« et son nom [était] Mordé’haï » (Méguilat Esther 2;5)
Selon la guémara Ména’hot 65a, le vrai nom de Mordé’haï était Péta’hia (פתחיה).
Il y a un midrach disant que le rapport entre ces 2 noms peut se comprendre au travers du verset : « Humbles auront été tes débuts, mais combien brillant sera ton avenir! » (Iyov 8;7)

Comment relier ce verset avec les 2 noms?

*** « Humbles auront été tes débuts … » ***
La 1ere lettre du nom Péta’hia (פתחיה) est pé (פ), de valeur numérique 80.
En divisant par 2 ce nombre, on arrive à 40, valeur correspondant à la lettre mém (מ).
La 2e lettre est tav (ת), valant 400, et dont la moitié vaut 200, soit la lettre réch (ר).
La 3e lettre est un ‘hét (ח), valant 8, et dont la moitié vaut 4, soit la lettre dalét (ד).

*** « … mais combien brillant sera ton avenir » ***
La 4e lettre est un youd (י) = ayant une valeur de 10, qui en la doublant vaut 20, et correspond alors à la lettre kaf (כ).
La 5e et dernière lettre est un hé (ה) = valeur de 5, et en la doublant vaut 10, soit la valeur de la lettre youd (י).

Ainsi, lorsque le début (les 3 premières lettres du mom Péta’hia) se font humbles (sont divisées par 2), et qu’à la fin (les 2 dernières lettres du mom), elles se font brillantes (multipliées par 2) : on a alors une équivalence entre les 2 noms (Mordé’haï et Péta’hia).

Source (b »h) : traduction & adaptation personnelle d’un commentaire de Rabbi Moshe Bogomilsky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code