Prendre conscience de sa grandeur – Quelques pensées de nos Sages (partie n°1)

+ Prendre conscience de sa grandeur – Quelques pensées de nos Sages (1ere partie) :

-> Celui qui se considère comme étant inférieur, ne fera pas attention à son comportement.
[Rambam – Pirké Avot 2,13]

-> Si vous vous considérez comme mauvais, vous serez prêt à faire toute sorte de mauvaises choses, et vous n’essayerez pas d’acquérir des traits de caractère positifs.
Votre attitude négative concernant vous-même, vous laissera vide de qualités, de mérites.
[Séfer haMidot léhaMéïri – p.90]

[Puisque je suis si mauvais, alors c’est pas si grave si je faute! (je ne suis pas à une mauvaise chose prêt!)
Etant si nulle, pourquoi se changer, puisque tout est à changer! …]

-> Si une personne ne se considère pas comme « une personne importante », elle ne se débarrassera pas de ses mauvaises habitudes.
[Rabbi Aharon de Karlin – Dor Déa]

-> Celui qui veut se grandir, doit être conscient de sa propre valeur, reconnaître son importance et celle de ses ancêtres …
Il se dira à lui-même : « Je suis une personne trop géniale et importante pour m’abaisser à faire ce mauvais acte ».

Si une personne n’est pas consciente de sa valeur, il lui est facile de se comporter d’une moins bonne manière.
[Rabbénou Yona – Chaaré Avoda]

[La principale arme du yétser ara est le doute.
Sous couvert d’humilité, d’honnêteté, il nous amène à douter de nous-même, car pourquoi aspirer à faire de grandes et belles choses, si je suis une personne si nulle.

=> Par le fait d’élever notre perception de nous-même, nous sommes alors capables de viser plus haut, et d’alimenter un cercle vertueux où l’on souhaite être toujours meilleur, toujours plus grand. ]

-> Ce n’est que lorsqu’une personne reconnaît qu’elle a le potentiel pour atteindre les niveaux les plus élevés, qu’elle va faire tout son possible pour faire de grandes choses.
[Rabbi Chlomo Finesilver – Hachlomat haMidot]

-> C’est uniquement une personne qui se sent intérieurement bien avec elle-même, qui va pouvoir accomplir la mitsva d’aimer son prochain.
[Rabbi Moché Rosenstein]

<————–>

-> Un ancien proverbe juif dit : « Celui qui a confiance en lui, gagne la confiance des autres ».

=> Si l’on veut réussir à influencer positivement autrui, il faut d’abord croire en sa réussite b »h.

-> Une personne à qui il manque des sentiments internes de confiance en soi, ressent le besoin de recevoir des honneurs des autres.
Plus le manque d’estime de soi est important, plus on a besoin de la confirmation de sa valeur interne par le biais de l’approbation des autres.
[Rav Dessler – Michtav méEliyahou]

=> Si l’on n’a pas conscience de sa valeur, nous faisons dépendre notre paix intérieure du regard des autres.
Quel dommage car notre bonheur est à chercher en nous-même! ]

<——————————->

+ Quelques conséquences du fait d’avoir une mauvaise estime de soi :

-> 1°/ une sensibilité accrue aux critiques :
La règle est que plus on se sent faible, plus on va être sur la défensive (tu t’es pas vu!, c’est à cause de …), et on va consacrer toutes ses forces à essayer de cacher ses défauts, plutôt que d’y travailler dessus.

-> 2°/ une surréaction à la flatterie :
N’ayant que peu de valeur à nos yeux, on est très sensible aux louanges qu’autrui vont nous faire, et on sera particulièrement reconnaissant à toute personne qui nous flatte.

Au-delà d’être en état permanent de dépendance (donnez-moi ma dose de kavod!), le risque est d’être la proie d’un flatteur intéressé.

-> 3°/ une attitude hypercritique :
Lorsque l’on n’a que peu de valeur de soi-même, on va chercher à s’élever en descendant autrui par des critiques.
Plus on trouvera de défauts en l’autre, plus on se sentira bien.

[je construit mon bonheur par le fait d’écraser les autres : certes, je ne vaux rien, mais par rapport à tous les défauts présents chez lui, je ne suis pas si mal!
J’existe par la non existence de l’autre, et non par moi-même.]

-> 4°/ une tendance aux reproches :
Une personne qui a peu d’estime de soi, va toujours chercher à placer la raison de ses fautes et de ses manquements sur les autres.

Une telle personne a peur de prendre des responsabilités (car si j’agis, je risque de me tromper et cela va conforter le fait que je suis un nul. Plutôt ne rien faire!), et va émettre des reproches sur tout le monde sauf elle-même.

On en vient même à se plaindre auprès de Hachem (si seulement j’avais ça, alors moi aussi j’aurai été …).

Plutôt que d’avoir une attitude responsable, on passe son temps à trouver des explications en se plaignant (c’est normal car lui, il a ; si j’avais alors j’aurai ; …).

-> 5°/ une peur des autres, et une tendance à les éviter autant que possible.

<—>

+ « Ils furent répugnants de devant les enfants d’Israël » (Chémot 1,12)

Selon Rachi : Ils ont été dégoûtés de la vie. (Cela signifie, selon certains que les égyptiens étaient dégoûtés d’eux-mêmes.)

Le Mé Marom commente :
Par cette phrase, la Torah vient donner une explication au fait que les égyptiens ont tant fait souffrir les juifs : car seul celui qui se méprise soi-même et n’estime pas son existence, pourra arriver à rendre amère la vie d’autrui.
Celui qui apprécie sa propre vie, appréciera aussi la vie des autres.

=> Ainsi, c’est parce que les égyptiens étaient répugnants à leurs propres yeux, qu’ils purent en venir à rendre si amère la vie des juifs.
[Ne pas avoir d’estime de soi, c’est en venir à détruire sa vie et celle des autres!]

<—————————————————————->

+ Hachem & le manque d’estime de soi :

-> Rabbi Akiva avait coutume de dire : « Bien-aimé est l’homme pour avoir été créé à l’image [de D.] ; Bien-aimé est le peuple d’Israël pour être appelé : « enfants de D. »  »
[Pirké Avot 3,14]

Ainsi, indépendant de toute chose, chaque juif doit savoir qu’il a une valeur infinie.
D’une certaine façon se dévaloriser, c’est dévaloriser le divin qui est en nous.

-> « De même que l’homme doit croire en D., ainsi doit-il croire en lui-même. […]
L’homme doit être convaincu que son âme vient de la Source de la Vie, et que D. a plaisir et jouissance d’elle. »
[Rabbi Tsadok haCohen de Lublin – Tsidkat haTsadik 1,54]

<———->

-> Une personne est obligée de se dire : « Le monde a été créé que pour moi » (guémara Sanhedrin 37a), et ainsi que : « Quand est-ce que mes actions vont atteindre celles de Avraham, Its’hak et Yaakov » (Tana déBé Eliyahou – chap.25).

L’attitude de la Torah est que nous devons être conscient de notre grandeur, ressentir de la fierté d’avoir été créé à l’image de D.
S’enorgueillir de la conscience de notre grandeur et de l’origine très élevée de notre âme, n’est pas seulement acceptable, c’est en réalité une obligation.

C’est un devoir impératif que de reconnaître nos qualités et de vivre en y étant conscient.
[Rabbi Avraham Grodzinsky – Torat Avraham]

<—>

-> La différence entre le tsadik et le racha : le 1er prend conscience de ses forces et donc, il les exploite. Le second ignore ses capacités et n’en fait nul usage.
[issu de l’enseignement de Rabbi Na’hman de Breslev]

Dans ses lettres, rabbi Na’hman écrit :
« Nous devons nous renforcer avec de bons désirs et aspirations …
Chaque personne doit croire en elle-même ; nous devons croire que le bien qui est en nous [même lorsque nous fautons] est toujours très, très fort.

<———->

-> Le Sabba de Slabodka disait que l’essence de la modestie est la conscience d’être doté d’un potentiel élevé.

-> La Torah souhaite que nous ayons des sentiments de modestie, et non de petitesse.
La notion d’estime de soi, selon la Torah, est beaucoup plus grande que chez les non-juifs, car elle est basée sur la divinité qui se trouve en chacun de nous.

Une personne à qui il manque de l’estime de soi, a un manque d’appréciation de Hachem.

[Rabbi Mordé’haï Lichstein]

<———->

-> Celui qui prend conscience de la grandeur inhérente qui est présente en chaque personne, et donc en elle même, fera attention à ce que son comportement ne soit jamais inférieur à la dignité d’une personne de haut rang.
[Le Na’halat Yossef ; Rachi sur la guémara Sanhédrin 37a]

[nous avons une partie divine en nous, et c’est nous qui le représentons sur terre]

-> A chaque instant, il faut se rappeler que l’on est un fils du grand Roi, et qu’il ne convient pas d’agir d’une façon basse et dégradante
[Rabbi Yonathan Eibeschuetz – Yaarot Dvach]

-> A l’image de chaque créature dans ce monde, nous nous devons du respect, car nous portons le tampon du Créateur (Hachem).
[Rabbi Raphaël Hirsch – commentaire sur Téhilim 111,2]

-> « Chaque âme juive est une parcelle de D. véritablement »
[l’Admour haZaken]

[L’humilité c’est être conscient de nos qualités internes, tout en sachant que c’est un don constant de D.
=> Avoir confiance en soi, c’est prendre conscience du dépôt divin qui est en nous (l’âme), afin de mieux la respecter en agissant selon la volonté divine.]

<—>

-> « Vous êtes des fils pour Hachem votre D. … car tu es un peuple saint pour Hachem ton D., et Il t’a choisi afin d’être pour Lui un peuple de prédilection parmi toutes les nations qui résident sur la face de la terre » (Réé 14,1-2)

Le rav Aharon Kotler écrit que tout homme d’Israël (tout juif!) peut accéder au titre de : « fils de Hachem faisant partie du peuple saint, peuple de prédilection ».
Néanmoins, l’homme ne prend pas conscience de sa grandeur et ne perçoit vraiment que ses manques.
C’est précisément pour cette raison qu’il se diminue, à l’exemple d’un homme riche qui n’ayant pas connaissance de sa richesse, ne peut pas l’utiliser, et en réalité est pauvre.
Plus l’homme reconnaîtra son rang et sa dignité, plus il sera amené à améliorer ses actions, il s’éloignera alors de tout acte répréhensible et de toute conduite inconvenante.

Le rav Kotler cite ce que disent nos Sages (guémara Taanit 11b) : « L’homme doit toujours considérer qu’il y a quelqu’un de saint dans ses entrailles ».
Il s’agit en fait de son âme et de son essence éternelle, son intériorité.
=> C’est en prenant conscience de cette spécificité qu’il se connaîtra vraiment, s’élèvera et se rapprochera de la spiritualité.

-> b’h, également sur ce sujet : https://todahm.com/2018/10/10/fierte-detre-juif-et-conscience-de-sa-grandeur

<———->

-> « Il est indispensable de croire en soi. Quel que soit notre état actuel, bon, médiocre ou très mauvais.
L’étincelle, l’âme Divine qui séjourne en nous ne s’éteindra jamais. »
[Rabbi Itsa’h Besançon]

<———————–>

+ Savoir s’identifier à ce que l’on est réellement :

->  »Seuls les corps connaissent le stress ; les âmes sont sereines.
Identifiez vous avec votre âme ; le stress et la tension s’envoleront.
Votre essence n’est pas vos pensées négatives et vos sentiments angoissants, votre essence est votre âme. »
[Rav Zelig Pliskin]

-> « Seuls nos corps ont été conduits en exil. Mais notre âme est libre et n’est soumise à aucune domination étrangère »
[Rabbi Rayats]

[Avoir confiance en soi, c’est s’identifier à son véritable soi, qui est divin, parfait, et qui a une valeur infinie, incomparable.

Débarrassée de tous ses doutes (qu’en dira-t-on, est-ce que j’en ai les capacités, …), l’âme peut alors retourner vers son origine : Hachem, nous élevant avec elle, ainsi que le monde matériel dans lequel nous sommes.

A l’inverse, si l’on fait dépendre sa valeur interne de l’extérieur, nous aurons un bonheur qui va fluctuer en fonction des humeurs, des modes du moment, …
Et si l’on fait dépendre ce bonheur de plusieurs paramètres externes, on passera notre vie en étant perpétuellement insatisfait (si je fais ça alors je serais bien, puis encore ça, puis …).

<—————————————–>

+ Soyons fier de travailler pour D. :

-> « La joie principale sur laquelle l’homme doit se réjouir, c’est la joie d’être juif. »
[le Zohar]

-> « Le seul orgueil permis, c’est celui d’avoir un patron aussi puissant que notre Père Céleste (Hachem). »
[Rabbi Lévi Its’hak de Berditchev]

-> Il est dit à propos du roi Yéhochafat qui combattit l’idolâtrie de ses prédécesseurs et rétablit le service de D. : « Il s’enorgueillit de suivre les voies de D. » (Divré haYamim II 17,6 – « Vayigba libo bédarké Hachem »)

-> On demanda un jour au Rabbi Aharon de Karlin : « Rabbi, quel est le plus grave péché qu’un juif puisse commettre? »

Rabbi Aharon pencha la tête quelques longues minutes.
Ses élèves attendaient la réponse avec inquiétude.

Lorsqu’il la releva, il leur dit simplement : « Le plus grand péché, pour un juif, est d’oublier qu’il est fils du Roi. »

=> Nous juif, lorsque nous prenons conscience de qui est notre Patron (Hachem), nous avons l’obligation d’en être orgueilleux.

Ainsi, avoir de l’estime de soi, c’est apprécier le fait d’avoir en soi une partie divine, de pouvoir faire des actions très élevées car dictées par Hachem (ex: la puissance de la prière, d’aider autrui, d’étudier la Torah, …).
A l’inverse les non-juifs, eux font des actes vides de sens, car dictés par leur seule conscience, la société.

Une personne qui n’a pas d’estime pour elle-même, c’est qu’elle n’a pas suffisamment conscience de la grandeur de Hachem.
En effet, comment de pas être fou de joie à l’idée, que dans ce monde, nous sommes l’associé du Créateur, de papa Hachem.

<——————————————————>

+ L’importance de prendre soin de soi, de se respecter :

-> Une fois, alors que Hillel quittait ses élèves, ces derniers lui ont demandé où est-ce qu’il allait.

– Il a répondu : « Je vais accomplir une mitsva »
– Ils l’ont questionné : « Quelle mitsva? »

– « D’aller me baigner dans les bains publics »
– « Est-ce une mitsva? »

– Hillel de leur dire : « Oui! Les statues des rois sont nettoyées et astiquées par la personne en charge de prendre soin d’elles, et cette dernière est rémunérée et voit même sa place dans la société s’élevée grâce à cette tâche.

Moi, qui ait été créé à l’image de D., combien à plus forte raison dois-je garder mon corps propre »

[midrach Vayikra Rabba 34]

<——————->

-> Ne pas se maudire : https://todahm.com/2020/03/11/13341
-> La faute de Hével qui entraîna que Kaïn pu le tuer : https://todahm.com/2020/01/18/13443

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :