Quelques privilèges provoqués par le don de la Torah

+ Quelques privilèges provoqués par le don de la Torah :

-> La Torah et ses commandements furent donnés à Israël car ils ne conviennent qu’à un peuple à la nature spirituelle élevée … les autres nations n’avaient tout simplement pas les qualifications spirituelles nécessaires.

Non seulement, les autres nations refusèrent la Torah, mais leur nature même allait contre ses enseignements.
Les bénédictions données par leurs ancêtres correspondaient à leur nature profonde, mauvaise et corrompue.
C’est pourquoi Essav avait répondu qu’Its’hak l’avait béni en ces termes : « par ton épée tu vivras (Béréchit 27,40) et Ichmaël que sa bénédiction était d’être un bandit : « Sa main sera contre tout homme » (Béréchit 16,12).

Ceci indique clairement que leur nature intrinsèque était corrompue et que l’honnêteté et l’amour pour leur prochain étaient étrangères à leur personnalité.
Par contre, l’âme des juifs était aussi sainte et pure que les anges.
L’honnêteté et la justice envers autrui faisaient partie intégrante de leur nature. Leur âme avait aspiré depuis toujours à l’honnêteté et à la justice, et ils furent dignes de recevoir la Torah.
[Tiférét Israël (chap.1) – Maharal]

<—>

-> Hachem dit à Israël : « Vous serez pour Moi un trésor particulier parmi toutes les nations » (Yitro 19,5) = si vous acceptez la Torah, la lumière [spirituelle] de tous les anges des nations sera vôtre. Je la leur prendrai pour vous la donner.

Cette lumière ne sera pas votre seul avantage, vous en mériterez de nombreux autres par l’observance de la Torah. Je ferai de vous un royaume de Cohanim (prêtres) et une nation sainte (Yitro 19,6) ».
[Chné Lou’hot haBrit]

<—>

-> Jusqu’au don de la Torah, les juifs étaient soumis aux forces astrologiques (mazal).
La destinée de chacun était principalement déterminée par son signe astrologique.

A partir du jour où les juifs se tinrent au mont Sinaï, ils méritèrent d’être affranchis de ces forces.
Nos Sages enseignent : « Il n’y a pas d’astrologie pour Israël » (én mazal léIsraël).
Même dans le cas où, selon les signes astrologiques, une personne devrait subir des malheurs, en observant la Torah, elle n’aura rien à craindre. Le mérite de la Torah peut transformer une destinée funeste en son contraire.
[…]

« Tu es monté en Haut, tu as capturé un prisonnier, tu as reçu des cadeaux en tant qu’Homme (Adam) » (Téhilim 68,19)
Ce verset indique que lorsque Moché monta sur le mont Sinaï, les juifs firent 3 acquisitions : la Torah, les cadeaux des anges des nations et le titre d’Homme ».
=> Par la Torah, les juifs devinrent l’élément principal de l’humanité et méritèrent vraiment d’être appelés Homme (adam).

Lorsque le serpent incita ‘Hava à manger à manger de l’arbre de la connaissance, il couvrit Adam d’une tâche spirituelle (zohama) provenant des forces malfaisantes de l’Autre côté (Sitra a’hra).
Celle-ci demeura attachée à tous les descendants d’Adam jusqu’au don de la Torah.

Lorsqu’Israël se tint au mont Sinaï, cette tâche disparut.
Les juifs se trouvaient sous la montagne suspendue au-dessus de leur tête. Cette situation les fit considérer comme morts.
[La mort fut imposée à Adam et ses descendants, entre autres raisons, pour les purifier de cette tâche spirituelle car seule la mort à ce pouvoir.]

Cependant, les non-juifs ne s’étant jamais tenus au mont Sinaï, cette tâche reste attachée à eux.
C’est pour cela que nous récitons, dans la Haggada de Pessa’h : « S’Il nous avait conduits devant le mont Sinaï mais ne nous avait pas donné la Torah, cela nous aurait suffi (dayénou) ».
[En effet, le seul fait de nous amener au mont Sinaï suffit pour effacer la tâche que le serpent avait introduite en l’homme.]
[…]

Suite au don de la Torah, si les juifs avaient suivi le droit chemin et n’avaient pas fauté, ils seraient restés immortels. Mais nos fautes nous ont fait perdre le privilège de l’immortalité …
Les passages de la Torah concernant la mort (comme le lévirat – Dévarim 24,5 ; ou les héritages) ne furent exposés que conditionnellement, et ces commandements n’auraient alors pas été nécessaires.

A ce sujet, Hachem déclare : « J’ai dit que vous êtes des anges, tous des fils d’en-haut. Mais vous mourrez [à présent] comme Adam » (Téhilim 82,6-7).
Hachem dit à Israël : « Lorsque Je vous ai donné la Torah, Je vous aimais tant que Je voulais vous rendre spirituels et immortels comme les anges. Lorsque vous avez fauté, vous avez mérité la mort comme Adam lorsqu’il transgressa Mon commandement. »

Cependant, malgré leur faute, les juifs acquirent un certain degré d’immortalité : une immortalité collective.
Dès que les juifs dirent : « nous ferons et nous écouterons », Hachem décréta que les nations ne pourraient jamais détruire le peuple d’Israël. Quoi qu’elles fassent, Israël en tant que nation demeure immortelle. [Zohar – Balak]
[…]

Lorsque Hachem se révéla à Israël pour lui donner la Torah, 600 000 anges descendirent et remirent à chaque juif 2 couronnes gravées du nom de D. … la couronne témoignait de la noblesse des juifs … qui ne seraient plus assujettis à quiconque parce que la Torah avait fait d’eux des rois.

Hachem leur dit : « Vous serez pour Moi un royaume de prêtes (Cohanim) et une nation sainte » (Yitro 19,6). Il est enseigné dans la michna : « Tous les juifs sont considérés comme des fils de roi » …

Les anges remirent à chaque juif 2 couronnes, comme pour dire : « Tu es à présent supérieur à nous. Nous ne pouvons qu’écouter mais tu peux à la fois écouter et accomplir. Tu mérites donc 2 couronnes. »
Selon certains commentateurs, les 600 000 anges donnèrent à chaque juif 2 couronnes.

Nos Sages enseignent qu’aux portes du Gan Eden se trouvent 600 000 anges. A la mort d’un tsadik, ils retirent le linceul dans lequel il était enterré, l’habillent de vêtements spirituels tirés des Nués de Gloire (Anané Kavod) et placent une couronne sur sa tête.
Un tsadik a donc tant de valeur qu’il mérite que 600 000 anges, pas moins, l’accueillent , l’habillent et le couronnent. En effet, dans l’autre monde, les tsadik sont bien supérieurs aux anges.

[b’h, compilation personnelle issue du Méam Loez – Yitro 20,1]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :