Quelques conseils pour réussir son mois d’Eloul

+ Quelques conseils :

1°/ Guémara Shabbath 151b = « Quiconque a pitié des créatures amène sur lui la pitié du Ciel! ».
Dans la guémara Méguila 28a, nos Sages explique le verset : « Qui pardonne la faute et passe sur l’offense », de la façon suivante : « A qui pardonne-t-on les fautes? A qui ne tient pas rigueur à celui qui l’a offensé! »
Dans la Guémara Yoma 23 : « Quiconque cède sur son honneur est digne qu’on cède sur ses péchés ainsi qu’il est dit : « Il pardonne la faute et passe sur l’offense (Michlé 7 »).

Dans la guémara Shabbath 127b = « Dans la mesure où vous jugerez votre prochain favorablement, Hachem vous jugera favorablement! »

Hachem se comporte avec nous de la même manière que nous nous comportons avec autrui.
Jugeons notre prochain favorablement, pardonnons-lui ses offenses, ayons pitié des créatures et faisons preuve de bonté envers tous.
Nous pourrons ainsi mériter la Miséricorde divine et être innocentés lors du Jugement.

2°/ Dans la guémara Shabbath 118, il est écrit : « Quiconque est attentif à observer Shabbath dans tous les détails est digne d’être pardonné, même s’il s’est adonné à l’idolâtrie comme à l’époque d’Enoch, ainsi qu’il est dit : « Chomer Shabbath mé’halélo (celui qui se garde de profaner le Shabbath).
Ne lis pas mé’halélo (de profaner) mais mé’hol lo (il lui sera pardonné) ».

Pourquoi la mitsva de Shabbath a-t-elle le pouvoir d’expier les fautes?
Parce que l’observance du Shabbath dans toutes les règles demande une attention particulière et un effort soutenu qui sont des facteurs d’expiation.

3°/ Guémara Shabbath 119 : « Quiconque répond ‘Amen, yéhé chémé rabba’ de toutes ses forces, même s’il a en lui des traces d’hérésie, on lui pardonne! »
Dans le Zohar (III,220), on ajoute qu’il faut secouer tous ses membres et répondre au Kaddish à haute voix (dans le respect de l’entourage, la conscience de ce qu’on dit et devant qui on le dit!).
Quiconque a l’habitude de répondre ainsi est assuré qu’on lui pardonnera ses fautes à condition qu’il ne récidive pas.

4°/ Kohélet Rabba 9 : « Prêter l’oreille aux remontrances et aux paroles qui éveille au repentir et à la crainte de D. amène le pardon des fautes ».

 Source : le livre « Les portes du palais » de Chalom Méir Wallach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code