Aux délices de la Torah

Pâtisserie spirituelle depuis 5771 - b'h
 

"Il y a des colères qui naissent du vide intérieur.
Ces hommes sont en fait en colère contre eux-mêmes mais l'égoïsme les pousse à accuser les autres."
(Avraham Kook - 1865-1935)

"Il n'y a rien de plus précieux que le temps, et rien que l'homme gaspille plus facilement."
(Proverbe yiddish)

+ "Ne succombez jamais au désespoir : il ne tient pas ses promesses."
(Stanislaw Jerzy Lec - 1909-1966 - écrivain polonais)

+ "La pire des fautes et le plus grand péché, c'est de se décourager."
(Nahman de Breslav - 1772-1810)

+ "Si vous manquez de confiance, vous manquez d'avenir"

(Isaïe 7;9)

Lé'haïm!

 

L’hospitalité

+ "Il était assis à la porte de sa tente ... Il a vu et a couru à leur rencontre" (Vayéra 18;1-2)

Avraham est malade : le 3e jour après la Mila (la circoncision) est le plus douloureux.
Pourtant, il court à la rencontre d'invités bien qu'il fût assis à la porte de sa tente car "l'hospitalité est plus importante que recevoir la Ché'hina (la présence divine)".

En effet, normalement, lorsque l'on passe d'une mitsva à une autre mitsva de même niveau, on effectue la moitié du chemin lentement pour ne pas mépriser la mitsva que l'on vient d'accomplir et ensuite seulement, on court à la rencontre de l'autre.

Or, si Avraham qui recevait la visite de la présence divine a couru "de la porte de la tente", cela nous enseigne que la mitsva de recevoir des invités est supérieure à celle de recevoir la présence divine.

Nous apprenons ainsi que la maladie ne nous exempte pas de la mitsva d'hospitalité et nous apprenons également, qu'il faut courir pour accomplir des mitsvot (ex : dans la michna béroura, il est écrit : "il sied de courir vers la synagogue/maison d'étude, même s'il est proche de ta maison").

+++ L'hospitalité :
Lorsque le 'Hafets 'Haïm recevait des hôtes le vendredi soir, il se hâtait de rentrer de la synagogue et récitait immédiatement le Kiddouch sans même chanter "Shalom alé'hém".
En effet, avait-il l'habitude de dire, les anges peuvent attendre mais pas les invités qui ont faim.

+++ Courir pour accomplir une mitsva :
Les voisins du 'Hazon Ich racontent que chaque fois que le Rav sortait pour rendre visite à sa mère, il courait si vite que personne ne pouvait le rattraper.

Source : issu du livre "Binéoth Déché" du Rav David Chaoul Greenfeld

Vous fatiguez D. par vos paroles

+ "Vous fatiguez D. par vos paroles" (Mala'hi 2;17)

Les Sages commentent ce verset :
"D. a dit : J'ai créé le Ciel et la terre, et cela ne M'a pas fatigué, ainsi qu'il est dit : "Il n'est ni fatigué, ni lassé" (Yéchaya 40;28).
Quand est-ce que Je suis fatigué? [dit D.]
= Quand vous parlez pour rien, quand vous dites des paroles inacceptables."

D. a façonné tous les membres de l'homme selon les besoins et dans un but précis.
Quand l'homme ne tient pas compte de ce but et transforme le bien en mal dans le domaine du langage, cela provoque de la peine pour D. de constater qu'il fait exactement le contraire de Sa volonté, au lieu d'en profiter pour améliorer son âme, générer du bien.

Source : le "Torat haBayit" (chapitre 2) du 'Hafets 'Haïm

"Critiquer les autres, c’est du temps perdu que l’on aurait pu utiliser pour s’arranger soi-même."

('Hovot Halevavot)

 " Rabbi Mi'hal avoua un jour à ses fils : 
"La bénédiction de ma vie, c'est que jamais je n'ai eu besoin d'une chose avant de la posséder". "
(Martin Buber - 1878-1965 - Philosophe israélien)

Avraham avec sa femme

+ Avraham avec sa femme :

Avraham est en route pour l’Égypte et, à l'approche de la frontière, il adresse une requête à sa femme : "Dis, je te prie, que tu es ma sœur pour qu'il m'arrive du bien à cause de toi et j'aurai, grâce à toi, la vie sauve" (Lé'h Lé'ha 12;13).
Rachi explique : "pour qu'il m'arrive du bien à cause de toi" = on me donnera des cadeaux!

Or, Avraham n'a-t-il pas refusé de recevoir un lacet du roi de Sodome, alors que le butin de guerre lui revenait entièrement, pour ne pas que ce dernier puisse dire : "C'est moi qui ai enrichi Avraham!".
Notre patriarche haïssait tellement les cadeaux, et voilà qu'ici, non seulement, il ne les refuse pas, mais il demande à Sarah de se faire passer pour sa sœur afin d'en obtenir!!

Rav Mordé'haï Gifter, le Roch Yéchiva de Telz, disait que l'intention d'Avraham était de rendre publique dans le monde entier l'idée : "afin qu'il m'arrive du bien à cause de toi" pour en tirer 2 enseignements :

1°/ c'est grâce à la femme que le foyer est béni.
Ainsi que le disent nos Sages (Baba métsia 59a) : un homme doit toujours faire très attention au kavod (au respect) de son épouse car la bénédiction ne règne dans la maison que grâce à elle, comme il est écrit : "et on combla Avraham de biens grâce à elle".

2°/ le mari doit reconnaître que son épouse lui apporte la bénédiction et l'en remercier.
Avraham tenait à inculquer l'importance de la gratitude du mari envers son épouse à ses descendants même si cela devait se faire sur le compte de sa bonne renommée (qu'on dise que Avraham aime les cadeaux).

Un mari se doit de louer et de complimenter ouvertement son épouse pour resserrer les liens du couple et, à nous Juifs, cette mida a été léguée dans les gènes.
Tâchons de l'exprimer ....

 

Source :  issu du livre "Binéoth Déché" du Rav David Chaoul Greenfeld

Birkat Hamazone

+ Birkat Hamazone :

Rabbi Eliézer Gordon, le Roch Yéchiva de Lomze, s'interrogea :
"Comment se fait-il qu'après avoir remercié D. pour la nourriture et la parnassa par 4 bénédictions, nous avons des dizaines de requêtes supplémentaires.
Compte les hara'haman, particulièrement dans le rite séfarade.
N'est-ce pas de l'effronterie?"

Il répondit :
"D. se conduit avec nous comme une mère avec son enfant.
Que fait une mère lorsque son enfant refuse de manger?
Elle lui promet un bonbon ou de la glace.
Remarque comme cela semble absurde!
Non seulement la maman donne la nourriture gratuitement à son enfant et la porte jusqu'à sa bouche, mais elle lui donne des récompenses pour l'inciter à manger.
Ce n'est pas une absurdité car elle est une mère.
Son amour pour son enfant est tel, que tout son désir est de lui offrir des cadeaux s'il mange le repas qu'elle lui a préparé."
Non seulement D. est heureux de voir Ses enfants jouir de l'abondance qu'Il leur accorde, mais en plus, lorsque nous Le bénissons pour cela, D. nous dit : "Demandez-en encore beaucoup et Je vous exaucerai."

Source :  issu du livre "Binéoth Déché" du Rav David Chaoul Greenfeld

<-------------------------->

-> Le Birkat haMazone est grand parce qu'il augmente l'aptitude à bénir dans la cour céleste ...
Quiconque mange sans avoir béni Hachem est considéré comme s'il avait volé sa nourriture des mains d'Hachem.
[Zohar 'Hadach]

<--->

"Le Maguid de Mézéritch avait l'habitude de dire à ses étudiants qu'il est plus important d'être vigilant à réciter le birkat hamazone avec ferveur, que de prier avec ferveur.

Prier a été institué par les Sages de la Grande Assemblée, tandis que le birkat hamazone est un commandement positif de la Torah."

[le Toldot Aharon]

[Le Maguid de Mézéritch avait plus d'intention (kavana) dans le Birkat haMazone que dans l'Amida. En effet, il disait que le birkat hamzone est une mitsva de la Torah et est ainsi d'un niveau supérieure que la Amida, qui est une mitsva de nos Sages (rabbanim).]]

-> Pour mesurer l'importance du birkat hamazone, on peut rapporter les paroles de nos Sages :
Celui qui craint Hachem ne récitera pas le birkat hamazone en portant uniquement la kippa sur la tête, mais s'efforcera de mettre un chapeau ; et la coutume est de mettre également la veste en l'honneur de la mitsva.
[Michna Broura 183,11 ; Yé'havé Daat vol.4 chap.1 ; Or Létsion p.110 par.3]

-> Le Réchit 'Hokhma écrit :
Il convient de penser, au moment où on récite le birkat hamazone, que l'on accomplit une mitsva positive. C'est pourquoi il ne faut pas le dire avec frivolité ou le marmonner sans kavana (concentration/intention), mais se préparer à la rencontre de son D.
De plus, il convient de se couvrir la tête d'un chapeau, tel que celui que l'on porte au-dehors, face aux hommes.
On devra être imprégné de crainte et d'amour ... Autrement dit, craindre son Maître, qui est infini et souverain infaillible, et L'aimer, c'est-à-dire se souvenir de la grande bonté qu'Il nous a prodiguée, en nous procurant notre subsistance même si on ne le méritait pas du fait de nos péchés, conformément au texte : "Qui nourrit le monde entier dans Sa bonté, avec bienveillance, bonté et miséricorde", en d'autres termes, Il nourrit tous, bons et mauvais.
Il faut prononcer le texte du birkat hamazone avec entrain et amour, mot à mot, sereinement et calmement.

<--->

-> Le Alchikh haKadoch commente le verset : "Car ta bonté vaut mieux que la vie, mes lèvres Te béniront" (Téhilim 63,4) de la façon suivante : Quelle est la bonté qui vaut mieux que la vie?

Réponse :
Que tu m'aies donné la permission que mes lèvres Te loue, ce que ne méritent pas certains anges supérieurs.
Il faut y penser à ceci lorsque l'on récite dans le birka hamazone : "al hakol ana'hnou modim la'h" (pour tout, nous Te louons).
Autrement dit, pour tout et plus que tout nous Te bénissons sur le fait que par Ton amour Tu t'es adressé à nous les hommes (créature si basse) en nous ordonnant de Te louer, comme il est écrit : "tu mangeras, tu seras rassasié et tu béniras". Car Hachem notre D. nous a ainsi témoigné l'ampleur de Son affection, un amour envers Son peuple élu.
Il est impossible de ne pas se réjouir!
[rabbi Eliézer Papo - 'Hessed Laalafim]

<--->

-> Réciter le birkat hamzone est une mitsa très aimée par Hachem.
Lorsqu'on récite le birkat hamazone comme il le faut, cela amène une joie indescriptible dans tous les mondes Supérieurs.
Nous devons le dire comme si c'était notre plus grand mérite.
Notre cœur devrait chanter de joie d'avoir l'opportunité de réaliser cette merveilleuse mitsva de remercier et louer Hachem pour la bonté qu'Il nous octroie.
[Zohar 'Hadach - méguilat Ruth]

-> Tout celui qui qui récite le birkat hamazone de la bonne manière, aura toutes les bénédictions du monde qui viendront sur lui.
[midrach - Otsar midrachim - Ekev - au nom de Reich Lakich]

-> "Il [Hachem] bénira ta nourriture et ta boisson et j'écarterai tout fléau du milieu de toi" (Michpatim 23,25)
Le midrach (midrach Alfa Beita) interprète ce verset comme une promesse de Hachem que si nous récitons le birkat hamazone après avoir terminé un repas, alors Il retirera toute maladie de nous.

-> Lorsqu'un juif dit le birkat hamazone avec kavana (intention), alors toute la nourriture qu'il mange se transforme en médicament qui va guérir toute maladie qu'il peut avoir.
[Maor vaChémech - Michpatim]

-> Celui qui prononce le birkat hamazone avec concentration méritera de l'entendre de la bouche du roi David, lorsqu'à la venue du machia'h, Hachem fera une Séouda pour les tsadikim.
[Kav haYachar - chap.87]

<--->
-> "Une personne qui est méticuleuse dans l'accomplissement des mitsvot, doit toujours réciter le birkat hamazone en lisant le texte, plutôt que de tête, par cœur" [le Ba'h - Baal haTourim 188]

-> "Une personne qui dit le birkat hamazone avec ferveur va mériter d'entendre le birkat hamazone du roi David, lorsque Hachem fera le grand banquet pour tous les tsadikim."  [Kav haYachar - chap.87]

-> "Toute personne qui récite le birkat hamazone avec ferveur (kavana) aura une subsistance abondante durant toute sa vie"  [Séfer ha'Hinoukh - mitsva 430]

-> Celui qui récite le birkat hamazone avec concentration (kavana) et satisfaction méritera de la part de Hachem qu'Il lui procure sa subsistance avec plaisir, favorablement, et avec honneur toute sa vie.
[Zohar - Vayakel 218a]
[cette idée est rapportée, par exemple par : Kaf ha'Haïm 183,31&46 [plaisir] (et 185,2 [honneur]) ; Ben Ich 'Haï 'Houkat 1 ; Séfer ha'Hinoukh]

-> "Si vous dites le birkat hamazone d'une voix forte et joyeuse, cela vous aidera à devenir riche"  [Kav haYachar - commentant Michlé 10,22]

[dans le Ségoulot Israël (81,19), il est écrit que le birkat hamazone favorise la richesse à condition de le réciter joyeusement.]

-> Celui qui dit le birkat hamazone à voix haute, méritera de devenir riche.
['Hida - Nitsoutsé Orot - Zohar Vayakel]

-> Un pauvre est venu demander un conseil au rav Yossef 'Haïm Sonnenfeld pour faire de l'argent.
Le rav lui a répond : "Dis le birkat hamazone à partir d'un Siddour, avec intention (kavana)."

De même, une femme stérile a pleuré au Maharil Diskin qu'elle n'avait pas d'enfant.
Le rabbi lui a dit : "Prenez sur vous de toujours réciter comme il faut le birkat hamazone à partir d'un Siddour, avec intention (kavana). Cela vous aidera."
[le Steïpler et le rav Shach donnaient toujours ce même conseil aux gens qui n'avaient pas encore d'enfant.]

Lorsqu'un homme a approché le rabbi Shlomo de Zhvil pour lui demander une bénédiction afin que son fils soit un tsadik, le rabbi lui a dit : "Fais attention à toujours dire le birkat hamazone à partir d'un Siddour. Cela sera ta meilleure bénédiction".

[puisque le birkat hamazone est si spécial, qu'il amène sur nous tellement de bénédictions, notre yétser ara fait tout pour que nous le récitions à la va-vite, par habitude.
Nous devons donc sans cesse nous rappeler sa véritable valeur : ce n'est pas une corvée à se débarrasser, mais au contraire une source phénoménale de bénédictions!
Ainsi, le géant en Torah de sa génération, le rav Shach énonçait doucement chaque mot du birkat hamazone, comme s'il comptait des pièces d'or. Cela lui prenait 15 minutes pour terminer cette prière, et une fois qu'il la finissait son visage rayonnait de bonheur.
Un élève lui a demandé pourquoi il en était si joyeux, et le rav Shach lui a répondu : "Je viens d'avoir le mérite de dire comme il le faut le birkat hamazone. Le birkat hamazone permet d'amener sur une personne du succès dans tous les domaines, et d'avoir une longue vie". ]

<--->

-> J'ai trouvé la raison pour laquelle la lettre pé finale (ף) n'apparaît pas dans tout le birkat hamazone.
C'est parce que tout celui qui récite le birkat hamazone avec la concentration requise, alors la colère de Hachem ne régnera pas sur lui. (אַף - af = colère)
[Béer Heitev - Orach 'Haïm 185 - citant le Bach]

-> La guémara (Béra'hot 20b) rapporte les paroles de Hachem aux anges : "Comment puis-Je ne pas faire preuve de préférences à la nation d'Israël, qui dit le birkat hamazone à partir d'un kazayit (environ 30g) ou d'un kabétsa (environ 50g - une petite quantité), malgré le fait que Je leur ai ordonné de faire le birkat hamazone à partir du moment où ils sont satisfaits [leur faim]?
Je les favoriserai car ils me favorisent!"

Le Sifri explique : "Hachem va oublier Sa colère, et va tourner Sa face vers nous".

[ainsi grâce au birkat hamazone au moment où Hachem doit normalement s'énerver contre nous, alors non seulement Il ne le fait pas, mais en plus Il va se tourner vers nous pour chercher à nous favoriser!]

<--->

-> On a vu que les juifs ont pris sur eux de faire le birkat hamazone à partir d'une petite quantité de kazayit ou de kabétsa, et non à partir du moment où ils sont rassasiés.

Le rav Its'hak Koppelman enseigne à ce sujet :
Selon le principe de mesure pour mesure (mida kénéguéd mida), cette "considération" que Hachem manifeste envers les juifs découle du fait qu'ils se sont eux-mêmes rapprochés de Lui.
=> Comment, en disant le birkat hamazone après avoir mangé qu'un kazayit, ont-ils pu mériter cette "considération"?

La guémara (Yoma 39a) dit : "Pendant les 40 ans où Chimon haTsadik servit dans le Temple en tant que Cohen Gadol, il y eut l'abondance (béra'ha) dans le omer, les 2 pains et les pains de préposition : tout Cohen qui en recevait un kazayit (environ 30g!) s'en rassasiait et même en laissait. Cependant, après son décès, cette béra'ha disparut."

Pourquoi ce miracle n'est-il pas mentionné parmi la liste des 10 miracles qui se produisaient dans le Temple (rapportés dans le Pirké Avot 5,8)?
En réalité, cela n'était pas un miracle : il s'agissait d'un phénomène normal, car toute personne qui se rapproche de Hachem pourra se rassasier d'un kazayit de pain et devra donc réciter le birkat hamazone.

=> Ainsi, lorsque les juifs disaient le birkat hamazone après avoir mangé un kazayit et avoir été rassasiés, ce n'était pas par excès de zèle, mais c'était plutôt un signe qu'ils s'étaient rapprochés de Hachem : ils méritaient donc qu'Il se rapproche d'eux et les privilégie. [comme il est écrit : "Tu diriges Ta face vers eux, en les privilégiant et Tu leur accordes la paix!" (Nasso 6,26)]

<---------------------------->

-> "Le birkat hamazone que nous disons pendant Shabbath amène de bénédictions pour toute la semaine à venir"  [Agra déKalla - Vayéra]

-> "Le Zohar enseigne que pendant Shabbath, on doit prononcer "rétsé" avec une grande concentration, car cela amène une énorme rectification dans le royaume céleste"  [Yessod véChorech haAvoda 8,6]

<---------------->

+ 1ere bénédiction du birkat hamazone = elle a été composée par Moché en témoignage de gratitude pour la manne que D. a offerte chaque jour à Israël dans le désert (guémara Béra'hot 48b).
C'est pourquoi elle précède : "nodé", bénédiction pour la terre, même s'il paraît plus logique de remercier Hachem en 1er lieu pour la terre qui produit la nourriture (d'après le Bayit 'hadach).

+ 2e bénédiction : elle commence par les mots : "nodé lé'ha" (nous Te remercions), elle est appelée : "birkat aarets", la bénédiction pour la terre, et a été composée par Yéhochoua (guémara Béra'hot 48a).
Yéhochoua, qui avait vu à quel point Moché désirait pouvoir entrer en terre d'Israël et à quel point les Patriarches, par le choix du lieu de leur sépulture, lui étaient attachés, composa cette bénédiction en son honneur lorsqu'il eut le privilège de pouvoir y pénétrer (d'après le Chibolé haLékét).
D'après la plupart des commentateurs, la prescription d'inclure dans le birkat hamazone des remerciements pour la terre d'Israël est un commandement de la Torah. Yéhochoua n'a fait qu'en formuler le texte.

+ 3e bénédiction (la bénédiction pour Jérusalem - "Celui qui reconstruit Jérusalem") = elle est la dernière de celles qui ont été instituées par la Torah. Ella a été composée successivement par les rois David et Salomon.
David qui avait conquis Jérusalem, y fit référence à Israël (Ton peuple et à Jérusalem).
Salomon, après avoir construit le Temple, ajouta "Ta grande et sainte maison" (guémara Béra'hot 48b).

Leur bénédiction constituait une prière pour que D. maintienne la paix dans le pays.
Après la destruction et l'exil, elle devint une prière pour la restauration du pays, du Temple et de la dynastie de David.
Déjà avant la conquête par Yéhochoua, elle s'était présentée sous une autre forme : une prière pour que D. ait pitié de Son peuple. (d'après le Arou'h haChoul'han)

+ 4e bénédiction (pour la bonté de D. - atov véamétiv [bon et bienfaisant]) = elle a été instituée par les élèves de rabban Gamliel, comme une expression de gratitude envers Hachem pour avoir gardé intacts les corps des victimes massacrées par les romains à Bétar, et pour avoir ensuite permis leur inhumation (guémara Béra'hot 48b).

En effet, sous le règne de l'empereur Hadrien, Bétar fut le centre stratégique de la révolte malheureuse de Bar Kohba.
Lorsque les romains écrasèrent l'armée juive, les vainqueurs se vengèrent de sa résistance en massacrant des centaines de milliers d'habitants de Bétar, et en interdisant leur inhumation.
Des années plus tard, rabban Gamliel et son académie jeûnèrent longtemps, et Rabban Gamliel épuisa sa fortune à satisfaire la cupidité des despotes romains.
On lui accorda finalement la permission d'enterrer les morts : les cadavres étaient miraculeusement demeurés intacts.
Les rabbins instituèrent alors une bénédiction pour remercier Hachem de Sa double bonté :
- "atov" = "Celui qui est bon" = pour avoir gardé intacts les restes ;
- "véamétiv" = "et bienfaisant" = pour leur avoir permis de recevoir les derniers honneurs.
[guémara Béra'hot 48b]

Le Aboudraham enseigne : Ils ont incorporé cette bénédiction, reconnaissance de la bonté de D., dans le Birkat hamaZone parce que les repas sont toujours associés aux événements heureux.

<----------->

-> b’h, au sujet du birkat hamazone, voir également : http://todahm.com/2019/10/03/10851

<------------------------------------------------->

+ Mayim A'haronim :

-> Mayin A'haronim, l'ablution des mains en fin de repas, est une obligation. [Choul'han Arou'h 181,1]

Elle a été instaurée afin d'avoir les mains propres avant de réciter le birkat hamazone.
Et aussi, pour éliminer toute trace de sel de Sodome, qui est dangereux pour les yeux.
De nos jours, il est également à craindre que dans le sel de table se trouve un peu de sel de Sodome, ayant la même propriété de rendre aveugle.

Selon la Kabbala, la raison de cette ablution est de repousser les forces du mal (Kaf ha'Haïm 181,1).
Cette eau est très impure, on fera donc attention à ne pas se toucher son visage ou sa bouche avant de se sécher les doigts (Kaf ha'Haïm 181,1).

-> Celui qui méprise cette ablution verra ses jours raccourcis ('Hida dans Birké Yossef 181,7), sa subsistance (parnassa) sera diminuée (Aroukh haChoul'han 181,5) et il amènera sur lui des souffrances.
Le Yalkout Réouvéni rapporte que Iyov ne faisait pas cette ablution, et c'est ce qui lui attira toutes ses épreuves.

-> La halakha exige de laver les 2 premières articulations des doigts (Choul'han Arou'h 181,4) [et pour le pouce la 1ere (michna Broura 181,10)], mais il est bon de suivre l'avis de la Kabbala qui conseille de laver aussi la 3e articulation, celle qui est proche de la paume.
Malheureusement, certaines personnes méprisent cette halakha et mouillent à peine le bout des doigts, ce qui n'est pas valable selon le din (michna Broura 181,10).
Cependant, il ne faut pas non plus exagérer et se laver avec beaucoup d'eau, car cette eau selon la Kabbala est la part que reçoit le Satan.

-> Le 'Hida (Birké Yossef) rapporte les paroles de son grand-père, rabbi Avraham Azoulay, au nom du Talmud de Jérusalem, selon lequel celui qui ne s'interrompt pas entre Mayim A'haronim et le Birkat Hamazone empêche le Satan de formuler toutes ses accusations relatives au repas écoulé.

-> On raconte qu'une fois une personne alla rendre visite au saint Arizal et lui confia qu'elle souffrait énormément de son épaule.
Le Arizal regarda son front [car sur le front de la personne sont inscrites toutes ses fautes] et lui répondit : "La source de ta souffrance est que tu t'interromps entre Mayim A'haronim et le Birkat Hamazone, immédiatement après le Mayim A'haronim il faut faire le Birkat Hamazone", et du fait que tu n'as pas accompli ce précepte, tu souffres de ton épaule qui est appelée en hébreu : "katéf" (כָּתֵף) [mêmes lettres que Tékéf (immédiatement - תכף)].
Il lui conseilla de ne plus jamais s'interrompre, et son mal guérit.
[Kav haYachar - chap.87]

<----->

-> Grâce à la récitation du birkat hamazone, la connaissance de Hachem se propagera dans le monde.
[rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot - Alimentation (akhila)]

-> Grâce à la récitation du birkat hamazone, le pouvoir en place sera stabilisé face aux querelles et conflits.
[rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot - Sim'ha]

Les grands de notre génération en Torah

+ Les grands de notre génération en Torah :
= ils ont "la tête au ciel mais les pieds sur terre!"
= ils ont "la tête qui est au ciel mais pas sur le compte de ce qui se passe sur terre".

Rav Rabinovits de Hongrie, lors de la 2e guerre mondiale, fut embarqué avec ses frères dans un train de déportation vers Auschwitz.
Au moment où le train se mit en branle, il sortit la tête de la lucarne pour crier à ceux qui restaient : "Je vous en prie! Donnez à manger à mes poules. Elles n'ont rien eu à picorer depuis hier!"
== Il est emporté vers la mort avec toute sa famille et il n'oublie pas la peine de l'autre, en l’occurrence des poules !!!

 

Source :  issu du livre "Binéoth Déché" du Rav David Chaoul Greenfel