« D. dit à Moshé : « Parle ainsi à Aharon: ‘Prends ton bâton, dirige ta main sur les eaux … elles deviendront du sang » (Vaéra 7,19)

Rachi : Moshé n’a pas frappé le Nil (lors de la 1ere et 2e plaie), car le fleuve l’avait protégé lorsqu’il y avait été jeté.
De même, Moshé n’a pas frappé la terre (lors de la 3e plaie), car elle lui a permis d’enterrer l’égyptien qu’il avait tué.

Le plus souvent après avoir bénéficié d’une faveur de quelqu’un, nous l’oublions et nous n’exprimons pas de gratitude.

On apprend de ce verset qu’il faut être reconnaissant jusqu’à la fin de sa vie pour chaque acte de bonté reçu (même pour quelque chose de simple/semblant être normal/dû = Moshé a de la gratitude envers la terre, car elle lui a permis de cacher le corps!!).

Moshé est reconnaissant avec l’eau (environ 80 ans après les faits!) et avec la terre (environ 70 ans plus tard!), et ne pouvait ainsi pas les frapper.

Si cela est vrai avec des éléments inanimés (eau, terre), combien à plus forte raison, cela doit s’appliquer avec un être humain!!

Source (b »h) : traduction & adaptation personnelle d’un commentaire de Rabbi Moshe Bogomilsky (livre : védibarta bam)

<———>

-> Dans son commentaire sur le midrach (Chémot rabba 10,7), le Maharzou suggère que la terre n’a fourni à Moché une paix d’esprit que très temporaire, ne lui laissant qu’un seul jour de répit avant que son meurtre ne soit découvert.

Le rav Alport enseigne que cela est à lier avec le fait que parfois une personne va essayer de nous aider, de nous faire une bonté, mais que finalement cela ne va pas aboutir au résultat attendu.
=> Alors, plutôt que de mettre la faute sur cette personne qui culpabilise déjà de ne pas avoir réussi à être utile, il faut au contraire, à l’image de Moché avec la terre, lui exprimer une sincère appréciation pour son temps et ses bonnes attentions.

En effet, Moché avait encore de la reconnaissance pour la terre, même 70 plus tard (au même titre que l’eau qui lui a sauvé la vie), alors que seulement un jour après le corps a été découvert.
=> Ce qui compte c’est l’intention d’aider de cette dernière, qui a fait de son mieux, et non pas le résultat final.
[Moché avait autant de gratitude envers l’eau et la terre, car les 2 ont fait leur possible pour lui être utile, et ce même si le résultat n’est pas le même.]

<———>

-> Le rav Eliyahou Dessler (Mikhtav méEliyahou) enseigne à ce sujet :
« Toute qualité ou vertu morale ne s’éveillent chez l’homme que par les sentiments, et non par l’intellect.
De ce fait, lorsqu’on néglige de manifester de la gratitude à quelqu’un, serait-ce même à un minéral inerte, les pulsions qui animent notre âme en sont fatalement affectées. Et ce, parce que l’homme animé de bons sentiments se considère comme redevable envers tout élément lui ayant procuré un avantage, fut-ce même une matière inerte et insensible.
Or si cette disposition de l’homme venait à faire défaut, cette lacune aurait des répercussions directes sur ses qualités morales, et dans ce cas, sa capacité à faire preuve de reconnaissance en serait fatalement altérée.
[…]
Le fait de frapper l’eau ou la terre aurait inévitablement heurté les sentiments de Moché, et ces derniers auraient ensuite, un tant soit peu, altéré la vertu de gratitude qui l’animait. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code