« Celles-là sont les étapes des enfants d’Israël. » (Massé 33,1)

Chaque année, cette paracha est lue dans la période appelée « ben haMétsarim », c’est-à-dire les 3 semaines de deuil s’écoulant depuis le 17 tamouz jusqu’au 9 Av.

Le Admor de Skoulen explique que cela vient nous apprendre que toutes les étapes et les pérégrinations traversées par notre peuple dans le désert avaient un seul et même but : arriver en terre d’Israël.

=> De même, devons-nous savoir et bien garder à l’esprit que tous nos déplacements et nos peines que nous traversons dans cet exil long et amer sont dirigés vers un seul objectif : nous purifier et nous rendre méritants pour nous permettre d’accéder à la Rédemption complète et finale.

Source (b »h) : dvar Torah issu du « Talélei Orot » du rav Yissa’har Dov Rubin

« Ils voyagèrent du désert de Sinaï, ils campèrent à Kivrot haTaava. » (Massé 33,16)

Le Har Tsevi explique que ce verset nous apprend, de manière allusive, que celui qui s’éloigne de la Torah, laquelle fut donné au Sinaï, où se retrouve-t-il finalement?

A Kivrot haTaava, littéralement : « dans les tombes du désir ».

Il est impossible de réprimer le désir, si ce n’est par la force de la Torah.
=> Nous écarter de celle-ci revient à nous soumettre à l’emprise de nos appétits.

Source (b »h) : dvar Torah issu du « Talélei Oroth » du rav Yissa’har Dov Rubin

« Parmi les villes que vous donnerez aux Lévites, il y aura les 6 villes de refuge que vous accorderez comme [lieu] où le meurtrier pourra fuir. En plus de ces [6 villes], vous donnerez 42 villes supplémentaires. » (Massé 35,6)

-> Les 6 villes de refuge évoquent les 6 mots du verset : Chéma Israël (chéma Israël, Hachem élokénou, Hachem é’had) ;
-> et le : « en plus de ces 6 villes », représente les 48 mots du 1er paragraphe du Chéma, depuis véa’avta jusqu’à ouvichéaré’ha.

=> Le verset Chéma Israël et le 1er paragraphe commençant par véa’avta sont « les villes de refuge », où chaque juif peut trouver abri et protection même s’il a fauté.

==> En acceptant le joug de la royauté céleste et de l’amour pour D., il sera sauvé des accusateurs qui le poursuivent.

Source (b »h) : le Ohev Israël (repris dans le Mayana Chel Torah)

Faire son alya spirituelle …

+ « Celles-là sont les étapes des enfants d’Israël qui sont sortis du pays d’Egypte. » (Mass’é 33;1)

Le Malbim pose la question suivante :
Ne devrait-on pas avoir plutôt : Celles-là sont les étapes des enfants d’Israël, dans leur marche vers le pays d’Israël (en place de : ‘sortis pays d’Egypte’)?
En effet, il semble plus logique de considérer un déplacement en fonction de son objectif que par rapport à son point de départ.

Ce Maître de répondre …

Pour pouvoir entrer en terre sainte, les enfants d’Israël devaient d’abord passer par ces étapes et ces haltes de durées inégales, qui étaient destinées à les éloigner progressivement de l’impureté de l’Egypte et de ses moeurs païennes.

=> L’objectif principal est l’éloignement vis-à-vis des valeurs propres à l’Egypte, et plus on les relégue loin de nous, plus nous pouvons alors être digne de rentrer en Israël, la terre sainte.

Sortir d’Egypte est la condition préalable à entrer en Israël …

Dans notre vie aussi (où que l’on habite physiquement), nous pouvons habiter spirituellement en Israël, si nous cherchons en permanence à nous éloigner des valeurs égyptiennes, les valeurs environnantes contraires à la Torah.

Bonne alya spirituelle !!

Source (b »h) : adaptation personnelle d’un dvar Torah issu du livre « Talelei Oroth » du rav Yissa’har Dov Rubin

Les étapes de campement dans le désert des bnei Israël …

+ Paracha Mass’é : les étapes de campement dans le désert des bnei Israël …

Le saviez-vous?

On retrouve dans les 42 noms des étapes de campement la totalité des lettres de l’alphabet hormis la lettre zaïn (7e lettre de alphabet), signifiant ainsi qu’aucun déplacement n’était entrepris le 7e jour.
Ils campaient sur place et se reposaient ce jour-là, observant ainsi le shabbath.

Trop belle la Torah …

 

Source (b »h) : le livre « guévourot aTorah » du rav Gabriel Cohen

 

Vision de la Torah sur nos ennemis : leur objectif sera …

+ « Ils vous harcèleront sur le territoire que vous occuperez. » (Paracha Mass’é 33;55)

Rabbi Haïm ben Attar (le Or ha’Haïm haKadoch) a écrit il y a 300 ans un commentaire sur ce verset, qui est d’une actualité brûlante!!

En effet, il explique ce verset comme signifiant :
« Nos ennemis ne se contenteront pas de revendiquer les territoires qui n’étaient pas sous notre domination, mais même ceux sur lesquels nous sommes installés.
Ils nous harcellerons pour les conquérir et exigeront que nous quittions la région.
Leur revendication ne se limitera pas aux lieux de peuplement, ni aux territoires qui sont déserts ; leur objectif sera d’effacer Israël de la carte. »

Précision : Le Or ha’Haïm haKadoch (1696-1743) est un rabbin très très grand, énormément saint (l’un des 3 rabbins auxquels on a rajouté le terme : haKadoch – Saint).
Le Baal Chem Tov considérait qu’il avait toutes les qualités requises pour être le Machia’h.
L’un de ses élèves les plus éminents fut le ‘Hida (Rav Yossef Haïm Azoulay).

Source (b »h) : le livre « guévourot aTorah » du rav Gabriel Cohen