« 127 provinces … » (Méguilat Esther 1;1)
« La vie de Sarah fut de 127 ans; telle fut la durée de sa vie. » (‘Hayé Sarah 23,1)

« Rabbi Akiva était en train de livrer un exposé, quand il remarqua que ses élèves s’assoupissaient.
Afin de les stimuler, il s’exclama : « Pourquoi Esther devait-elle régner sur 127 provinces?
Pour la raison suivante = que vienne Esther, descendante de Sarah, qui vécut 127 ans, et qu’elle règne sur 127 provinces! »
(Béréchit Rabba 58;3)

Pourquoi Rabbi Akiva a-t-il choisi de tirer ses auditeurs du sommeil par ces paroles?

Selon le ‘Hidouché Harim = par ces termes, il a voulu leur faire comprendre l’importance du temps.

Rabbi Akiva leur dit : Voyez et constatez qu’en correspondance avec chaque année de vie de Sarah, Esther a régné sur une province.
Or, selon ce calcul, en rapport avec chaque semaine d’existence de notre matriarche, Esther a régné sur une ville ; et relativement à chaque heure, elle a exercé son autorité royale sur un village, dont la valeur est immense [des centaines de millions]!

De là, considérez ce que vous perdez en vous assoupissant un court instant!! …

Source (b »h) : dvar Torah du Rav Yissa’har Dov Rubin (dans son livre : « Talélei Orot »)

<——————->

-> Si vous voyez quelqu’un qui jette des sacs remplis d’argent dans la mer, on le considère comme un insensé total.
La personne qui gaspille une partie de son temps et s’engage dans des discussions inutiles est un fou bien pire.
[Yichma’h Moché]

-> Il est stupide d’échanger un monde de vérité pour un monde de mensonges.
Pourquoi considère-t-on avec aussi peu de gravité la perte de notre temps?
Si quelqu’un nous proposait de mourir un jour plus tôt que celui où nous devrions normalement mourir, et ce en échange de quelques millions, il est certain que nous n’accepterions pas l’argent, malgré l’énorme somme d’argent en jeu.
Ainsi, si un jour de vie a tellement de valeur à nos yeux, comment pouvons-nous le perdre à ne rien faire? …
Avec le temps nous pouvons connaître [davantage] Hachem, tendre [davantage] vers la perfection et corriger nos actions.
Avec le temps nous pouvons atteindre [et embellir] notre monde éternel … »
[rabbi Yonathan Eibshitz – Yaarot Dvach 2,10 & 1,4]

<—>

-> « La téchouva est une grande chose, car elle prolonge le nombre d’années de vie de l’homme. »
[guémara Yoma 86b]

Le Tzla’h explique que les jours où une personne n’a pas servi Hachem sont comme des jours « morts », et ne sont pas comptabilisés comme sa vie.
Lorsque quelqu’un fait téchouva, ses jours « morts » sont alors ressuscités.
Comme nos Sages l’affirment : « ses fautes (avérot) deviennent des mitsvot ».
=> Ainsi, c’est comme s’il vivait plus longtemps, et c’est de cette façon que la téchouva « prolonge le nombre d’années de vie de l’homme ».

Il est écrit (Téhilim 90,14) :
– « chabé’nou baboker ‘hassdé’ha » (rassasie-nous dès le matin de ta bonté) = dans Sa grande bonté Hachem nous accorde la possibilité de faire téchouva [qui a été créée avant le monde] ;
– « ounéranéna vénichmé’ha » (nous chanterons et serons joyeux) ;
– « bé’hol yaménou » (tous nos jours) = en effet la téchouva nous permet de récupérer tous nos jours (de la mort à la vie).

<—>

-> « Les réchaïm sont appelés morts même de leur vivant » (guémara Béra’hot 18b)
Ils ne sont pas appelés vivants car ils n’utilisent pas de façon productive leur temps, dans la Torah et les mitsvot.
A l’inverse, il est écrit : « [avec la Torah] on t’ajoutera des années de vie » (véyossifou lé’ha chémot ‘haïm – Michlé 9,11).
Dans une ville, au moment de la mort d’une personne, on avait l’habitude de calculer le temps qu’elle avait pu consacrer à la Torah, aux mitsvot, à la prières [ce qui est son véritable temps de vie], et on l’inscrivait sur sa tombe.
Ainsi, pour certains la durée de leur vie pouvait être de 1 ou 2 années.
[pour un récit plus détaillé : http://todahm.com/2014/12/21/2511-2 ]

[dans les bénédictions du matin nous disons : « qui ne m’a pas fait goy ». Pourquoi ne dit-on pas « qui m’a fait juif »?
Certes en acquis passif nous sommes des « non non-juifs, mais le fait de vivre, d’être juif [dans le sens actif] dépend de notre comportement à chaque instant, et le cumul de tous ces moments va nous donner notre durée de vie juive.]

<—>
-> b’h, dans cette paracha également à ce sujet : http://todahm.com/2017/12/11/5822-2

3 Comments

  1. Pingback: Construire sa demeure future … | Aux délices de la Torah

  2. Pingback: Aux délices de la Torah

  3. Pingback: Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code