Le conseil de Shalom Bayit d’Adam …

+ Le conseil de Shalom Bayit d’Adam …

Le 1er jour de sa vie, Adam a été présenté à ‘Hava, et ils se sont immédiatement mariés.
Nous sommes tous leurs descendants.

Le midrach (Béréchit Raba 14,7) nous dit au nom de rabbi Yo’hanan, qu’Adam et ‘Hava ont été créés en ayant l’apparence de personnes de 20 ans d’âge.

[la guémara Roch Hachana 11a nous enseigne que tout dans la création y était plein et complet.
(A l’homme d’agir …)]

Adam est l’homme le plus beau qui n’ai jamais existé.
Ainsi, dans la guémara (Baba Métsia 84a), pour d’écrire l’incroyable beauté de notre Sage du Talmud : Rav Avuhu, il est dit que sa beauté était quelque peu similaire (mei’èn) à celle de notre patriarche Yaakov, et que la beauté de Yaakov était quelque peu similaire à celle à la beauté de Adam.

Par ailleurs, la guémara (Méguila 15a) nous apprend que notre matriarche Sarah était une des 4 femmes les plus belles qu’il n’ait jamais existé au monde.
Une autre guémara (Baba Batra 58a) nous dit que la beauté de Sarah face à ‘Hava était comme un âne en comparaison d’un humain.

Celui qui a habillé/paré ‘Hava comme une mariée et qui l’a accompagné dans l’allée menant au ‘Hatan, n’est autre que D. (Midrach Rabba Béréchit 18,1).

Le Baal haTourim commente le verset : « D. édifia en femme la côte qu’Il avait prise à l’homme, et Il la présenta (vayévi’éa) à l’homme » (Béréchit 2,22)
La valeur numérique de vayévi’éa (ויבאה) est égale à 24, et nous indique que D. embellit ‘Hava à l’aide de 24 ornements, en relation directe avec les 24 livres du Tanakh.

[mais aussi avec les 24 chapitres du traité de guémara Shabbath. Cela prend d’autant plus de sens lorsque sait que le Shabbath est une fiancée (bo’i kala) pour le peuple juif.]

Suite au mariage, ils ont vécu dans le gan Eden, et ayant le monde entier à leur disposition, on peut les considérer comme le couple le plus riche qu’il n’ait jamais existé.

D’une façon romancée, on peut décrire ‘Hava, tout juste mariée, sans belle-mère (ni ancêtres, amies), qui décide de faire son shopping dans le gan Eden afin de faire le plus beau des repas à son mari.
Elle croise le serpent avec qui elle discute, et qui lui conseille fortement le fruit de l’Arbre de la connaissance.
Afin d’en être sûre, elle le goûte d’abord, et en donne également à son mari, se réjouissant ensemble de ce bon repas.

C’est alors qu’ils entendent la voix de D., et Adam réalise qu’il a commis une faute.
Au début, il essaya de mettre la responsabilité sur sa femme, mais en vain, car D. Le tient comme coupable, l’expulsant du paradisiaque Gan Eden, et lui, ainsi que toute l’humanité souffrira des conséquences de cette faute, à partir de ce jour.

[Le Or ha’Haïm nous enseigne qu’Adam ne savait même pas qu’il était en train de manger de l’Arbre de la connaissance, et n’était ainsi pas autant responsable que ‘Hava]

=> Comment se serait fini un tel mariage de nos jours (sachant que ce n’était que leur 1er jour de vie commune!)?

Jetons un rapide coup d’œil sur la succession des versets dans la Torah à ce sujet :
-> verset (3,12) : « Adam répondit : La femme, que tu m’as associée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’ai mangé » (Rachi rapporte la guémara Avoda Zara (5b) : « Il marque ici de l’ingratitude envers la bonté de D. »
-> verset (3,17) : « Et à l’homme D. dit: « Parce que tu as cédé à la voix de ton épouse, et que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais enjoint de ne pas manger … »
-> verset (3,20) : « L’homme donna pour nom à sa compagne ‘hava parce qu’elle fut la mère de tous les vivants. »

=> Dans le cas d’Adam, non seulement, il ne divorça pas, mais il lui donna, suite à cela, le nom de : ‘hava (Rachi : du verbe ‘haya : vivre) : c’est la source de toute vie.
Sachant qu’elle a contribué à amener la mort, la souffrance, … suite à la faute, cela peut paraître surprenant.

Après la faute, Adam a été devant 2 possibilités :
-> soit d’imputer sur ‘Hava l’erreur (elle m’a donné à manger et je ne savais pas ce que c’était!), vivant alors dans l’amertume et le regret.
-> soit de mettre le passé derrière (ce qui est fait est fait, on peut rien changer, pas la peine d’aggraver la situation et d’y perdre encore plus), et de se focaliser plutôt sur les qualités et caractéristiques positives de sa femme, la valorisant malgré sa faute (c’est un être humain, pas un ange. Malgré de petits écarts, elle a quand même énormément de qualités, elle fait énormément pour moi (gratitude), et sans elle que serait ma vie : c’est ma source de vie, ma ‘hava …).

Alors qu’il s’apprête à quitter le gan Eden, par sa faute, Adam nous transmet ce magnifique conseil de Shalom Bayit, qui va en plus lui permettre de conserver une grande proximité avec D., comme nos Sages nous ont dit : « lorsqu’un homme et une femme vivent en harmonie, ils méritent que la présence divine réside parmi eux » (guémara Sota 17a).

<———————>

« Hachem fit tomber une torpeur sur l’homme, qui s’endormit, prit un de ses côtés et ferma la chair du dessous.
Hachem façonna une femme à partir du côté qu’il avait pris à l’homme, et la présenta à l’homme » (Béréchit 2,21-22)

-> Le Toldot Its’hak commente :
« Hachem endormit Adam afin qu’il ne voit pas sa femme créée depuis un morceau de chair. S’il en avait été témoin, il aurait pu en concevoir du dégoût.

Ceci nous enseigne également qu’un homme doit agir comme s’il était assoupi lorsqu’il se trouve dans sa maison. Il ne sera ni pointilleux sur les actes de son épouse, ni querelleur à la moindre erreur.
Même si parfois, elle s’oppose à lui, il ne se mettra point en colère à son égard. »

<—>

-> Le Méam Loez enseigne sur ce verset  :
On doit réaliser ue la femme fut créée à partir d’un os, et elle est donc dure et inflexible.
L’homme, quant à lui, fut créé avec de la terre et est donc plus souple.
[…]

Certains disent qu’au début Adam et ‘Hava furent créé dos à dos.
Adam marchait en avant tandis que ‘Hava se déplaçait en arrière.
Plus tard, ils furent séparés.

Bien évidemment, cela ne signifie pas que D. regretta son premier projet.
Hachem les relia afin de nous enseigner qu’un couple forme un tout unique. Si l’un fait le bien, les 2 en bénéficient.
D. les sépara [ensuite] pour qu’ils soient pareils aux autres créatures.

La Torah relate que dès que D. créa la femme : « (Il)la présenta à l’homme ».
Le midrach enseigne qu’il récita alors la bénédiction nuptiale sur eux. C’est pourquoi la Torah dit : « D. les bénit » (Béréchit 1,28).

<—>

-> Selon le Targoum Yonatan, Adam fut créé avec une côté supplémentaire, ainsi après la création de la femme, rien ne lui manquait.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :