Le plus important dans l’éducation des enfants, c’est …

+ Introduction :

On n’a jamais entendu un Rav debout sous la ‘houpa déclarer : « Je ne célébrerai ce mariage que si l’on est en mesure de me montrer un diplôme certifiant la compétence de ces 2 jeunes gens à exercer en tant qu’éducateurs. »

Pour quelle raison en est-il ainsi?

Tous les pères et mères bien intentionnés, désireux de fonder un foyer juif de qualité, trouveront en eux la connaissance et le savoir-faire pour éduquer correctement leurs propres enfants.

Ils n’auraient peut être pas la capacité de donner des conseils à d’autres, mais en ce qui concerne leurs propres enfants, D. a insufflé en chacun d’eux l’aptitude inhérente à bien les éduquer (savoir-faire, sagesse, compétence pour comprendre ses enfants et leur apporter ce dont ils ont besoin).
Nul n’est besoin de formation spécifique pour cela.

La qualification la plus importante pour un parent est la sincérité, le fait d’aborder tous les aspects de la vie avec honnêteté et intégrité et le désir de bien faire.
Il est absolument certain que D. a doté, la personne assumant ses responsabilités, des talents nécessaires pour réussir dans l’éducation de ses enfants.

 

=== N°1 pour réussir dans le ‘hinou’h = la prière :

Si des parents réussissent dans le ‘hinou’h, ce n’est pas parce qu’ils sont particulièrement avisés ou intelligents, mais plutôt parce que D. leur a fait don de la réussite.
Et s’ils ont échoué, ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas assez lu de manuels ou assisté à suffisamment de cours, mais parce que D. ne leur a pas accordé de réussite.
Si vous voulez réussir, vous devez le demander.
C’est la meilleure chose que vous puissiez faire.
Vous devez prier de tout votre cœur.
Le Rav de Brisk disait : par « des Téhilim et des larmes ».

Les parents se justifient en disant : « nous avons essayé ceci et puis cela, nous avons dépensé tant d’argent. »
Quelle différence cela fait-il la somme qu’ils ont dépensé, s’ils n’ont pas prié pour leurs enfants?
La question à poser == combien de Téhilim ont-ils prononcé et combien de larmes ont-ils versé pour leurs enfants?

Il est important que les enfants sachent que leurs parents prient pour eux, que chaque fois que survient un problème, la 1ere mesure prise par les parents est de sortir leurs Téhilim et de déverser leur cœur et leurs larmes devant D. afin de Le supplier de les guider.
Cette attitude constitue en soi un excellent ‘hinou’h, parce qu’elle marque l’enfant de manière considérable.
Le ‘Hafets ‘Haïm a reçu d’un proche le sidour dans lequel avait prié sa mère. Il prit le livre entre ses mains tremblantes, l’embrassa et le couvrit de larmes.
« Peut-on imaginer combien de prières a prononcé ma mère et combien de larmes elle a versé pour que son jeune Israël Méïr grandisse » s’exclama-t-il.

Nous devons être précis dans nos requêtes (que nos enfants ne soient pas exposés aux mauvaises influences, faire des personnes de valeur, ayant la patience d’étudier la Torah avec assiduité, …).

 

Le 1er facteur, le plus crucial et le plus fondamental dans l’éducation des enfants est de prier à D.  (notre réussite est dans les mains de D.!)
Bien entendu, les idées et les stratégies sont les bienvenues, mais tout commence avec une téfila, prière sincère, venant du fond du cœur.

 

 

Source : compilation personnelle (b »h) du livre « D’un cœur plein d’amour » du Rav Mattitiahou Salomon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code