+ « … la terre observera un repos de Shabbath pour Hachem » (Bé’houkotaï ch.26 ; v.3)
Dans la Torah, nous trouvons 3 sortes de Shabbath.
Le Baal aAkéda explique qu’ils correspondent aux 3 dimensions essentielles : néfech (l’âme, l’esprit), shana (le temps), et olam (l’espace), qui s’en trouvent sanctifiées.
– le shabbath de l’âme est le jour du Shabbath, c’est le degré le plus élevé (Chémot ch.31 ; v.17 : « ouvayom ashévi’i Shabbath, vayinafach » – il y a un lien en néfech et vayinafach).
Tous les travaux sont interdits et sa transgression est des plus sévères.
– le shabbath du temps est celui des fêtes (Chémot ch.34 ; v.23 : « chaloch péamim bashana »).
La sainteté des fêtes est moindre que celle du Shabbath et quelques travaux y sont autorisés.
– le shabbath de l’espace est celui de l’année de jachère (cf.le verset ci-dessus).
En effet, les lois sont circonscrites à la terre d’Israël, qui est la plus sainte de toutes les terres.

« Shabbath POUR Hachem » : ainsi, l’observance du Shabbath ne se limite pas à une succession d’interdits, mais vise une élévation spirituelle et un développement intellectuel par l’étude et la sanctification.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code