« Celui qui prie doit avoir les yeux dirigés vers le bas, et le cœur vers le haut »

[guémara Yébamot 105b]

<—>

-> Le Léka’h Tov (Dévarim 1,22-23) de commenter :
« Notre cœur doit être « dirigé vers le haut » = c’est-à-dire aspirer à l’aide Divine, attendre que le Créateur bénisse nos actions et nous accorde la réussite ;
Mais en parallèle à cela, nous sommes également tenus d’avoir « les yeux dirigés vers le bas » = c’est-à-dire rester conscients de la réalité et ne pas nous reposer entièrement sur le miracle.

Dans les premiers temps, nous devons agir avec la plus grande énergie, comme si le succès dépendait entièrement de notre efficacité.
Mais dans un second temps, après avoir réalisé ce qui était dans nos moyens, il convient d’élever notre cœur « vers les hauteurs », c’est-à-dire vers le Ciel et placer toute notre confiance en D.

« N’attendez pas que quelqu’un d’autre prie pour vous.
Priez pour vous-même, et sachez que la prière aide toujours.
Il n’y a pas de prière vaine, inutile! Cela n’existe tout simplement pas dans la réalité. »

[le Steïpler]

« Si quelqu’un suspecte une personne d’avoir fait quelque chose qu’elle n’a pas fait, il a l’obligation de lui faire une bénédiction »

[guémara Béra’hot 31b]

« Avant de prier, je prie pour être capable de prier correctement. »

[le Divré ‘Haïm – rabbi ‘Haïm Halberstam de Tsanz]

« Si l’on implore Hachem pour le succès dans l’étude de la Torah, ou tout ce qui est en rapport avec les besoins du Ciel, et que l’on épanche son [âme dans la prière], Hachem entend cette prière, même si la personne ne compte pas de bonnes actions à son actif, et même si elle est entachée de mauvaises actions. »

[Séfer ‘Hassidim – simanim 130-131]

<——–>

-> « Après la destruction du Temple, les portes de la prière se sont fermées ; tandis que les portes des pleurs n’ont jamais été closes » [guémara Béra’hot 32b].
[Cependant,] il est certain qu’une prière qui vise la spiritualité sera toujours exaucée. »
[rav Israël Salanter – rapporté par le rav Eliyahou Dessler – Mikhtav méEliyahou vol.4]

-> Le Maharal (Nétivot Olam vol.1 – Nétiv haAvoda) écrit à ce sujet :
« Il est louable qu’une personne demande que Hachem subvienne à ses besoins afin qu’elle puisse Le servir et étudier la Torah. Ainsi, ses prières seront certainement acceptables par Hachem. »

[=> lorsque nous désirons des moyens matériels dans un but de renforcer l’honneur du Ciel dans le monde, dans un objectif de mieux évoluer spirituellement, … cela permet de garantir l’élévation et l’acceptabilité de nos prières.]

« Il ne devrait pas y avoir d’autre réalité au moment de la prière, à l’exception de Hachem Lui-même. »

[rav Yé’hezkel Levenstein]

[La préparation à une prière nécessite de prendre conscience d’à quel point nous dépendons pour tout de D.
Fort de cette réalité, nous nous jetons dans Ses « bras », nous nous attachons à papa Hachem, car de Lui seul vient, est venu et viendra toute bonne chose! ]

Hachem dit à Israël : « Soyez attentifs et vigilants dans vos prières, parce qu’il n’y a pas d’autre mesure plus belle que celle-ci.
Et elle [la prière] est plus grande et plus puissante que les offrandes d’animaux [dans le Temple].

Et même si une personne n’est pas digne de voir ses prières exaucées … du moment qu’elle prie et implore plusieurs fois, Moi [Hachem], Je serai bienveillant avec elle. »

[midrach Tan’houma – Vayéra 1]