+ Paracha Vayikra :
Pourquoi est-ce que le aléph du mot vayikra (ויקרא) est écrit en plus petit dans la Torah?

1°/ Le mot vayikar (= le mot vayikra sans la lettre aléph = ויקר) = appeler quelqu’un d’une façon indifférente.
Le mot vayikra (ויקרא) = appeler quelqu’un avec amour.

Dévarim 34;10 = « Plus jamais ne s’éleva en Israël un prophète comme Moshé » (+ Principes de Rambam n°8 = « Moshé est le maître de tous les prophètes »).
De même que les juifs ont eu le mérite d’avoir un prophète comme Moché, les non-juifs, ont eu le prophète Bil’am.

Examinons les paroles de D. avec :
– Bil’am = « vayikar Elohim el Bil’am » (Bamidbar 23;4), l’utilisation du verbe vayikar montre (comme vu précédemment) que D. n’avait pas de joie à lui parler.
– Moshé = « vayikra el Moshé » (Vayikra 1;1)
Dans ce verset, Moshé voulait écrire vayikar, mais D. en raison de son grand amour pour lui, voulait écrire vayikra.
Moshé et D. ont fait un compromis en écrivant vayikra avec un petit aléph.

2°/ Moshé, l’homme le plus humble, était conscient de ses qualités et n’en a pas eu de l’orgueil.
Il disait à son sujet : « Si on avait donné à une autre personne la possibilité de monter au Ciel et de parler personnellement avec D. ou si on lui avait octroyer une âme comme la mienne, il aurait accompli beaucoup plus. »

[Le petit aléph de Moshé viendrait en réparation du grand aléph de Adam (Divré haYamim I 1;1), qui à son niveau a eu un minuscule grain d’orgueil au vu de la perfection du monde et des qualités dont D. l’avait doté].

3°/ Dans Chir haChirim (5;2), D. dit aux juifs : « Pit’hi li a’hoti » (Ouvre-Moi ton cœur, Ma sœur – פִּתְחִי-לִי אֲחֹתִי).
Le Midrach le paraphrase en disant : « Faites-moi une ouverture de la taille d’un chas d’une aiguille, et je vous ferai une ouverture de la taille d’une entrée d’un palais ».

Le livre de vayikra traite des sacrifices, dont l’objectif est de permettre de rapprocher les gens de D.
Le aléph de petite taille renvoie au fait qu’il suffit de faire une petite ouverture, et D. s’occupera du reste.

On remarque que la lettre aléph (אלפ) est l’acronyme de : « Pit’hi li a’hoti » (פִּתְחִי-לִי אֲחֹתִי).

Source (b »h) : traduction & adaptation personnelle d’un commentaire de Rabbi Moshe Bogomilsky

One comment

  1. Pingback: Vayikra – le petit Aleph | Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code