Panneau d’interdiction de maudire …

“Comment puis-je maudire? D. n’a pas maudit.” (Balak ch.23 ; v.8)

Quelle preuve a Bil’am pour dire que D. n’a pas maudit les juifs?

Dans le désert, les tribues étaient divisées en 4 groupes, ayant chacun sa bannière :
– celui de Yéhouda.
Sur la bannière, il y avait la 1ere lettre de chacun des 3 patriarches : Avraham (אברהם), Yit’hak (יצחק ) et Yaakov (יעקב ), soit : le א, le י et le י
– celui de Réouven, où il y avait la 2e lettre de chacun des 3 patriarches.
– celui de Ephraïm, où il y avait la 3e lettre de chacun des 3 patriarches.
– celui de Dan, où il y avait la dernière lettre de chacun des 3 patriarches.

Le nom Avraham a 1 lettre de plus que les autres noms, ainsi 1 lettre de son nom n’était pas présente sur les bannières : la lettre hé. Cette lettre planait au-dessus du camp des Bnei Israel et les protégeait en permanence.

Pourquoi sur la bannière de Dan, on ne continue pas en suivant l’ordre et en prenant la 4e lettre des 3 noms?
On aurait ainsi les 3 lettres : le ה, le ק et le ב, et la lettre mém planant sur le camp des juifs.

D. n’a pas demandé de procéder ainsi, car les lettres de cette bannière pourraient alors former le mot קַבָּה (kava = maudire).

Ainsi, quand Bil’am arriva et vu les bannières du peuple juif, il a compris, à partir de ces lettres, que D. ne voulait pas que toute forme de malédiction puisse s’attacher au peuple juif.
Par conséquent, il dit a Balak : « Comment peux-tu attendre de moi que je les maudisse? ».

[ Le Ohèv Israël – se basant sur un Yalkout Réouvéni

<—————————–>

-> Le Béra’h Moché donne une autre explication sur la présence du hé planant sur le camp.
Selon le Yétev Lev, Hachem a ajouté un hé à Avram (אברם) pour séparer le אב (père – av) du רם (orgueil – ram).
Le hé est la lettre qui lorsqu’elle est écrite pleinement a la guématria la plus petite (c’est : הא), et cela représente le fait d’être humble.
Cette lette a été placée au milieu du nom pour nous apprendre que Hachem n’aime que ceux qui sont humbles, à l’image de Avraham.

Selon le Arizal, la guématria de : anava (humilité – ענוה) est égale à celle de : Samael (le nom du Yétser ara – סמאל).
La seule possibilité de neutraliser la force du yétser ara est au travers l’humilité.

C’est pourquoi c’est cette lettre (le hé) qui a été choisie afin de planer et protéger le peuple juif de tout mal.

-> « Tout cœur hautain est en horreur à Hachem : l’orgueilleux est livré entre les mains de son mauvais penchant, car comme D. l’a en horreur, il ne bénéficie d’aucune aide divine. »
[Rabbénou Yona – Chaaré Téchouva]

-> « Tout celui qui ne se fait comme un désert n’est pas capable d’acquérir la sagesse de la Torah » [midrach Bamidbar rabba sur le 1er verset de bamidbar].
=> Toute personne qui est orgueilleuse ne pourra jamais véritablement acquérir la Torah.

<—————————–>

-> Les noms des Patriarches ont un total de 13 lettres, qui est la guématria de : « é’had » (un).
Les Patriarches représentent l’unité.
Bien que chaque tribu avait sa propre bannière, il était nécessaire de se rappeler que chacune était une partie d’un tout.
[Adéret Eliyahou]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :