luzzato]

-> La richesse peut être extrêmement dangereuse.
En effet, trop d’attaches avec ce monde peut mener à l’hérésie, que D. nous en préserve.
[Rav Yé’hezkel Levenstein]

<—>

+ Par respect pour Hahem :

-> « Comment puis-je vivre confortablement tandis que la présence divine et en exil, et que la Maison de Hachem n’est pas reconstruite ? »
[rav Yossef ‘Haïm Sonnenfeld]

-> Dans la maison du ‘Hafets ‘Haïm, on s’asseyait sur des bancs, et il disait à ce sujet : « Tellement de personnes peuvent s’asseoir sur un banc qui a 2 pieds, pourquoi alors une seule personne devrait s’asseoir avec 4 pieds?
La Chaise de Hachem est incomplète, pendant notre époque d’exil! »

-> Le rav Yéhochoua Leib Diskin vivant dans un 2 pièces très simples, montrant par la fenêtre le mont du Temple désolé, il disait : « Un serviteur n’a pas besoin de demander davantage que son maître (Hachem).  »

<——————>

+ Le Pidiyon haBen :

-> Lors du rachat d’un 1er né (pidiyon haben), le Cohen demande au père : « Qu’est-ce que tu préfères : ton enfant ou bien les 5 sélaïm [pièces]? »

=> Quel père va répondre en public devant tous ses proches : je préfères quelques pièces à mon fils?

En réalité, selon le rav de Poniovitch, l’idée est de faire réfléchir le père sur ses priorités dans la vie.
Est-ce qu’il va préférer « sacrifier » son fils pour amasser le plus d’argent possible (se donnant bonne conscience en lui achetant des cadeaux)?
Ou bien va-t-il fixer comme priorité l’épanouissement de son enfant selon ce qu’il est (et non ce que le père aimerait qu’il soit!), le guidant sur le bon chemin et le comblant d’amour?

[un exemple de reformulation de cette question peut être : est-ce que tu préfères donner de l’écoute/de l’affection à ton enfant ou bien être sur ton téléphone, ordinateur?]

<——————>

+ Adam – L’essence d’un juif :

-> Le Ach Pri Tévoua rapporte qu’en hébreu, les termes caractérisant un être humain (une personne) ont tous un singulier et un pluriel.
Ainsi, on a :
-> Ich (איש) qui est singulier ; et anachim (אנשים) qui est pluriel ;
-> guéver (גבר) qui est le singulier ; et guévarim (גברים) qui en est le pluriel.
-> Seul le mot: Adam (אדם) n’existe qu’au singulier.

Nos Sages (guémara Yébamot 61a) nous enseignent que c’est seulement le peuple juif qui est appelé : adam (אדם), car ce n’est que parmi le peuple juif qu’il existe un sentiment intrinsèque d’unité, qui conduit au fait que toutes les individualités de la nation se fusionnent en une seule, unifiée.

-> Le Chla haKadoch (paracha Béréchit) fait remarquer que le 1er homme s’appelle : Adam (אדם). [allusion plus généralement au juif, comme on vient de le voir b’h]
Habituellement, on explique ce nom, comme lié à : « adama » (la terre – אדמה), puisqu’il a été créé à partir de la terre. [matérialité]
Cependant, ce mot est également lié au mot : « Je serai l’égal du Très-Haut » (adamé lééli’on – אֶדַּמֶּה, לְעֶלְיוֹן – Yéchayahou 14,14), qui décrit le désir de l’homme d’être similaire à Hachem. [spiritualité]

=> Ainsi, un être humain juif a le choix entre soit être similaire à la poussière de la terre, ou bien s’il se travaille il peut ressembler à D.

-> Le terme : « Adam » (אדם), désigne le juif accompli.
Il est la fusion du de
– la lettre « aléph » (א), symbole du 1, l’aspect Divin de l’homme ;
– et du mot « dam » (sang – דם), allusion au côté corporel et physique de l’homme.
Par conséquent, Adam (renvoyant au juif) est une personne dont le « aleph », qui représente les aspirations spirituelles, précède et domine son : « dam », ses bas instincts [naturels et matériels].

Cela implique également que nous devons respecter notre prochain juif en zoomant sur son élément « aléph », l’étincelle Divine en lui, tout en dézoomant ses aspects corporels : ses défaillance et faiblesses de la chair [propres au fait d’être humain].
[en ayant un regard plus spirituel que matériel, nous en arrivons à aimer pleinement notre prochain! A vouloir le meilleur pour nous même, en restant focalisés sur le Véritable objectif de notre vie!]
[d’après le Tiférét Chlomo (rabbi Chlomo Rabinowitz de Radomsk)]

-> 45 est la valeur numérique du mot Adam (homme – אדם) et également du mot : « ma » (Quoi? Que suis-je? – מה) :
[En ayant toujours ces questionnements en tête, nous n’en venons pas à oublier Hachem, noyés dans la matérialité et notre train-train quotidien.
Notre vie a une finalité, nous devrons rendre compte à D. de chacune des capacités, occasions, … que nous avions en notre possession!]

-> Une « personne » [juif] se dit en hébreu : Adam (אדם).
Si l’on écrit pleinement chacune des lettres de ce mot, on a :
-> le א = aléph = אלף ;
-> le ד = dalét = דלת ;
-> le מ = mém = מם
Lorsque l’on garde de ces lettres uniquement celles qui ne sont pas présentes dans le mot Adam (אדם), on peut former le mot : mitpalel (מתפלל), mot qui caractérise une personne qui prie.
[issu d’un dvar Torah du rav Daniel Abdelhak]

=> Ainsi, l’homme, dans son essence, dans son intériorité, a été créé pour prier, se tourner vers D.

[la matérialité n’est qu’un moyen au service de l’essentiel. En effet, le plus important n’est pas d’obtenir l’objet de notre prière, mais plutôt le rapprochement avec D. qui en résulte, puisqu’ayant mis en Lui tous nos espoirs!]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :