Paracha Ki Tissa

+ Quelques biscuits pour Shabbath :

1°/ Le Ba’al Hatourim, Yaakov ben Acher, fait remarquer que le mot ונתנו  (vénaténou = « et ils donneront » – verset 30,12) peut se lire dans les 2 sens.
Cela nous enseigne que ce que l’homme donne à la tsédaka finit par lui revenir, et qu’on ne perd rien à donner, au contraire …

2°/ Moshé resta pendant 40 jours dans le Ciel :
D. enseigna à Moshé les régles d’interprétation de la Torah, afin qu’il puisse déduire l’ensemble de la hala’ha des mots et lettres de la Torah. Moshé éudiait avec énormément de ferveur, mais son esprit ne retenait aucun des principes qu’il avait appris de D.
Après 40 jours d’étude intensive, son esprit était toujours vide. D. lui accorda comme cadeau le pouvoir de retenir ce qu’il avait appris (Chémot Raba 41,6).
La persévérance de Moshé montre que le prétexte d’avoir une faible mémoire n’est pas une excuse valable pour ne pas se donner de mal dans l’étude de la Torah (Yérouchalmi Oraïot 3,8).

3°/ A la fin des 40 jours, D. remit à Moshé 2 tables de saphir de taille et de forme identiques (Chémot Raba 41,8).
Les 10 Commandements étaient gravés dans toute l’épaisseur de la pierre (donc visibles des 2 côtés).
Les lettres same’h et mem formant respectivement un rond et un carré complets auraient normalement dû tomber, mais elles tenaient en place miraculeusement (Chabat 104a).

4°/ La faute du veau d’or (Attention : les Bnei Israël de la génération du désert était spirituellement très élevés et maîtrisaient leur mauvais penchant. Ils avaient retrouvé le niveau d’Adam avant la faute, et D. les avait jugé dignes d’être libérés du pouvoir de l’ange de la mort. Ils furent mis à l’épreuve sur leur foi absolue dans les paroles de Moshé. La condamnation de D. sera à la hauteur de leur potentiel. Bien que seul le erev rav servit vraiment le veau d’or (0,5% de la population), D. a blâmé toute la communauté pour ne pas avoir protesté contre le mal et pour avoir contribué par son or à la construction d’une idole ) :

Avant de monter au Ciel pour recevoir les tables de la Loi, Moshé rassura son peuple : « Je reviendrai dans 40 jours, avant midi » (Chabath 89).Dans l’intervalle, il désigna Aaron et Hour (le fils de Myriam) comme responsables du peuple juif (Midrash Hagadol 32,1).
Le jour où Moshé est parti ne devait pas compter dans les 40 jours car ce n’était pas une période complète de 24 heures (Moshé ayant passé la nuit précédente dans le camp). Mais les Bnei Israël ont compté ce jour dans leur calcul. Ils attendirent donc l’arrivée de Moshé avec un jour d’avance.
Le Satan a profité de cette erreur de calcul, pour montrer aux Bnei Israël, l’enveloppe physique dont Moshé s’était dépouillé (il n’était alors qu’être spirituel), afin de leur faire croire que Moshé était mort.
Les égyptiens qui avaient rejoint le peuple juif lors de sa sortie d’Egypte (= le erev rav), face à cette fausse prophétie (Moshé ayant assuré qu’il reviendrait), faiblirent plus rapidement . Le erev rav représentait 3 000 personnes, soit 0,5% de la population. Il alla voir les responsables du peuple afin de changer la situation.

– Hour expliqua au peuple qu’il n’était pas nécessaire de chercher un nouvel intermédiaire sur lequel D. ferait résider Sa présence, car le peuple juif, contrairement aux autres nations, était guidé personnellement par D.
Suite à cela, il fut tué par lapidation par les plus vils du peuple. D. ne le sauva pas de la mort à cause des dures paroles qu’il avait proféré contre le peuple mais le récompensa en donnant un grand nom à tous ses descendants (ex : son petit-fils Betsalel sera celui qui construira le Michkan).
– Aaron savait que Moshé finirait par revenir, mais il fit le raisonnement suivant : « S’ils me tuent moi aussi, leur crime sera impardonnable car ils auront réalisé le passouk (Eikha 2,20) : « un Cohen et un prophète dans le sanctuaire de D. ils ont tué » (Aaron était les 2). Le fait de fabriquer une idole est une faute mineure comparée à un crime d’une telle gravité, car pour le premier, la téchouva est possible! ».

Aaron ordonna : « Apportez-moi les bijoux de vos femmes et de vos enfants ». Il pensait que les femmes refuseraient de donner leurs bijoux et que des disputes allaient en résulter, et que l’on gagnerait ainsi du temps.
Les femmes refusèrent effectivement de se défaire de leurs bijoux, non pas parce qu’elles y étaient attachées, mais parce qu’elles ne voulaient pas les consacrer à la fabrication d’une idole.
Leur loyauté envers D. fut récompensée. Tous les hommes de la génération qui avaient érigé le veau d’or décédèrent dans le désert, et n’arrivèrent jamais en terre d’Israël, mais toutes les femmes survécurent et entrèrent en terre sainte. De plus, elles reçurent Rosh Hodesh comme Yom Tov spécial pour elles, afin qu’elles le célèbrent à travers les générations.
A part les femmes, toute la tribu de Lévi s’abstint également de contribuer à l’or du éguel, ainsi que les nessiim et les tsaddikim du peuple juif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code