Chémot & Les noms de D.

+ Chémot & Les noms de D. :

++ Lors de la discussion entre Mosé et D. au buisson ardent : « ils me diront : Quel est son nom? (ואמרו-לי מה שמו מה) que leur dirai-je? » (chémotch.3 ; v.13 ).
Les lettres finales des mots de « Quel est son nom? » = forment le nom de D. (Tétragramme), signe que lors de cet entretien, D. lui a révélé son Saint Nom.

[Chémot Rabba 3;6 : « chémi léolam » = mon Nom à jamais.
Le mot léolam = à jamais ; est écrit sans ‘vav’ et peut être lu : ‘léalém’ = tenu secret, à ne pas prononcer. ]
Il est écrit ensuite (Chémot ch.3;v.16) : « Va rassemble les anciens d’Israël » = la révélation du Nom secret ne peut être confiée qu’aux anciens de la génération (Kiddouchin 71).

 

++ Dans le verset suivant (Chémot ch.3 ; v.14) , nous trouvons dans la réponse de D. à Moshé 3 fois le mot « éhéyé » = je serai.
Ceci est une allusion aux 3 Patriarches auxquels D. s’est adressé dans les mêmes termes (Avraham= »véhié béra’ha » ; Its’hak = »gour baaretz azot véhéyé ima’h » ; Yaakov= »shouv el eretz avotéh’a oulmoladtéh’a, véhéyé ima’h »)

Le terme éhéyé (אֶהְיֶה) = je serai = guématria de 21.
Ce total de 21 :
= total des initiales des 3 noms dans les 13 attributs de D. (chémoth ch.34;v.6 : … יְהוָה יְהוָה אֵל) ;
= total des initiales des noms des 3 Patriarches (aleph-Avraham, youd-Yits’hak, youd-Yaakov) ;
= total des 1eres lettres du 1er mot de chacun des 5 livres de Torah (béréchit (bét)=2 ; véélé (vav)=6 ; vayikra= (vav)6; vayédaber(vav)=6 ; élé (aleph)=1).

Le mot éhéyé (אֶהְיֶה) est dit 3 fois dans ce verset = 21*3 = 63.
Ce nombre se décompose en :
– 50 = total des lettres composant les noms des 12 tribus, tels qu’ils figuraient sur le Pectoral du Grand Prêtre ;
– 13 = total des lettres composant les noms des Patriarches.

[dans la prière du matin – partie de la akéda, les lettres de ce nom de D. forment = ata ou Hachem a’Elokim]

 

On peut noter que : « éhéyé acher éhéyé » = 21 * 21 = 441 = valeur numérique du mot : émet (vérité). [=7*63]

D. rassure Moshé en lui disant de dire la vérité et on l’écoutera.

La vérité est un moyen extrêmement puissant, qui va produire l’effet désiré sur des Égyptiens très cultivés et étant durs à convaincre ( « ma omar alé’hem? »).

 

Source : adaptation des commentaires du Rav Yaakov Ben Asher – Baal Hatourim (compilés par Albert Toledano)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code